Provence

byJipai©

Je crois que je ne vous ai jamais dit comment Éric fut conçu

Nous étions à l'époque Georges et moi, (Georges c'est mon mari) mariés depuis quelques moi. Georges me faisait part de ces envies de paternité. Moi j'avais 23 ans encore peu soucieuses de ce genre de responsabilité mais au fond je voulais faire plaisir à mon mari qui était si prévenant pour moi

C'était donc l'été, mes parents avaient loué pour nous tous une maison dans l'arrière-pays provençal, nous étions ensemble et tout allait pour le mieux entre mes parent et Georges qui les appréciait beaucoup. Nous faisons la sieste tous les jours car le temps était vraiment très chaud et je me souviens que nous reposions nus sur notre lit Georges et moi. Bien sûr il a voulu me faire l'amour et je l'ai accueilli bien volontiers j'avais arrêté la pilule depuis deux mois ce qui rendait Georges plus enthousiaste encore. Il m'a donc prise la dans la pénombre tiède de la chambre alors que dehors le soleil écrasait la campagne. J'ai senti son sexe ouvrir mes lèvres intimes, il est entré en moi. J'ai frissonné et j'ai senti Georges se mettre à s'agiter sur mon ventre. Il haletait au-dessus de moi, pesant de tout son poids sur mon corps, j'ai frémi en le sentant en moi. Georges n'a pas sexe surdimensionné et je dois dire que mon plaisir était mesuré. J'ai dû simuler un peu histoire de l'encourager je me suis mis à soupirer j'ai même gémi en le sentant s'agiter plus vite me donner de furieux coups de reins et puis rapidement libérer le sperme que je sentais se répandre en moi. Il a eu un gros soupir, et puis Georges a basculé sur le côté histoire de retrouver un peu de fraîcheur. Il m'a embrassée en me chuchotant que cette fois sera la bonne, j'ai souri timidement.

Georges n'était pas un vrai adepte de la sieste, il s'ennuyait vite au lit et dans une semi somnolence je l'ai entendu se lever sans bruit, il enfilait son maillot de bain et il a quitté la chambre. Plus tard j'ai entendu le plouf qu'il a fait dans l'eau quand il a plongé et puis il s'est mis à faire des longueurs de bassin j'ai replongé dans un demi-sommeil bienfaiteur.

Le grincement léger de la porte m'a fait rouvrir les yeux. J'ai aperçu la tête de mon père passer par l'ouverture, il me souriait, en entrant dans la chambre et en refermant la porte avec précaution. J'en ai été si surprise que je n'ai pas réagie, il s'est approché du lit et sans un mot il s'est allongé près de moi tout en souriant. « Tu es de plus en plus belle » a-t-il murmuré en m 'attirant à lui. J'ai soudain eu froid, un grand frisson m'a parcouru sur toute la surface de ma peau, et pour le coup j'étais bien réveillée. Papa m'a prise dans ses bras puissants et tout à coup j'ai retrouvé cette intimité qui avait été la nôtre pendant mes années d'adolescence. Papa dans mon lit, cela faisait un moment que ce n'était pas arrivé.

Ses lèvres ont embrasser ma joue, elles ont cherché ma bouche et je me suis laissé faire, tout m'est revenus en mémoire en un instant, cette sensation de sécurité entre ses bras, cette douceur qui était la sienne et rien qu'à lui. Mon corps s'est détendu et je me suis laissée aller contre sa peau chaude. Il a commencé à m'embrasser partout, la bouche, le cou, les seins, le ventre et puis j'ai senti mes cuisses s'ouvrir sous la poussée de ses genoux qui s'insinuaient entre mes jambes. Papa à glissé contre moi et j'ai senti sa bouche se poser sur ma fente. J'ai pensé à Georges à cet instant, dehors le clapotis de l'eau me disait qu'il faisait toujours des longueurs de bassin pendant que maman lisait à l'ombre au bord de la piscine. J'étais entre deux univers, celui de mon mari et celui de mon père qui m'avait ouvert aux choses du sexe de façon si délicieuse qu'il m'était difficile de lui refuser quoi que ce soit. C'est ainsi que je l'ai laissé faire, remonter mon désir, que j'ai gémis sous sa langue et ses lèvres si douces je me suis ouverte à lui et je l'ai accueillie quand il a estimé que j'étais assez chaude pour cela

Papa a glissé sur moi j'ai senti le sexe tendu frotté sur mon ventre et puis glisser plus bas entre mes cuisses et enfin remonte, papa pesait sur moi le souffle haletant. Moi, fascinée et subjuguée par ce qui arrivait je ne disais rien sous lui, je le regardais, admirative de sa masculinité. J'ai senti mes lèvres intimes s'ouvrir pour la seconde fois cet après-midi la et puis mon vagin encore trempée de la semence de Georges s'écarta et papa d'un coup de rein magnifiquement délicieux s'est propulsé en moi. J'ai poussé un « ah » étouffé et nous sommes restés ainsi un long moment qui n'appartenait rien qu'à nous.

De dehors nous parvenait le bruit de l'eau, , Georges continuait à nager, de temps en temps il échangeait un mot avec maman sous son arbre. Puis j'ai senti le membre de papa qui commençait à labourer mon vagin. J'ai gémi, j'en avais perdu l'habitude et mon père avait un sexe au-dessus de la moyenne en grosseur comment longueur et je le sentais qui tapait au fond de mon ventre contre mon utérus. Il allait et venait d'un mouvement régulier délicieusement rythmé. Je fermais les yeux pour mieux me consacrer à cette sensation si particulière et qui avait le don de m'envoyer à chaque fois vers des paradis interdits. Papa me besognait et je crois que cela a duré, duré, le temps a perdu sa notion première pendant que je plongeais dans les délices d'une baise interdite. Son accélération m'a fait rouvrir les yeux, papa était au-dessus de moi, il me regardait de façon si intense que j'en étais hypnotisée. J'ai plongé mon regard dans ses yeux sombres, nous étions un, nos corps si imbriqués et si complices qu'il suffisait de se laisser aller. C'est-ce que j'ai fait. J'ai senti soudain que papa se crispait sur moi, j'ai senti sa bite palpiter puis tressaillir et puis juste après des spasmes à n'en plus finir, des coups de reins qui faisaient de moi une poupée de chiffon entre les bras puissants qui m'enserraient si fortement. J'ai crié je crois, et papa m'a mis la main sur la bouche pour étouffer mes cris.

Dans un dernier coup de rein, papa s'est fiché en moi comme un pieu en terre. Je sentais ses jets de sperme envahir mon ventre. Je ne peux pas dire combien de temps nous sommes restés ainsi enlacés l'un à l'autre. Nous étions si bien dans cette chambre ombreuse dans l'après-midi ensoleillée de Provence. Dehors les cigales emplissaient l'air de leurs stridences crispées. J'ai entendu Georges et maman qui parlaient ensemble. Je me suis fait la réflexion, ils s'entendent bien Georges et maman. j'en ai été heureuse me laissant aller à mon bonheur du moment. Papa me tenait chaud mais peu m'importait, j'aimais sentir son poids rassurant sur mon corps trempé de sueur.

Nous sommes restés ainsi un long moment sans bouger. Et puis papa a relevé la tête il m'a souri il a glissé sur le côté j'ai ressenti un grand froid mais papa était près de moi je ne devais pas avoir peur du monde, j'étais protégé.

Son sexe est redevenu dur, je l'ai senti contre mes fesses, les bras de papa m'ont entouré il m'a ramené contre lui, sa main a écarté mes globes fessiers et j'ai senti son gland s'appuyer sur mon anus. Papa a donné un coup de rein et son sexe à retrouver sa voie dans mon ventre comme lorsque plus jeune et encore vierge, il me sodomisait pour préserver mon hymen. Mon cul s'est rouvert pour lui, mon sphincter laissant le passage à sa verge. Il se planta profondément en moi avant de s'immobiliser encore pour jouir de l'instant. Ses deux mains puissantes m'avaient prise par les seins me collant à lui. Et dans l'après-midi torride, papa a repris ses mouvements de va et vient entre mes fesses. Son souffle chaud balayait ma nuque pendant qu'il faisait de moi sa chose. Pour la seconde fois de l'après-midi il se laissa aller et je sentis le sperme envahir mon ventre.

Plus tard encore nous avons rejoint Georges et maman au bord de la piscine ils étaient radieux, j'étais un peu honteuse mais papa était là pour me soutenir.

Nous avons recommencé papa et moi, sous le ciel pur provençal, lorsque Georges et maman nous laissaient un moment de solitude (Que nous recherchions) nous nous précipitions l'un vers l'autre pour des étreintes éperdues. Papa bandait, il me prenait, il jouissait en moi et je le recevais avec délice.

A la fin de l 'été mes règles ne sont pas revenues, j'en ai été heureuse pour Georges.

Report Story

byJipai© 0 comments/ 33105 views/ 0 favorites

Share the love

Report a Bug

1 Pages:1

Veuillez Donner une Note à cette Soumission en ligne:

Please Rate This Submission:

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Please wait
Recent
Comments
by Anonymous

If the above comment contains any ads, links, or breaks Literotica rules, please report it.

There are no recent comments  - Click here to add a comment to this story

Add a
Comment

Post a public comment on this submission (click here to send private anonymous feedback to the author instead).

Post comment as (click to select):

You may also listen to a recording of the characters.

Preview comment

Forgot your password?

Please wait

Change picture

Your current user avatar, all sizes:

Default size User Picture  Medium size User Picture  Small size User Picture  Tiny size User Picture

You have a new user avatar waiting for moderation.

Select new user avatar:

   Cancel