tagNon Consentement / À contre-cœurMa Femme Esclave de Mon Patron 05

Ma Femme Esclave de Mon Patron 05

byZuwed©

Le lendemain M. Touré nous demanda d'arriver au siège du groupe en fin de matinée.

Il envoya à Sonia une minijupe noire et un débardeur blanc moulant. Elle enfilait vite ses talons aiguilles et nous voilà repartis à notre rendez-vous.

On arriva chez Touré où le personnel de Touré nettoyait la villa et la piscine après la fête de la veille.

Un homme nous demanda de le suivre dans le bureau de Touré.

On entra dans la pièce, il y avait là le comptable de la société, un garde du corps et M. Touré en personne.

« Ah ma pute blanche préférée, aujourd'hui je reçois de riches industriels chinois qui viennent visiter nos installations, tu me tiendras compagnie afin de remplacer Lucia qui est digérée par mes requins »

Et se tournant vers moi

« Quant à toi tu vas nous suivre derrière, tu serviras à me porter mes documents »

Il me donna une pile de dossiers à porter, c'était très lourd!

Et il ajouta

« Aller on y va, les chinois m'attendent déjà sur un chantier »

Il empoigna Sonia sous le bras. Son chauffeur était devant la porte.

Touré et ma femme s'étaient assis à l'arrière alors que moi j'étais à l'avant au côté du chauffeur.

Nous étions pris dans les embouteillages et Touré était nerveux car cela le mettait en retard.

« Aller ma belle, détends-moi! »

Il baissa sa braguette et sortit son incroyable sexe long.

Sonia, docilement, le goba et entreprit la fellation de notre patron dans la voiture.

Il baissa également le débardeur de ma femme pour en admirer ses mamelles blanches.

Le chauffeur ne ratait pas une miette du spectacle, il avait réglé le rétroviseur intérieur de façon à bien voir ma femme.

Je n'osais même pas me retourner, mais on entendait clairement les bruits de sussions. Touré poussait des râles de plaisir, il appuyait de temps à autre sur la tête de ma femme pour lui enfoncer son sexe dans la gorge.

Sonia s'étouffait sur la longue pine noire de notre patron.

« Quelle charmante femelle! J'ai bien fait de donner Lucia à bouffer à mes requins, j'aurais loupé l'escorting de ta femme » me lança hilare Touré en me tapant l'épaule, le chauffeur riait à pleines dents.

« Je sais pas vous mais j'ai adoré Lucia hier »

On arriva à une grande usine, propriété de M. Touré.

Un groupe d'une petite dizaine de chinois nous attendaient déjà. Il y avait aussi deux gardes du corps noirs de Touré.

On descendit de la voiture. Sonia remettait son débardeur moulant blanc.

Elle s'essuyait également la bouche car Touré avait bien jouit lors de la fellation.

« Sonia, quand on visitera mes installations, tu marcheras devant nous pour me distraire, quant à ton mari, il marchera derrière nous! Comme une merde qu'il est! »

J'étais encore très humilié, vaincu par Touré.

On arriva au petit groupe, M. Touré salua ses invités, il nous présenta aussi, moi comme son sous-assistant, et Sonia comme assistante particulière.

Les chinois mataient avec insistance ma femme.

Son débardeur offrait une belle vue sur sa poitrine.

Pendant la visite des installations, de temps à autres, Touré lui caressait les fesses alors qu'il discutait avec ses interlocuteurs chinois. Ceux-ci adoraient le spectacle.

C'étaient des importateurs de pétrole asiatiques très importants.

Ma femme était pelotée à outrance devant des inconnus très importants!

On s'arrêta devant un forage d'exploration, Touré attendait qu'on lui confirme la présence d'un nouveau gisement, et ce, devant les chinois afin d'être en position de force dans d'éventuelles négociations

« Bien messieurs, en attendant les résultats ma secrétaire va vous faire patienter »

Et il prit Sonia de monter sur une petite caisse en bois

« Très chère, détends un peu ces messieurs qui ont fait un si long voyage! » demanda Touré à ma femme en lui tapotant les fesses

Ma femme entama une danse sensuelle dont elle avait le secret.

On était là, au beau milieu d'un immense complexe industriel, et ma femme se trémoussait sur une petite caisse entourée d'hommes d'affaires chinois, de Touré et de ses gardes du corps.

La chaleur était écrasante.

On se mit tous à l'ombre contre un mur laissant Sonia se déhancher en plein soleil.

Sa peau était luisante. Les chinois se délectaient du show offert par ma femme.

Son débardeur devenait peu à peu transparent et on voyait sans problème la paire de seins de ma femme.

Ce show dura bien une demi-heure.

Jusqu'à l'arrivée d'un ingénieur qui informa de la présence de pétrole ici.

Puis on reprenait notre route.

Sonia descendit de son podium de fortune, aidée par un chinois.

Ce dernier avait carrément la main dans sa jupe. Sachant qu'elle ne portait pas de string, ce chinois avait un accès direct au sexe de ma femme.

On continuait ainsi la balade.

Ma femme tenue par son sexe par cet homme.

Il la guidait à son aise, enfonçant un doigt dans sa fente ou dans son cul au gré de ses plaisirs.

On arriva ainsi devant une immense cuve de mazout.

Un autre chinois avait pris en main ma femme, il demanda à Touré si il pouvait disposer d'elle.

En contrepartie de certains éléments aux négociations, Touré accepta.

Le chinois, pudique sans doute, partit dans une cabane de chantier avec ma femme.

Je les voyais entrer ensemble, main dans la main. Il referma la porte derrière lui en se frottant les mains.

Ma femme allait ainsi se faire défoncer à l'abri des regards.

Alors que Touré continuait de présenter son complexe industriel, on entendait les ébats entre ma femme et le chinois dans le cabanon.

Et ce que je peux dire, c'est qu'il devait bien la défoncer!

Il la claquait violement.

Tandis que Touré parlait ma femme se mit à crier :

« Pitié ne m'enculait pas! Non pitié! »

Puis les bruits de va et vient reprenait dans la cabane, ce chinois devait être en train de sodomiser ma femme.

Cela ne dura pas plus de 5 minutes.

Ma femme et son homme ressortirent main dans la main comme si rien n'était.

Sonia avait la tête baissée, honteuse.

Elle s'était rhabillée à la va-vite, le débardeur mal réajusté faisait davantage ressortir sa poitrine généreuse.

Sa jupe était quant à elle toute de travers.

Le chinois remit ma femme à Touré en le remerciant.

« Alors Sonia, que t'as fait notre invité? » demanda Touré à voix haute devant tout le monde

Ma femme rougit de honte mais ne voulait pas répondre

« Alors Sonia? Si tu ne réponds pas, nos invités vont se distraire en te matant toute nue dans ma piscine à requins »

Les chinois ricanaient, visiblement ils connaissaient parfaitement le rôle de la piscine à requins de Touré.

Ma femme répondait

« Il m'a d'abord malaxé ma poitrine, puis il m'a baissé ma jupe pour me pénétrer. Puis il m'a sodomisé jusqu'à jouir en moi »

Touré reprit la parole

« Parfait! Tu vois que tu peux parler! Mais tu m'as tenu tête, donc tu seras exhibée à mon show ce soir au bord de la piscine à requin, encore un mot de travers et tu serviras de mise en bouche aux requins! »

C'est alors qu'un 4x4 noir arriva vers nous.

Il s'arrêta et en sortirent deux grands noirs. L'un d'entre eux tenait en laisses de chien la jeune Marilyne et sa mère .

« Tiens, voici ma jeune blanche préférée et sa succulente mère! » lança Touré

Touré se désintéressa subitement de ma femme pour voir d'un peu plus près les deux femmes.

Touré prit en main les laisses.

Un des gardes noirs de Touré l'informa que la belle Marilyne avait tenté de fuir et qu'elle fut rattrapée in-extremis à l'aéroport.

La balade dans le complexe industriel reprit, Touré me demanda de quitter les lieux.

Il offrit ma femme aux chinois.

Il gardait en laisses les deux belles blondes pour lui.

Un des gardes de Touré me raccompagna à la voiture.

Je vis également un chinois tenir en laisse un gros chien noir et se diriger vers ma femme et les autres chinois.

Arrivé à mon niveau il se mit à ricaner en regardant le chien puis ma femme.

Le chauffeur me ramena chez moi.

J'avais le cœur brisé à l'idée d'avoir laissé ma femme à ces chinois, elle doit surement les amuser.

On descendant de la voiture, le chauffeur me fit part de l'heure de rendez-vous chez Touré ce soir.

Il passera me prendre pour s'assurer de ma venue.

Au beau milieu de l'après midi le téléphone sonna.

Je répondis mais il n'y avait pas d'interlocuteur au bout. Seulement des bruits de fond. J'entendais parfois une femme hurler, un chien aboyer, des hommes rirent. Mais rien de net.

Ma femme ne revint pas de l'après-midi, je repartis donc seul.

Le chauffeur m'embarqua et nous revoilà en route pour la villa de Touré. Il ne m'adressa pas la parole si ce n'est un bref :

« Ta femme a beaucoup plu aux bridés! »

J'étais pétrifié, je n'osais pas répondre à cette provocation, le chauffeur riait à pleine dent!

Report Story

byZuwed© 6 comments/ 24189 views/ 0 favorites
1 Pages:1

Veuillez Donner une Note à cette Soumission en ligne:

Please Rate This Submission:

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Please wait
Recent
Comments
by Anonymous

If the above comment contains any ads, links, or breaks Literotica rules, please report it.

There are no recent comments (6 older comments) - Click here to add a comment to this story or Show more comments or Lisez Tous les Commentaires des Utilisateurs (6)

Add a
Comment

Post a public comment on this submission (click here to send private anonymous feedback to the author instead).

Post comment as (click to select):

Refresh ImageYou may also listen to a recording of the characters.

Preview comment

Forgot your password?

Please wait

Change picture

Your current user avatar, all sizes:

Default size User Picture  Medium size User Picture  Small size User Picture  Tiny size User Picture

You have a new user avatar waiting for moderation.

Select new user avatar:

   Cancel