tagRomans et NouvellesL'invitée surprise

L'invitée surprise

byprince2toscane©

En ce milieu d'après-midi d'automne, une pluie fine tombait sur le vieux cimetière de Rochefort. Tout autour de l'enceinte, les pâturages d'une Savoie ancestrale se projetaient à perte de vue. Sur la place du village, on remarquait une douzaine de voitures et plus particulièrement, une vieille Jaguar.

Une trentaine de personnes plus ou moins âgées avaient poussé le vieux portail en fonte. Silencieux, ils étaient rassemblés derrière une petite famille.

Quelques jours après la Toussaint, Nina Campora s'était éteinte trop tôt dans la maison de son enfance. Dans le caveau familial, elle rejoignait ainsi son mari et sa première fille décédés en couche.

Les deux derniers membres de la famille Campora, Colin et Pauline se serraient à l'abri d'un parapluie. Ils communiaient leurs émotions devant le cercueil en chêne. Le curé termina une dernière oraison dans un impressionnant silence. Les regards s'échangèrent, chacun à la recherche d'un visage ou d'un souvenir... L'homme d'Église se retira de l'avant-scène pour permettre à la famille un dernier instant de recueillement.

À la gauche de Colin se tenait Maxime, l'ami du cadet de la famille Campora. La droite de Pauline était occupée par un homme aux cheveux poivre et sel.

Patrick enlaçait fermement la main de Pauline. Soudain, une jeune femme en gilet blanc se faufila dans la foule jusqu'à lui.

Elle s'immobilisa derrière l'épaule du jeune quinquagénaire :

- Monsieur?

Il tourna la tête.

- Oui?

- La collation est prête.

- Merci Mademoiselle.

La pluie avait cessée...

Les premiers enfants de Dieu se dispersèrent, pendant que d'autres allaient signer le registre de condoléances. Colin s'éternisa seul devant la tombe de ses parents. Son regard s'attendit sur l'inscription de la pierre tombale et, ce prénom qui affirmait qu'il avait eu une autre sœur.

Près du portail, Patrick agita la main de Pauline et il tenta un léger sourire :

- Ca va?

- Oui.

Elle baissa la tête et accorda audience à une femme aux cheveux blancs. Patrick chemina vers Maxime qui se tenait à l'écart d'une famille à laquelle il aurait souhaité appartenir.

- Quel silence! Cela change de Paris.

Ils esquissèrent un sourire.

- C'était le lieu de villégiature de la famille Campora. Mais avec les années, Pauline est partie, puis Colin... Tout le monde quitte cette campagne. Il ne reste ici que de vieux vestiges et de vieilles gens.

Maxime se tourna vers Patrick.

- Après le café-restaurant, Colin et moi rentrons à Paris. Nous avons une tonne de travail et il faut que l'on pense à la collection automne-hiver de l'année prochaine!

- Je comprends...

- Colin aurait aimé rester, mais son avenir est à Paris.

- Je ne doute pas que Pauline changera un jour...

- Oui... Mais j'aimerai que ton infirmière change plus rapidement.

Patrick lui serra la main.

- Bonne chance à vous deux.

- Merci Pat.

À l'autre bout du cimetière, les enfants Campora rejoignirent le curé.

Dans le café-restaurant du village, la serveuse au gilet blanc avait déjà assuré l'accueil d'une bonne vingtaine de personnes. La propriétaire des lieux s'entretenait à voix basse avec Pauline et Colin.

Soudain, la clochette de la porte du café tinta sans captiver l'attention. Une femme blonde entra coiffée d'un chapeau et toute de noire vêtue.

Cette « touriste » avait la quarantaine bien passée. Un peu engoncée dans sa jupe et sa veste, elle esquissait cette certitude que jadis, elle avait été une femme courtisée. Que faisait-elle dans le café de ce village perdu? Elle n'avait pas échappé à l'œil critique du mari de Pauline qui se demanda s'il ne s'agissait pas de la maîtresse de sa défunte belle-mère!

Sa main gantée remit ses longs cheveux blonds derrière son épaule. La tristesse de ses traits affirmait qu'elle était ici pour communier avec la famille. Ses yeux bleus sondèrent la foule et son regard s'immobilisa un instant sur Patrick : elle esquissa un très léger sourire.

À nouveau, elle avança à la recherche de quelqu'un et lentement les regards masculins commencèrent à se détacher de l'émotion originelle pour apprécier celle qui contrastait. Silencieuse sur ses talons hauts, elle essuyait les regards qui glissaient sur ses jambes gainées de noires. L'étrangère immobilisa son attention sur Pauline et Colin : ses yeux papillonnèrent...

Le cadet tourna la tête dans sa direction : il fronça le regard en la découvrant : c'était elle! Elle avait vieilli sans eux et pris quelques kilos, mais elle était une partie de son passé. Un passé, une époque où bien des choses étaient différentes. Colin attira l'attention de sa sœur et il marcha vers la pin-up blonde.

- Nanny?

La blonde ouvrit grand les bras pour accueillir dans l'ordre Colin, puis Pauline.

- Mes chéris!!!

Ils restèrent étreints une bonne quinzaine de secondes sous le regard des convives. Pauline fut la première à redécouvrir le regard bienveillant de celle qui avait été leur nounou.

La voix de Colin s'empreint de frisson :

- Combien de rédaction? Combien de récitation?

- Et combien de secrets, mon petit Colin?

- Je n'imaginais pas que tu puisses venir, Holly!

- Mes enfants : mon mari et moi, nous vous présentons toutes nos condoléances...

- Merci Holly.

Les deux femmes s'étreignirent en fermant les yeux. Colin resta seul.

- Et moi alors?

- Toujours aussi gourmand!

Une fraction de seconde, le regard humide, Colin apprécia le décolleté, avant de revenir dans les bras rassurants.

- Je pense à toi tout le temps, Nanny.

Colin blottit son visage dans le creux de l'épaule. Il enfila ses doigts dans l'épaisse chevelure blonde, avant de se raviser. Tous les deux échangèrent un regard exclusif et Colin enchaîna.

- Dommage que je ne puisse rester, Nanny! J'aurai tant aimé papoter comme nous le faisions : tu te rappelles?

- Je suis dans la même situation mon chéri : je repartirai demain matin. Je suis juste de passage pour rendre un dernier hommage à votre mère.

- Où vas-tu?

- Je remonte en Angleterre à Brighton. Chez moi!

La tristesse de Colin lui permit d'éterniser les yeux et une rêverie sur cette poitrine bien confinée sous un chemisier trop petit.

Après une quinzaine de minutes de confidence, Patrick s'invita. Le trio l'accueillit du regard et Holly ne manqua pas de le sonder ce nouveau personnage avec dédain.

Pauline s'excita et prit le bras de Patrick.

- Holly! Je voudrais te présenter Patrick, mon mari! Chéri, Holly, notre nounou dont je te parle tout le temps!

Patrick tendit la main en esquissant un large sourire.

- Pauline m'a tellement parlé de vous! Je suis enchanté Holly.

La blonde au chapeau leva le menton et fixa Patrick, avant de recevoir la main avec légèreté.

- Merci Patrick... J'espère que Pauline n'a pas été trop sévère avec moi.

Tout le monde baissa les yeux et Holly enchérit :

- Si j'étais stricte, c'était pour leur bien!

- Pauline s'est confondue en estime pour vous.

Le trio s'immergea dans la nostalgie et rapidement, le mari de Pauline eut envie de fraîcheur. Dans un coin de la salle, il commença à projeter sa fin de journée. Une fois à Saint Genix, il ferait son sac pour aller au sport et vers vingt heures, il rentrerait pour dîner.

Dans le café-restaurant, la commémoration tirait à sa fin et Pauline rejoignit Patrick.

- Demain, je ne prendrai ma garde qu'à six heures. Tout à l'heure, Holly et moi, nous dînerons en ville. J'en ai profité pour lui demander de rester dormir à la maison. Ca ira?

- Pas de problème.

- Je sais que tu es mal à l'aise avec mes copines.

Pauline crocha le bras de son mari avec le sien et elle tendit la bouche vers son épaule.

- On dirait que tu ne l'aimes pas...

- Joker!

- Avec ses gros jumeaux, je suis certaine qu'elle te plait!

- Pfff... Elle est trop sophistiquée, trop précieuse! Puis je n'aime pas les chapeaux!

- Excellente réponse!

Ils s'embrassèrent.

En fin d'après-midi, Pauline et Holly se retrouvèrent à la maison. La nounou s'installa dans la chambre d'amis et les deux femmes profitèrent de leurs retrouvailles pour parler « petits secrets ». Autour d'un thé, Pauline se confia sur son couple. Après quinze années de mariage, elle se posait cette traditionnelle question : son mari pouvait-il encore résister à la tentation?

Patrick rentra à 19 heures. Il découvrit les deux femmes en habit de soirée. Pendant un instant, il se demanda si sa femme était la plus sexy des deux.

- Vous êtes déjà prêtes!

- J'ai hâte mon chéri!

Holly esquissa un large sourire. Les deux femmes rivalisèrent sur la longueur de leur jupe et c'est l'anglaise qui l'emportait par une jupe mi-cuisses et un chemisier violine.

Soudain, le téléphone du salon résonna : Pauline s'empressa d'aller répondre et tourna le dos à l'entrée. L'hôpital était en effervescence : un poids lourd venait de traverser le terre-plein central de l'autoroute et une infirmière allait manquer pour la relève de 20 heures.

En colère, Pauline revint dans le couloir, alors que Patrick avait déjà compris.

- Mauvaise nouvelle mes amis!

- L'hôpital?

Patrick s'éloigna du duo en baissant la tête.

- Holly, je ne peux dîner avec toi! Une urgence à l'hôpital et une infirmière malade.

- Cela n'est pas grave ma chérie.

Pugnace, Pauline posa sa main sur le bras d'Holly.

- Allez au restaurant tous les deux!

Patrick ne s'enthousiasma pas et sa femme s'approcha de lui.

- Chéri, je sais que tu bosses tôt, mais... c'est trop bête!

Holly vint prendre Pauline dans ses bras :

- Non! Nous allons faire comme cela! Patrick et moi, nous allons rester ici et je t'attendrai demain matin.

Les deux femmes se tournèrent vers Patrick qui ne manifestait pas sa joie. Holly se tourna vers Pauline :

- Je vais appeler la fondation pour essayer de changer l'heure de mon intervention.

Pauline leva les yeux vers son homme.

- J'ai besoin que tu la choies ma Nanny!

Patrick grimaça, avant d'acquiescer.

- Soit!

Pauline se tourna vers Holly :

- Il déteste les surprises...

Pauline embrassa Holly qui monta au premier. Pendant que ses talons claquaient dans les escaliers, Pauline se rapprocha de Patrick.

- Fais un petit effort pour moi : laisse ton égoïsme et traite Holly comme il se doit. Je ne te demanderai pas plus grand service!

Pauline partit pour l'hôpital.

Patrick se lança dans le défi d'improviser un dîner. Il fit l'inventaire du garde mangé et du réfrigérateur : il se dit qu'il était juste pour un dîner de roi, mais pour l'occasion, il y aurait suffisamment pour satisfaire l'invitée surprise.

Quand la nounou de Pauline revint dans la cuisine, elle découvrit l'îlot central recouvert d'une nappe éclatante et de deux couverts. Une jatte de biscuits apéritifs et quelques apéricubes se rangeaient entre le brillant de la vaisselle. Holly affirma que tout était rentré dans l'ordre, qu'elle pourrait partir demain midi et ainsi, rester toute la matinée avec Pauline.

Patrick lui proposa un apéritif et elle se laissa séduire.

Holly prit place et tous les deux déposèrent leurs « armes » pour que la soirée se déroule bien. Après tout, la journée avait été longue et l'antipathie viscérale du « couple » abrégerait assez tôt le dîner.

Au fil des minutes, Patrick orienta ses propos vers la famille Campora. Holly livra quelques anecdotes sur la jeunesse de Pauline...

Trois bonnes heures s'étaient écoulées. Patrick desservit la cuisine pendant qu'Holly emportait deux coupes de glace dans le salon. Elle déposa les desserts sur la table basse et s'assied précautionneusement sur l'avant du canapé.

Patrick apparu et rassuré par le déroulement de la soirée, il s'installa à côté d'elle. Ils prirent leur dessert en main et le plaisir gustatif les poussa à se réfugier au fond du canapé. Patrick écarta les genoux, pendant qu'Holly croisa ses jambes. Rapidement, le mari de Pauline s'impressionna en découvrant l'intégralité des cuisses dévoilées par une jupe courte.

L'un après l'autre, ils posèrent leur coupe sur la table basse. Discrètement, Holly remonta ses jambes et les plia sur le canapé. Ses escarpins agressèrent le tissu.

- Vous connaissez Colin depuis l'enfance. A-t-il toujours été aussi discret avec sa sœur?

- Colin est un solitaire. Mais je le trouve changé, en bien et je pense que son ami y est pour quelque chose.

- Il faut dire que Pauline est encore vieille France : elle n'aime pas voir son frérot parler de son avenir avec un autre homme.

- C'est paradoxal : Colin a toujours préféré la compagnie des filles.

Ils croisèrent leur regard et si Patrick le baissa, Holly le fit glisser sur les épaules sportives. Elle tendit ses doigts vers le col du polo, puis elle effleura la poitrine et son avant-bras...

- Et vous? Avez-vous des difficultés avec les femmes?

Il la fixa avec sérieux.

- Vous ne devriez pas, Holly.

Elle fit glisser le bout de ses ongles manucurés de l'avant-bras à la cuisse et remonta sur le jean... Elle effleura les plis de la braguette où le désir entamait une croissance naturelle...

- Ne devrais-je pas quoi?

Ses doigts continuèrent de provoquer le manche et le quinquagénaire n'avait pas la force de s'opposer à la courtoisie d'Holly. Peu à peu, elle aventura sa bouche vers les lèvres de Patrick... Ils hésitèrent pendant que la jupe remontait suffisamment haut pour dévoiler une paire de dim'up. Il détailla sa bouche peinte, l'outrageante blondeur de ses cheveux et cette poitrine tendue sous le chemisier en satin.

La matraque de chair se tendit en découvrant l'esquisse de bonnets renforcés.

Holly esquissa un sourire et viola le regard de l'infidèle.

- Vous avez envie de me baiser, n'est-ce pas?

L'incendiaire continuait de faire courir ses doigts tout en déposant sa chevelure blonde sur l'épaule. Holly expira son agacement...

- Pensez-vous tenir longtemps?

- Et vous?

- Vous ne devez pas vous sentir coupable de la tromper. Pauline m'admire et si elle vient à savoir que vous l'avez trompée avec moi, c'est de la fierté qu'elle éprouverait, pas du mépris.

Patrick poussa un ricanement...

- Ne vous trouvez-vous pas un peu prétentieuse?

- Je vous le concède, mais Pauline a tout appris de moi! Voulez-vous en avoir la preuve?

Holly faufila sa main entre les cuisses, puis ses doigts remontèrent pour apprécier le « paquet » embastillé.

Soudain, le téléphone alerta tout le salon. Immédiatement, Patrick se leva. Il décala son sexe douloureux sous le jean et il pressa le pas vers la console.

- Pauline?

La femme de Patrick s'inquiétait du bon déroulement de ce dîner improvisé : il la rassura. Esseulée, Holly grimaça, avant de se lever pour ôter les deux coupes de glace. Elle s'éternisa dans la cuisine.

Dans le salon, Patrick raccrocha et attendit le retour de l'invitée, mais comme elle ne revenait pas, il la rejoignit :

- Il est tard Holly.

Elle attarda un regard sur la bosse.

- Je vais rester encore quelques minutes au salon pour regarder la télévision et s'il n'y a rien, je me masturberai en pensant à vous!

Le front de Patrick se plissa.

- Je plaisante Patrick! Je plaisante! J'ai passé une bonne soirée, merci.

- Bonne nuit!

- Bonne nuit!

Holly esquissa un sourire et Patrick ne s'attarda pas. Il monta à l'étage et une dizaine de minutes plus tard, nu, il se glissa sous la couette. Il plaça deux oreillers derrière son dos et ouvrit son ordinateur... Il fit quelques recherches pour attendre le sommeil...

Quelques quarts d'heure plus tard, Patrick se figea et leva les yeux de son écran : il entendait les talons hauts d'Holly claquer dans la montée d'escalier. Il tourna le regard vers le radio-réveil qui marquait déjà une heure et demie. Il ferma l'ordinateur portable en détaillant la porte de la chambre : une démarche aérienne se rapprochait... Délicatement, la poignée se baissa et la porte s'entrebâilla sur un visage pacifique.

- J'ai vu la lumière sous la porte. Ne devriez-vous pas plutôt dormir?

- Le dîner était copieux!

Holly poussa la porte et s'invita dans la chambre. Elle s'approcha du lit en détaillant le torse nu de cet homme.

La nounou s'immobilisa debout aux pieds du lit.

- C'était un excellent dîner!

Patrick poussa un soupir.

- Vous avez ajouté une pointe supplémentaire de magie.

Holly se posa sur le lit et sa hanche effleura celle de Patrick.

- Pauline ne vous traite pas comme elle le devrait.

- Comment?

La nounou réfléchit : elle leva les yeux au plafond. Pendant ces deux trois secondes, Patrick posa son regard sur cette poitrine pleine de vie. Il eut juste le temps de s'émouvoir des cuisses si proches de ses doigts.

- Je vois bien que vous rêvez de jument indomptable.

La respiration de Patrick commençait à s'accélérer. Ses joues commençaient à le confondre et pire, il ne chercha pas à dissimuler une érection qui fit dresser la couette. Holly déboutonna discrètement son chemisier...

- Ce n'est pas bien de s'endormir avec un fusil chargé...

Patrick écarta un pan du chemisier pour juger de l'opulence de cette poitrine. Sa main épousa le galbe extérieur d'un bonnet et un léger sourire s'afficha sur ses lèvres.

- Holly, je n'ai jamais trompé Pauline.

- J'arrêterai si vous me dites que vous n'avez pas envie de m'étreindre...

Un silence s'installa... Patrick tendit sa main vers le visage, il la caressa, avant de glisser ses doigts derrière la nuque. Il attira son visage vers lui et leurs bouches s'unirent...

- Je vais m'occuper de vous. Demain, vous serez doux comme un agneau.

- Vous êtes médium.

- C'est mon métier d'identifier les besoins des méchants garçons.

Lentement, Holly tira sur la couette et elle agrippa la verge dressée dans sa main droite. Elle enroula difficilement ses doigts autour du pieu et elle provoqua le regard de Patrick.

- Qu'est-ce que vous aimez? Je suis une experte en tout...

- Vos gros seins me suffiront...

Holly baissa les yeux vers le sexe qui se tendit un peu plus sur les mots. Elle dénoua ses doigts et libéra son emprise. Elle ôta son chemisier et Patrick tendit sa main vers la poitrine. Le mari de Pauline malaxa les seins à travers le soutien-gorge, il serra les dents et viola son regard :

- Je vais baiser tes gros nibards...

- Doucement jeune homme!

Patrick essaya de glisser ses doigts dans les bonnets, mais les outres tendues rendirent veine cette quête.

- Pauline va vous perdre.

Holly se pencha vers l'appareil et sa bouche emprisonna le gros gland ; elle le suça en le lustrant avec sa langue polyglotte.

La queue se tendit deux, trois fois dans la bouche, avant qu'Holly ne la goutte entière. Ses cheveux blonds s'étalaient devant lui et il tendit ses deux mains dans le dos offert pour faire sauter les agrafes du soutien-gorge. Il sentit la lourde poitrine s'effondrer contre ses deux cuisses.

Nerveux, il repoussa Holly par les épaules et ils se firent face tous les deux. Ils s'installèrent sur le lit à califourchon et une main énergique fit voler le soutien-gorge sur le sol.

- Je vais te baiser sale petite allumeuse!

Il tendit la bouche vers les aréoles claires marquées par le confinement. Ses deux mains pressèrent la lourde poitrine par en-dessous, avant de mordiller et tirer sur les aréoles tendues.

Soudainement, il allongea Holly sur le dos. Elle s'inquiéta et poussa un cri... Sauvagement, Patrick la chevaucha. Il calla son sexe entre les seins libres et les étreints pour les rabrouer à coups de reins.

Sa mâchoire volontaire se crispa et son regard démoniaque bouleversa Holly. Ses deux mains viriles tassèrent plus sauvagement la poitrine.

Tout doucement, Holly sombrait dans la dépendance : elle aurait aimé parler, mais les mots restaient coincés dans sa gorge et ce ne sont que des plaintes équivoques qui se manifestèrent grossièrement. Prisonnière d'un plaisir peu usité, elle leva les mains sur le torse puissant et s'abandonna corps et âme.

Report Story

byprince2toscane© 0 comments/ 5383 views/ 0 favorites

Share the love

Report a Bug

Suivant
2 Pages:12

Forgot your password?

Please wait

Change picture

Your current user avatar, all sizes:

Default size User Picture  Medium size User Picture  Small size User Picture  Tiny size User Picture

You have a new user avatar waiting for moderation.

Select new user avatar:

   Cancel