tagInceste/TabouMarion pervertie par sonbeau-père

Marion pervertie par sonbeau-père

byCoulybaca©

Marion pervertie par son beau-père

Devious Father-in-Law's Desire

Coulyubaca / Black Demon

Joyeux d'être revenu de cette dangereuse patrouille, Rich Shepard se relaxait dans la sécurité relative des baraquements, loin de la ligne de tir des mortiers.

Il s'assit derrière un des ordinateurs qui permettaient aux hommes de troupes de communiquer avec l'extérieur, il vit qu'il avait reçu un mail de son père.

Il sourit à pleines dents à la lecture de l'intitulé du court texte : avec mes félicitations... Papa! .....

Le mail ouvert il put lire :

-"Tu es le père d'un petit garçon de 3 kgs! ... La mère et l'enfant se portent au mieux! ..... J'ai emmené Marion à la maternité à 7 heures du matin, ton fils James est né à 13 heures 05... CVi joint deux photos que j'ai pris à la maternité... ".

Il ouvrit les pièces jointes, et rayonna d'orgueil à la vue de sa resplendissante femme bien calée dans son lit, berçant dans ses bras leur nouveau-né.

Marion était adorable comme toujours, on aurait jamais dit qu'elle venait d'enfanter après 6 heures de douloureux efforts.

Bébé Jimmy semblait si beau, si petit, ils devaient l'appeler James Reese Shepard, il porterait ainsi comme second prénom celui de son grand-père âgé de 57 ans!

Rich était profondément reconnaissant envers son père d'héberger gracieusement son épouse depuis son départ, il accueillerait maintenant son épouse et son fils en attendant que son unité de gardes nationaux regagne ses cantonnements.

Envahi par des pensées moroses il se prit la tête à deux mains se remémorant comment sa vie avait drastiquement basculé ces 10 derniers mois.

Diplômé de l'université 15 mois plus tôt, promis à brillant avenir professionnel dans une grande firme, il avait vécu le pus beau jour de sa vie lorsque la ravissante Marion Tremont avait descendu l'allée centrale de l'église à son bras une fois devenue madame Richard Shepard.

Marion était née dans une riche famille qui avait ses racines dans l'est depuis l'époque coloniale, Marion portait fièrement le nom de sa grand-mère.

Richard se réjouissait à l'idée que son père et son épouse s'apprécieraient : ils étaient tous deux adeptes de la voile, les parents de Marion possédaient d'ailleurs un yacht.

Fermant les yeux, Rich s'imagina sa femme se rappelant combien elle était belle dans sa longue robe de mariée.

Mais leur mariage avait tourné au désastre juste une heure avant la cérémonie lorsque le garçon d'honneur les informa que leur unité de la Garde Nationale avait été rappelée pour se déployer au-delà des mers, au Moyen Orient.

Ils avaient gardé la mauvaise nouvelle pour eux deux, afin de ne pas perturber son mariage avec cette fâcheuse nouvelle, il voulait s'accorder du temps pour en informer tout doucement sa promise.

Par chance Reese et sa femme s'étaient tout de suite bien entendus dès qu'ils avaient été présentés l'un à l'autre lors du week-end où il avait été diplôme, son père avait couru à son secours lorsqu'il l'avait informé de cette mauvaise nouvelle.

Rich avait rencontré les parents de Marion lors des vacances de printemps lorsqu'il l'avait accompagnée dans l'Est pour les rencontrer une fois leurs fiançailles officialisées.

Son père avait fait leur connaissance lors de la remise des diplômes, c'est alors que Richard et Marion avaient décidé de faire construire leur maison dans l'Ouest là où Rich avait grandi, de plus il avait dégotté un bon boulot très bien payé dans un cabinet d'architecte local.

Tout était programmé pour l'été qui suivrait, il se représentait maintenant cette période dorée à la mi-aoûtt, qui avait précédé leur mariage alors qu'ils mettaient au pont les derniers détails concernant leur mariage en fin de mois.

Il devait prendre son boulot deux semaines plus tard, lls avaient l'intention de rester une semaine, ou plus, avec son père le temps de trouver une maison à louer.

Il avait informé ses employeurs qu'il n'y avait aucun problème, une fois marié, il prendrait 15 jours de lune de miel et se mettrait ensuite à leur disposition.

Il était reconnaissant à son père de distraire Marion sur son temps mort afin de lui permettre d'appréhender les ficelles de son futur métier.

Quant à Reese, il avait vraiment été impressionné lors de sa rencontre avec sa ravissante future belle-fille, si impressionné que depuis son image hantaient ses pensées.

Elle paraissait si douce, si avenante et spécialement lorsque Rich l'informa que Marion hésitait à s'installer chez lui, et qu'elle pensait qu'il serait préférable qu'elle trouve une chambre d'hôtel le temps de trouver une maison à louer.

Reese fit alors de gros efforts pour la convaincre qu'il serait plus confortable de résider dans une grande maison l'assurant que cela ne lui créait aucun problème de l'accueillir chez lui.

Reese lui avait assuré qu'il n'y avait que quelques détails à régler dans la chambre d'hôte et qu'elle serait prête lorsqu'il arriverait le week-end prochain.

En fait la chambre ne nécessitait qu'un bon dépoussiérage pour être en ordre, mais Reese voulait y ajouter quelques équipements spéciaux, même si Marion insistait pour qu'il ne fasse aucun frais pour préparer sa chambre.

Il n'avait pas besoin d'y ajouter des choses inutiles, des choses que sa future bru ne désirerait pas qu'il mette en place, spécialement cette caméra digitale qu'il avait l'intention d'installer de façon à la mater dans son intimité pour se repaître de ses charmes.

Comme son fils et sa future épouse ne vivaient pas ensemble, Marion demeurant dans sa fraternité alors que Rich était resté dans la sienne, Reese suspectait que sa future belle-fille avait gardé son précieux pucelage intact.

-"Bordel ce que j'aimerai être celui qui la dépucellera! ...." se disait-il en lui-même ajoutant qu'il pourrait peut-être même devenir le père de ses petits enfants! ...

Il avait l'esprit encombré des images de sa future bru, à l'idée d'avoir cette somptueuse jeune vierge à domicile pendant les deux mois à venir lui venait cette folle idée qu'il pourrait séduire la ravissante jeune femme future épouse de son fils.

-"Doux Jésus, comment mon connard de fils a-t-il bien pu se dégotter une telle beauté? .... Que peut-elle bien voir en lui? ....." se demandait Reese épaté.

Bien que son fils soit un intellectuel, Reese avait essayé d'en faire un vrai mâle, mais il avait toujours préféré les livres au sport au grand dépit de son père.

Gonflant le torse, sentant sa gosse bite palpiter, Reese gloussa se demandant ce que sa future bru pourrait donner si un véritable mâle s'occupait de ses fesses! .....

-"Bordel c'est vraiment la fille la plus douce et la plus naïve que j'ai jamais rencontré! ..... Par tous les diables ce que j'aimerai être le premier à planter ma grosse pine dans son étroite petite chatte! ...." pensait-il plein d'espoir.

Le physique et le comportement de Reese étaient si opposés à celui de son fils que Marion s'en était étonné dans son fort intérieur lorsqu'ils avaient été présentés l'un à l'autre.

Marion avait tout de suite senti que son futur beau-père, veuf depuis une dizaine d'année était u grand amateur de femmes spécialement lorsqu'elle sut qu'il avait eu des aventures avec de très jolies femmes de la moitié de son âge, juste un peu plus âgées qu'elle.

Ayant appris tout cela, Marion ne pouvait s'empêcher d'admirer un si avenant futur beau-père.

Elle ne pouvait s'empêcher d'imaginer ses grosses mains viriles rampant sur son corps pour la caresser intimement, et même en cela elle réalisait à quel point le père et le fils différaient l'un de l'autre.

Marion avait souvent imaginé sa nuit de noce, elle ferait gentiment l'amour avec Rich qui aurait l'honneur et la joie de cueillir sa petite fleur.

Mais après avoir rencontré son musculeux futur beau-père, sachant qu'il devait être un grand amateur de jolies jeunes femmes, elle ne pouvait s'empêcher de se demander comment u tel homme traiterait une jeune épouse vierge lors de sa nuit de noce! .....

Elle frissonnait à l'idée de se faire grimper par un colosse musclé comme son futur beau-père plutôt que par son maigrichon promis, elle frémissait en s'imaginant ce qui se passerait, un émoi qu'elle avait déjà ressenti lorsqu'il l'avait serrée dans ses bras pour l'embrasser convivialement, comme ce serait bon de se voir serrée dans ses bras alors qu'il dépucellerait! ....

Deux semaines avant le mariage, Ils avaient trouvé un petit appartement en ville qu'ils devaient occuper une fois mariés.

Ils avaient déménagé leurs affaires dans la petite maison la semaine précédant leurs épousailles, Marion voulut alors s'assurer que la chambre à coucher avait été livrée.

Ils étaient tous deux las d'empaqueter et de transporter des cartons, ils revinrent chez Reese qui faisait griller des steaks pour le repas de ce soir.

Bien que Reese leur ait proposé d'épargner leur argent et de rester chez lui le temps de se trouver une petite maison à leur convenance à acheter, ils avaient préféré tous deux commencer leur vie de couple dans leur propre maison.

Le souper terminé, Rich et Marion semblaient tous deux épuisés, Reese les avisa de ne pas se tracasser pour la vaisselle, il contrôlait la situation.

Jetant un oeil dans le salon, Reese vit son fils s'affaler sur le canapé, il se mit rapidement à ronfler. , Il n'y avait aucun signe de présence de Marion.

Il grimpa discrètement à l'étage et tourna le bouton de la porte de la chambre où elle dormait, et il sourit de toutes ses dents à la vue de l'adorable beauté étendue sur le lit, elle avait ôté sa robe d'été et gisait sur le lit uniquement vêtue d'une affriolante petite culotte noire et d'un soutien-gorge rouge.

Il se glissa furtivement dans la chambre verrouillant la porte par précaution, il s'avança et tendit la main pour caresse sa soyeuse cuisse couleur d'ivoire.

Ayant rempli leurs de thé glacé épicé aux somnifères qu'ils avaient entièrement vidé, il savait que rien ne devait venir entraver son projet de séduire sa succulente future bru sen était de sidération.

-"Mmmmmmm... Mmmmmmmmmmm... " couinait Reese de plaisir en enfouissant son visage dans sa petite culotte inhalant ses flagrances intimes.

De la pointe de la langue, Reese suivi ses babines au travers de la fine dentelle de sa culotte. Repoussant le fond sur le coté, il referma la bouche sur sa chatoune explorant de la langue sa fentine embrasée.

Tendant la main il repoussa le soutien-gorge rouge et empauma ses nibards caressant ses tétons de la paume de la main.

Il sentait ses tendres mamelons se raidir sous ses douces caresses et nota que son chaton était s'humidifiait lorsqu'il le caressa suavement de la langue.

La bite déployée, Reese réfléchissait avec la tête de nœud située entre ses cuisses se demandant s'il oserait la sauter en toute illégalité sa future bru sans défense.

- Allait-il oser l'impensable? .....

Relevant la tête enfouie entre ses cuisses, il posa son gland à l'endroit que sa bouche quittait, fouillant ses babines engorgées de cyprine.

Il s'agenouilla alors entre ses cuisses grandes écartées tout en savourant ses tendres tétons, puis il enfourna lentement sa grosse bite dans sa chatte serrée.

-"Bordel ce que cette salope est étroite! ..." haletait-il se reculant d'une paire de centimètres pour mieux s'enfoncer ensuite.

Un petit effort et il buta sur un obstacle attendu, celle qui l'empêchait de s'enfoncer plus en elle... Sa précieuse fleur! ....

-"Bordel elle est vraiment pucelle! ....réalisa Reese se figeant brutalement.

Il n'osait pas s'enfoncer plus, pas avec son pucelage intact, il serait trop facile de comprendre qu'il avait violé sa future bru si son forfait était découvert, et immanquablement il le serrait.

Il s'efforça de reprendre ses esprits, de se calmer, et entama de courts vas et viens sans prendre le risque de franchir la barrière interdite.

Agitant les hanches, prenant la précaution de ne pas s'enfoncer trop loin, il se mit à gémir :

-"Ahhhhhhhhhhh... Ahhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh... " un jet de foutre impétueux alla se briser sur son hymen, puis un autre jet, et encore un, les muqueuses de la jeune vierge baignaient dans le foutre.

Se reculant, il empoigna son caleçon et le plaça sous ses fesses pour absorber le foutre qui jaillirait sûrement de sa chatte lorsqu'il se retirerait.

Sa lubricité momentanément assouvie, Reese regardait sa bite se ramollir alors qu'un frisson rétrospectif de peur parcourait ses lombes.

Il regardait le flot de sperme s'écouler de ses babines rouges et enflées pour tremper son caleçon qu'il avait d'ailleurs disposé sous ses fesses à cette fin.

Reculant, il regardait le flot de sperme qui semblait loin de se tarir, Reese se rua alors dans le cabinet de toilette pour se saisir d'un gant de toilette humide pour nettoyer la chatte de la jeune femme de toute trace de viol.

En revenant pour curer sa chatoune Reese se demandait :

-"Est-il possible d'engrosser une jeune femme sans la dépuceler? ...."

Le lendemain matin, elle fut toute étonnée de se réveiller si tard. Normalement c'était plutôt une lève-tôt elle se dit en son fort intérieur :

-"Je suppose que toutes ces allées et venues hier m'avaient épuisée! ...."

Elle était toute courbaturée, Marion espéra vivement qu'elle ne débutait pas une bonne grippe son corps était meurtri et plus spécialement ses cuisses.

Elle en conclut que ce devait être le résultat des toutes ces montées et descentes d'étages les bras chargés de cartons.

Elle était loin de se douter que ces courbatures étaient en fait dues au fait que son beau-père lui avait maintenu longuement les cuisses grandes ouvertes tandis qu'il allait et venait en elle avec parcimonie, prenant toutes les précautions pour ne pas la dépuceler.

C'est une fois son petit déjeuner pris en compagnie de son futur beau-père et de son fiancé que ce dernier l'informa de la mauvaise nouvelle qu'il avait reçue de la bouche de son garçon d'honneur la nuit précédente.

Son unité de gardes nationaux dont ils faisaient partie, lui et son garçon d'honneur, étaient appelées pour une période active, leur incorporation était fixée au prochain lundi à 7 heures.

Ils devaient discuter rapidement de leur avenir proche, d'autant plus que Rich avait toujours un statut de stagiaire dans sa boite, bien sur il retrouverait son boulot à son retour, mais la différence entre sa paie actuelle et la solde d'un incorporé était énorme.

Ils devaient envisager d'abandonner certains projets, ou tout au moins de les différer en fonction de leurs futurs revenus, et ce très rapidement.

De nombreux coups de téléphone plus tard, Rich et Marion étaient soulagés de voir comment leurs amis et proches prenaient leur malheureuse situation.

Le propriétaire de la maison qu'ils avaient louée était un vieux copain de Reese et il était d'accord pour casser le bail sans frais, et il était même prêt à leur accorder une semaine entière pour leur permettre de vider les lieux.

Le fournisseur de la chambre à coucher, comprenant leur problème, acceptait de la reprendre sans pénalité.

Ils n'avaient pas d'autre choix que d'accepter l'offre de Reese qui proposait d'héberger Marion le temps que Rich s'acquitte de sa mission.

Le mariage eut lieu le samedi suivant comme prévu, bien que leurs familles et leurs proches soient au courant de l'amère nouvelle.

Mari et femme se noyèrent dan la foule des parents, des proches et des amis pendant la réception, bien que tous sachent qu'à cette occasion de se réjouir succéderait bien vite l'amère séparation, au petit matin lorsqu'ils quittèrent la cérémonie, il restait 8 petites heures au couple pour consommer leur mariage.

Le lendemain matin, ils se quittèrent tristement à l'aéroport, alors que Rich était chargé comme une mule, portant son uniforme de garde national, son barda et ses armes sur le dos.

L'avion envolé, Reese et Marion retournèrent au domicile de Reese, il avait les yeux rivés sur les jambes de sa nouvelle bru.

-"Est-elle encore vierge? ..." se demandait-il avec lubricité, sa bite se cabrait dans son pantalon à cette pensée.

Bien sur, ils avaient du faire l'amour pendant leur nuit de noce, juste avant de se quitter! .....

De la centaine d'invités de la noce Reese devait être le seul à se demander si les jeunes mariés avaient vraiment consommé leur mariage, pour les autres invités la question ne se posait même pas.

En fait la consommation n'avait pas été totale, le jeune époux avait pénétré sa femme comme tout homme doit le faire le soir de ses noces, mais avait misérablement échoué pour mener à bien les opérations.

Cependant il était tout heureux de s'être heurté au barrage de son hymen, comme il l'espérait, lorsqu'il l'avait pénétrée de quelques centimètres.

C'est à cet instant que le sort avait frappé, sa bite s'était soudainement ramollie, il avait glissé hors de la chatte de sa jeune épouse désappointée, Rich n'était pas parvenu à récupérer une raideur significative qui lui permette de la pénétrer à nouveau.

Il s'étaient consolés réciproquement dans les bras l'un de l'autre admettant que c'était leur inexpérience qui les avait conduit à ce fâcheux contretemps ainsi que le stress qu'il avait du supporter ces derniers jours avant de quitter sa femme pour rejoindre son unité de gardes nationaux.

Les dangers qu'il allait affronter aux cotés de ses camarades de corps le tracassaient évidemment ce qui pouvait aussi expliquer sa faiblesse lors de cette nuit primordiale pour leur vie de couple.

Il ne se doutait pas qu'en fait sa faiblesse était due au dernier verre d'alcool, dans lequel son père avait fait dissoudre deux pilules d'antihistaminique qu'il lui avait tendu dans le but de le rendre inopérant.

Deux semaines plus tard, Marion se mordait les lèvres en frissonnant de désespoir, elle avait si ardemment espéré que Rich ferait d'elle une femme.

Cuisses serrées l'une contre l'autre, les pointes de ses nibards dardés dans les bonnets de son soutien-gorge, Marion tremblait comme une feuille sentant que quelque chose lui manquait.

Les épaules basses, elle n'avait pu répondre que d'un signe de tête lorsque son beau-père lui avait demandé :

-"Tu te sens bien Marion? .... Tu me sembles un peu tendue! ...."

Elle refusa d'abord qu'il la masse, mais maintenant son corps frissonnait sous les mains puissantes de Reese qui lui massaient les épaules.

Marion ignorait que le verre de jus d'orange qu'elle avait bu plus tôt dans la matinée était la source de son agitation.

Cela faisait partie du plan échafaudé par son vil et pervers beau-père, il avait mélangé une forte dose de cantharide au verre de jus d'orange qu'il lui avait si gentiment préparé.

Maintenant qu'il avait refermé ses griffes sur sa ravissante belle-fille, il avait l'intention de la séduire.

Il avait concocté un plan d'une perversité inouïe pour partager ses draps et la tête de nœud entre ses cuisses étaient vraiment impatiente de constater si oui ou non elle était encore pucelle.

Lentement ses mains glissèrent de ses épaules sur ses avant-bras puis sur son dos.

Les massages de sa nuque se transformaient en caresses, Reese sentait la jeune femme haleter sous la caresse de ses doigts experts alors qu'il soufflait dans ses lobes d'oreilles et son cou.

Il posa les mains sur ses hanches, elle l'agrippait désespérément, il posa alors sa main dans le bas de son dos et reprit ses caresses lancinantes.

-"Ohhhhhh... Ohhhhhhhhhh... " gémissait-elle éperdue lorsqu'il empauma ses nichons au travers de son fin corsage et de son soutien-gorge.

En un grand amateur de femmes, Reese comprit sa vulnérabilité et glissa prestement ses mains dans son corsage afin d'empoigner ses nibards enflés.

Comme il effleurait ses mamelons affolés, il l'entendit soupirer de nouveau, il comprit alors qu'elle ne tarderait plus à se donner à lui.

Il remua alors ses hanches de façon à ce que sa bite s'approche de sa main posée sur sa cuisse.

Report Story

byCoulybaca© 0 comments/ 125759 views/ 0 favorites

Share the love

Report a Bug

Suivant
2 Pages:12

Forgot your password?

Please wait

Change picture

Your current user avatar, all sizes:

Default size User Picture  Medium size User Picture  Small size User Picture  Tiny size User Picture

You have a new user avatar waiting for moderation.

Select new user avatar:

   Cancel