tagRomans et NouvellesLes Amours d'Elyanor 1435 Pt. 02

Les Amours d'Elyanor 1435 Pt. 02

byDavid9©

Voici la deuxième partie des aventures amoureuses d'Elyanor la vampire et de Siloé sa jeune amie. Nous les avions quittées alors qu'elles venaient de faire une première fois l'amour dans le bain, et qu'elles avaient décidé de continuer dans leur lit.

*

Elyanor la serra dans ses bras et sorti de l'eau. Elle se sécha rapidement les pieds, puis quitta la pièce tandis que Siloé fermait les yeux et se laissait bercer par le pas de sa maitresse. Elle avait la joue collée à la poitrine de la vampire, mais alors qu'une partie d'elle lui commandait de redonner du plaisir à sa maitresse, une autre espérait secrètement qu'Elyanor la serre encore plus fort contre elle. Elles continuèrent leur chemin jusqu'à la chambre de Siloé. Elyanor écarta les rideaux du lit à baldaquins puis posa délicatement Siloé sur le matelas. Elle semblait endormie tant sa respiration était calme. Mais elle ouvrit les yeux pour découvrir Elyanor qui la regardait amoureusement. Elles se sourirent, les yeux perdus dans ceux de l'autre, puis Siloé tendit sa main a sa maitresse qui la saisi pour en lécher les doigts uns par uns. Siloé attira sa maitresse vers elle et chercha sa bouche pour échanger avec elle un nouveau baiser passionné.

« -faites moi l'amour Lady Cutbrith...

-quand vas-tu m'appeler Elyanor ma chérie?

-vous serez toujours Lady Cutbrith, pour moi, maitresse...

-et toi la petite Siloé... Mais tu as grandi, et tu es devenue magnifique, comme je te l'avais dit... Si tu savais depuis combien de temps j'espère ce moment entre toi et moi...

-Je crois avoir toujours attendu quelqu'un comme vous maitresse... Et maintenant que je vous aie, je suis comblée... Mordez moi maitresse...buvez mon sang je vous en offre autant que vous le désirez...

-chuuut...je n'en ai pas besoin

-moi si... Plantez vos crocs dans ma peau, comme vous l'avez fait dans mes rêves depuis des années...comme vous l'avez fait la nuit dernière...

-tu m'as donc vue?

-non, mais c'était trop beau, même pour être un rêve... Cela ne pouvait être que vous...

-tu m'offres ton sang de ton plein gré? Tu n'as donc plus peur de moi petite?

-peur du bonheur? Non...non...je vous aime tellement! »

Elles s'embrassèrent d'abord doucement, puis de plus en plus fort en cherchant leurs langues entre leurs lèvres. Elles se massaient les seins et se caressaient le bas du ventre, sans qu'aucune des deux n'ose pour l'instant s'aventurer plus bas. Finalement, Elyanor alla derrière Siloé et l'enlaça dans son étreinte glacée. La jeune femme frissonna d'abord, mais en pensant au plaisir à venir, elle se réchauffa. Elyanor lui passa les cheveux sur le coté gauche, cachant la moitié de sa petite poitrine mais exposant son artère droite qui palpitait d'excitation. La vampire failli fondre sur le cou de Siloé et la déchiqueter, mais de nouveau elle arriva à se contrôler et embrassa le cou de son amie. Elle l'enduisit de salive pour atténuer la douleur de la morsure, puis ouvrit grand la bouche et la referma autour de la plus grosse veine qu'elle pouvait trouver sous la peau nue de Siloé. Ses longs crocs la percèrent en arrachant à la jeune femme un hurlement de douleur.

En sentant les canines d'Elyanor pénétrer ses veines, Siloé ne put se retenir de hurler tant la douleur était intense. Elle se rappelait de la taille des crocs de sa maitresse, et comme elle sentait toute la bouche de celle-ci collée contre sa peau, elle ne put retenir un frisson d'horreur en imaginant les trois centimètres de dents en elle. Elle essaya de bouger la tête, mais la douleur était encore trop forte. Puis quand elle essaya de glisser son bras dans le cou de sa maitresse, elle ne pouvait simplement pas remuer. Elle paniqua un moment puis sentit la douleur diminuer et le plaisir monter en elle.

Le venin de la vampire s'écoulait de ses crocs directement dans le sang de Siloé. En un battement de cœur, il avait parcouru le moindre de ses vaisseaux sanguins et s'était ixé sur tous les nerfs qu'il avait pu croiser. Une fois tout le système nerveux atteint, il remonta le long de la moelle épinière de Siloé et envahit son cerveau, perturbant toutes les sensations de la jeune femme pour n'en amplifier qu'une : son plaisir.

A mesure que les toxines s'installaient dans son organisme, Siloé perçut tout différemment. D'abord, il lui sembla que le corps glacé de sa maitresse se mettait à chauffer tellement qu'il lui brulait le dos. Elle voulut crier en sentant la brulure passer dans ses bras et ses jambes, mais pas un son ne sortit de ses cordes vocales paralysées par le poison. Son intimité qu'elle pouvait sentir couler sembla s'assécher, et ses mouvements se firent plus lents et patauds, jusqu'à devenir impossibles. Rapidement, elle n'entendit plus son cœur battre, et les rideaux qu'elle pouvait voir secoués par le vent se figèrent. Mais plus que tout, ce qu'elle sentait, c'était les millions de décharges électriques que produisaient les toxines attachées a ses nerfs qui se trouvaient décuplées par son cerveau au ralenti. Il lui sembla que son corps entier allait exploser de plaisir. Pendant ce qui lui parut une éternité, Siloé sentit la boule de plaisir l'envahir, montant de son estomac dans sa gorge, mais incapable de monter plus haut. Elle voulait hurler, supplier n'importe qui de lui accorder ce plaisir, mais elle ne pouvait qu'émettre des râles rauques.

Elyanor ne pouvait pas se permettre d'inoculer trop de son venin à Siloé, au risque de la tuer. A peine une minute après avoir enfoncé ses dents dans les veines de la jeune femme, elle s'obligea à se retirer. Elle aspira pour filtrer le sang et récupérer le plus de toxines possible pour offrir du plaisir a Siloé. Elle lui caressa les seins et le sexe pour lui en procurer encore plus.

Quand les dents d'Elyanor abandonnèrent leur place au beau milieu des artères de Siloé, le flot de venin cessa, et quand sa maitresse filtra les toxines, elles s'accumulèrent toutes en un même endroit avant de s'engouffrer dans les plaies sanglantes de Siloé. Les sensations qu'elle avait ressenties alors que les toxines se fixaient sur ses nerfs n'étaient rien comparées au plaisir qu'elle prit quand elles occupèrent toutes son sexe. Tout le temps qu'elle semblait avoir vécu s'écoula en une unique seconde. Son sexe se liquéfia instantanément et il en ruissela un torrent de liquide qui lui macula les cuisses, les genoux et le lit. Les petites décharges devinrent un gigantesque choc et elle fut secoué d'un spasme si puissant qu'elle fut plaquée la face contre le matelas.

Son corps s'agitait dans tous les sens et menaçait de tomber du lit, mais Elyanor se coucha sur elle pour l'en empêcher. Sa peau glacée calma Siloé, mais elle gémissait toujours de plaisir. La vampire embrassait le cou de la jeune femme, là ou quelques minutes avant, ses dents avaient pénétré sa peau. Elle lui caressait gentiment les cheveux, le dos, les joues en lui soufflant dans le cou. Après un dernier spasme qui la tordit de plaisir pendant vingt secondes, Siloé s'écroula, privée de toutes ses forces. Elle parvenait à peine à respirer, mais elle pouvait désormais parler et bouger. Elle se retourna pour se placer en face de sa maitresse, et la regarda, les yeux remplis de larmes

« -Merci maitresse, merci... C'était, fantastique... S'il vous plait, recommencez...ailleurs, sur ma poitrine...

-chuuut... calme toi ma chérie... Je crois que si je te mordais de nouveau, tu perdrais beaucoup trop de sang. En plus, une nouvelle dose de venin pourrait t'être fatale...

-venin? Quel venin?

-Quand je t'ai mordue, j'ai libéré mon venin dans tes veines, et c'est lui qui t'a donné ce plaisir... Tu as bien mis dix minutes pour te remettre, tu sais? Alors je crois qu'une nouvelle dose te tuerait, et je n'ai aucune envie de te le prouver.

-Pardon maitresse, je ne voulais pas...

-ce n'est rien... Et puis, comme je te l'ai dit, il existe d'autres façons de te faire jouir... Si nous les cherchions ensembles? »

Et elle se jeta sur Siloé pour l'embrasser en la faisant rouler sur le coté. Mais elles tombèrent du lit, sans toutefois se faire mal. Elles essayèrent d'y remonter en rigolant, et elles se rendirent compte a quel point Siloé avait trempé son lit. Les draps étaient gorgés de liquide et il en coulait sur le sol. Siloé fut très gênée, mais sa maitresse la rassura en la prenant dans ses bras.

« -c'est rien ma chérie... On ira la laver à la source demain, je t'apprendrai à nager en même temps...

-On s'arrête ici alors?

-oh non! Ca va te donner l'occasion de voir ma chambre... Viens, viens, j'ai envie de toi ma Siloé! »

En se tenant par la main, elles coururent nues jusque dans la chambre d'Elyanor. Siloé s'émerveilla en découvrant le gigantesque lit a baldaquins de sa maitresse. Elle y était déjà rentrée une fois, lorsque les soldats voulurent tuer sa maitresse, mais elle était tellement paniquée qu'elle n'avait pas vu la décoration de la pièce. De grands miroirs étaient accrochés à chaque murs, et Siloé pouvait voir leurs reflets se multiplier a l'infini. Elyanor ouvrit la toile de son lit et tendit la main à Siloé pour l'inviter à rentrer dans ce nid d'amour. Elles s'enfoncèrent dans le matelas moelleux de la vampire qui roula la couette en boule au pied du lit. Les deux se firent face, les yeux dans les yeux, prêtes à s'embrasser.

« - où en étions-nous?

-vous aviez envie de moi maitresse...

-Et j'ai toujours envie de toi... Allonge-toi, je vais te lécher.

-Laissez moi vous donner du plaisir, allongez vous vous... J'ai déjà pris suffisamment de plaisir pour ma première fois, les suivantes risquent de me décevoir.

-oooh, tant que nous le ferons ensemble, je te ferai découvrir à chaque fois de nouvelles choses... Mais si tu veux, nous pouvons prendre du plaisir toutes les deux en même temps ma chérie?

-oui maitresse...oui, je veux...

- alors allonge-toi sur le dos... Je vais me coucher sur toi, et tu pourras explorer mon intimité tant que tu le voudras... Je serai toute a toi, et toi, tu seras toute a moi. »

Les deux femmes glissèrent tête bèche, lovant chacune sa tête entre les cuisses de l'autre. Alors que Siloé, avide de donner du plaisir a sa maitresse investissait son intimité de ses doigts, Elyanor tellement plus patiente continua de faire languir sa fille. Elle observa le sexe écarlate de désir de Siloé et posa ses mais sur ses lèvres gorgées de sang. Elles étaient brulantes. Elle décida de continuer ses piqures, pour pouvoir gouter le sang de Siloé sans risquer de lui inoculer trop de venin. Ses dents percèrent les lèvres de Siloé qui gémit de plaisir. Son intimité sécréta de plus en plus de liquide, et Elyanor commença à craindre pour son lit. Alors elle colla sa bouche contre la vulve de sa fille et la but... Toute la mouille enivrante qui s'écoulait de son sexe finit au fond de la gorge d'Elyanor qui se régalait de ce nectar.

Les caresses de Siloé ne la laissèrent pas non plus indifférente. Le jeune femme avait reprit l'exploration de son vagin avec ses doigts, et elle en avait maintenant enfoncé trois au plus profond du conduit de sa maitresse. Elyanor aussi ruisselait de plaisir, et Siloé se délectait des moindres gouttes de mouille qui tombaient sur son visage. Elle posa sa bouche sur le clitoris de sa maitresse, et au moment ou elle passa sa langue dessus, son amante fut secouée d'un spasme de plaisir et s'effondra sur elle, incapable de résister au tourbillon de plaisir qui montait en elle. Son sexe se mit a couler de plus belle dans la bouche de Siloé, puis la source se tarit, la laissant savourer une dernière gorgée de mouille avant de se laisser aller a son tour au plaisir que lui procuraient les piqures que lui faisaient les dents pointues de sa maitresse bien aimée.

Elyanor sentit Siloé sur le point de jouir de nouveau, et cette fois, ce ne fut pas dans ses lèvres qu'elle planta ses crocs, mais directement dans le clitoris de la jeune femme. Celle-ci poussa un hurlement de douleur, qui fut bientôt supplanté par cris de plaisir pendant qu'elle se tordait dans tous les sens, le corps agités des spasmes qui accompagnaient un orgasme foudroyant. Elyanor retira ses dents et lécha la plaie pour le refermer, arrachant de nouveaux soupirs de bonheur a sa protégée qui était toujours sonnée par le plaisir. Elyanor se redressa sur le visage de sa fille, l'enserrant entre ses cuisses musclées, puis se leva et se tourna vers elle pour l'embrasser.

« -le jour se lève mon tendre amour... Tu dois partir, je dois rester seule...

- laissez-moi m'endormir avec vous maitresse.

-non... N'oublie pas que tu dois me protéger pendant la journée. Je suis faible, et j'ai besoin de toi... J'ai besoin que tu combattes ta fatigue et que tu restes éveillée encore de longues heures pour que tu prennes soin de moi.

-J'ai sommeil madame

-Je sais ma Siloé, mais c'est important... Ce soir, je te promets que tu t'endormiras dans mes bras... Nous irons à la source demain, ou plus tard... Ce soir...Cette nuit... Je te promets ta meilleure nuit ma chérie.

-dormez maitresse, je veille sur vos jours... Vous n'avez rien à craindre... »

Elyanor s'allongea et plia les bras en croix sur sa poitrine nue. Elle regarda Siloé encore une fois avant de fermer les yeux pour s'endormir. La jeune femme lui caressa la joue et lui embrassa le front, sa façon de lui souhaiter un bon sommeil.

« -dors Lady Elyanor Cutbrith... Dors ma maitresse adorée... »

Et dans ce qu'elle pensait être un sommeil profond, Siloé vit Elyanor esquisser un sourire.

Siloé passa donc la journée dans la bibliothèque, à lire les derniers livres qu'avait fait acheter sa maitresse. Elle arrivait désormais à comprendre sans problème les traités de mathématiques des savants les plus connus de son époque, et se plaisait à s'imaginer en train de présenter ses découvertes. Elle avait aussi appris la peinture à Elyanor, et sa maitresse était devenue elle aussi très douée. Siloé trouva un tableau inachevé sur le chevalet de sa maitresse et l'admira un long moment. Le visage de la jeune femme sur la toile était le sien, pourtant, ses yeux étaient de couleur différente et elle ne pensait pas sa bouche aussi petite... Il allait falloir qu'elle en touche un mot avec sa maitresse. En pensant a elle, elle décida de faire une ronde dans le manoir pour vérifier que tout allait bien, puis une fois sa promenade faite, elle retourna dans la bibliothèque et lut jusqu'au coucher du soleil. Alors qu'elle commençait à s'assoupir, elle vit sa maitresse rentrer dans la pièce. Elle se leva et alla se lover dans ses bras pour la câliner.

« -c'est l'heure du lit ma chérie... Tu as le droit d'aller dormir maintenant, c'est moi qui vais veiller sur toi...

-d'accord maitresse... Votre tableau, là...

-pardon, je peux t'expliquer, je...

-...il est très bien.

-Merci »

Cette nuit là, tandis que Siloé s'endormait dans ses bras, Elyanor se rendit compte que les spectres de son passé refaisaient peu a peu surface a mesure que sa protégée approchait de ses vingt ans. Elyanor lui avait fait la promesse de la transformer en vampire le jour de ses vingt ans. Elle pleura en se serrant contre sa fille, cherchant le réconfort dans les bras de celle qui seule comptait pour elle désormais. Elle caressait les cheveux de son amour assoupi, si innocente comme l'avait été d'autres avant elle. Assez se dit-elle... Elle ne pouvait pas se permettre d'hésiter lorsque le choix se présenterait à elle... Elle devrait être prête à faire ce qu'elle avait déjà fait, même si pour cela, elle devait se couper de sa fille. A cette pensée, elle serra encore plus fort Siloé qui s'éveilla et sentit les larmes de sa maitresse couler dans son cou. Elle se rendormit rapidement, non sans se demander pourquoi son amour sangloterait de bonheur en pleurant à chaudes larmes.

Le lendemain dans la journée, Siloé chercha le tableau de sa maitresse et le trouva lacéré par un coup de couteau. Elle essaya de ne pas y penser outre mesure, mais elle ne pouvait oublier le regard étranger du portrait. De nombreuses portes étaient désormais fermées dans le manoir, et elle n'aimait pas cela... Elle se sentait prisonnière, si bien qu'elle commença à avoir peur de sa maitresse.

Le soir lorsqu'elle se réveilla, Elyanor trouva Siloé au salon, et la jeune femme sursauta en voyant la vampire arriver. Dans ses yeux, la jeune femme ne vit que de la tristesse et des regrets, alors que la vampire découvrit la peur de sa fille. La situation était bien trop difficile à supporter pour Siloé. Elle venait à peine de découvrir l'amour avec sa maitresse que déjà il lui échappait pour des raisons qu'elle ne comprenait pas. Elle hésita longuement avant de venir s'agenouiller face à sa maitresse qui lisait enfoncée dans un fauteuil, lui tournant le dos.

« -Maitresse je vous en supplie, dites moi ce qui se passe! Pourquoi êtes-vous si distante avec moi, qu'est ce que j'ai fait?

-rien ma chérie... Je...j'aimerais pouvoir t'expliquer, mais...je risquerais de te perdre, ou de te blesser... Mais je t'aime...je t'aime éperdument, et c'est de ça dont j'ai peur...

-Peur de m'aimer? Comment un vampire peut il vivre s'il n'est pas autorisé à aimer?

-Ce n'est pas que je n'ai pas le droit Siloé... C'est que...je...ne veux pas...

-Maitresse? »

Les yeux de Siloé s'emplirent de larmes quand elle entendit les paroles de sa maitresse. Elle ne parvenait pas à y croire. Comment pouvait elle lui dire ça, elle qui avait fait tant d'efforts pour la séduire, à peine une semaine plus tôt? Elle se releva et voulut s'enfuir, mais sa maitresse la retint.

« -reste! Pardonne mes paroles, mais un jour tu les comprendras... J'ai déjà souffert à cause de mon amour, et je ne veux pas ressentir cela de nouveau... Je t'avais promis que je te transformerai en vampire le jour de tes vingt ans, et je le ferai. Mais d'ici là mon amour, je dois me faire encore plus distante pour me préparer au rituel. J'ai besoin de solitude... Dans un an ma Siloé, nous serons de nouveau amantes, mais pour l'instant, je ne veux pas que tu me tentes. »

Siloé hurla et courut jusqu'à sa chambre. Elle enfouit la tête entre ses coussins et pleura toutes les larmes de son corps. Elle hurlait sa douleur d'avoir perdu sa maitresse, puis, épuisée par son chagrin, elle s'endormit d'un sommeil peuplé de cauchemars. Quand elle se réveilla, le soleil était déjà haut dans le ciel. Elle mangea, lut, étudia, fit tout ce qu'elle pouvait pour oublier sa peine, mais il lui était impossible de se débarrasser de son chagrin. Elle ne pouvait pas se permettre de revoir sa maitresse le soir venu, alors elle décida que lorsque le soleil se serrait couché, elle serrait dans sa chambre à dormir. Pendant une semaine, elle ne vit pas sa maitresse. Elle ne mangeait presque plus, et passait la plus grande partie de la journée à pleurer sur son lit. Un soir, alors qu'elle rentrait se coucher, elle croisa Elyanor qui lui lança un regard suppliant. Elle semblait presqu'aussi affaiblie qu'elle, ses yeux étaient cernés, et elle semblait avoir pris dix ans.

« -Siloé...

-Comment avez-vous pu me dire ça?

- Pardonne-moi... J'aimerais pouvoir t'expliquer...

- Faites-le... FAITES-LE!!!EXPLIQUEZ-MOI!

-tu ne le supporterais pas...

-JE M'EN FICHE!!! DITES MOI CE QUI NE VA PAS... dites le moi maitresse... »

Devant le refus de sa maitresse, elle éclata de nouveau en sanglots et se réfugia entre ses murs. Elle se sentait faible, inutile, détestée... Son état de santé se dégrada alors, et a la faiblesse causée par le manque de nourriture s'ajouta la maladie. Désormais, elle passait les journées allongées au coin du feu. Elle connut son premier contact depuis des mois avec sa maitresse lorsqu'un soir, celle-ci la porta a la cuisine et la fit manger comme on fait manger un enfant. Puis elle la prit dans ses bras et la porta jusque dans son lit. Elle la coucha, puis se pencha sur elle et l'embrassa. Siloé répondit faiblement à ce baiser, et sa main chercha le cou de sa maitresse pour l'attirer à elle. Mais elle ne le trouva pas. Elyanor avait pris la main de sa fille et elle lui posa sur la poitrine après avoir posé ses lèvres dessus.

Report Story

byDavid9© 1 comments/ 5830 views/ 0 favorites

Share the love

Report a Bug

Suivant
3 Pages:123

Forgot your password?

Please wait

Change picture

Your current user avatar, all sizes:

Default size User Picture  Medium size User Picture  Small size User Picture  Tiny size User Picture

You have a new user avatar waiting for moderation.

Select new user avatar:

   Cancel