tagDu Sexe de LesbiennesLes Frasques Sexuelles de Cassandra 04

Les Frasques Sexuelles de Cassandra 04

bySyry©

Cette histoire est 100 % fictive, toutes ressemblances avec des personnes ou des lieux réels ne sont que coïncidences. Désolé pour le changement de titre mais il semble que les règles ont changés.

Petit mot, par rapport à mon personnage principal, Cassandra. Elle est une jeune plutôt curieuse que perverse. Donc, il peut lui arriver d'avoir des aventures moins excitantes pour certaines et certains d'entre vous que d'autres. De plus, si le cœur vous en dit, vos suggestions seraient les biens venus. Cependant, je ne m'engage pas à les suivre à la lettre surtout si elles ne cadrent pas avec mon personnage principal, du moins pour le moment. Qui sait ce qui se passera dans l'avenir ? Vos suggestions, si elles cadrent bien avec l'évolution de Cassandra, pourraient influencer la direction que prendra la série.

Bonne lecture et merci !

Je suis Cassandra, j'ai 18 ans et je suis une jeune femme de cent soixante-quinze centimètres avec de longs cheveux ondulés blond-platine, de grands yeux bleu clair, une peau d'ivoire légèrement bronzée et une poitrine ferme de taille 85 D.

Il reste trois semaines avant la fin de la session d'Automne alors que Léa, une amie et coéquipière de classe, et moi travaillons sur un projet en philosophie. Léa est une jeune femme de 18 ans aux yeux verts, aux cheveux roux foncés et au teint pâle. Elle mesure dans les cent cinquante centimètres et à une poitrine d'un point, au-dessous du mien, soit du 80 C. Léa et moi nous connaissons depuis le début de séjour au Cégep, un an et 3 mois. Depuis le début, nous avons commencé à faire nos travaux d'équipe ensemble nous complétant à merveille dans ce domaine.

Donc, en ce vendredi soir là, après avoir soupé, nous sommes réunies chez moi, dans mon salon, pour faire un travail, en sociologie, qui à pour sujet ; la place des minorités visibles au sein de notre société moderne. Léa et moi avions choisi de parler des homosexuels comme sujet principal en développant sur les préjugés et leur réalité dans la vie de tous les jours. Dans un premier temps, nous avions eu à rencontrer quelques homosexuels, nous avons réussi à rencontrer, durant la semaine, deux couples, un couple de deux hommes et un autre de deux femmes. Et aujourd'hui, nous devons synthétiser et analyser nos informations, que l'on a enregistrées sous forme de mp3, pour ensuite les utiliser afin de répondre aux critères de notre travail.

― As-tu déjà pensé vivre une expérience homosexuelle ?

Me demande soudainement Léa tandis que je tape notre analyse au propre.

― Je ne sais pas trop ! Que je lui réponds d'un ton sans intérêt, trop concentré à taper notre analyse au propre :

― Avec qui aimerais-tu vivre cette expérience ? Me relance Léa sans en démordre.

― Je ne sais pas trop, peut-être si c'est avec une fille que je connais. Que je lui réponds, avec désinvolte, que cette interrogation commence à m'agacer et que je voulais terminé, ce travail, le plus rapidement que possible.

Alors que je suis assise à mon bureau de travail à rédiger le texte final, Léa se place derrière moi d'où elle me masse les épaules. Ne faisant aucun lien entre cela et ses questions précédentes, étant trop absorbé par le travail, je la laisse faire sans me poser de question tout en appréciant ce massage improvisé. Ce soir-là, je porte un chemisier bleu pâle et un jeans bleu lavé sans rien aux pieds tandis que Léa porte un chandail de coton ouaté gris foncé et une paire de leggings blancs. Tandis que je tape le texte, elle déboutonne les trois boutons du haut de mon chemisier et y glisse délicatement ses mains et me caresser la partie de mes seins se trouvant au-dessus de mon soutien-gorge. Je ressens d'abord le souffle de sa respiration sur le côté droit, mon cou, puis la chaleur et la douceur de ses lèvres se posent sur ma délicate peau de cette région de mon anatomie, ce qui me donne de légers frissons de plaisir. Au départ délicats, ses baisers deviennent de plus en plus marqués alors que ses mains se glissent sous mon soutien-gorge pour me caresser les nichons qui se mettent rapidement à durcir. Je la laisse me caresser quelques secondes pour lui retirer les mains de mon chemisier. Je me lève, je fais face à Léa, je lui attrape le visage, je le reproche du mien et je lui colle un chaud et long baiser sur la bouche qu'elle me rend aussitôt avec passion.

Nous nous dirigeons alors vers ma chambre à coucher, dans laquelle nous reprenons notre expérience lesbianisme. Pendant, que nos lèvres se collent les unes aux autres et que nos langues s'explorent dans une valse passionnelle, nous nous retirons mutuellement nos vêtements. Puis, elle me pousse vigoureusement sur mon lit qui se trouve derrière moi. Et, tout en continuant à m'embrasser, elle s'étend sur moi alors que nos lèvres se dévorent les unes les autres et que nous nous caressons frénétiquement.

Son corps léger et sa peau douce me font l'effet qu'un nuage est venu se déposer sur moi, qui ne suis habituée à me retrouver sous des corps lourds et puissants d'hommes. Prenant conscience de ma supériorité musculaire et corporelle, je retourne la situation en plaçant Léa sous moi pour la clouer au lit en lui agrippant les poignets. Je me penche sur ses seins et je les mordille, les lèche et les suce tendrement la retenant toujours par les poignets. Je frissonne à l'entendre gémir de plaisir m'encourageant à aller plus loin. Je fais donc descendre mes lèvres vers le bas de son corps en savourant la douceur de sa peau en humant les parfums qui s'en dégagent.

Je relâche ses poignets pour lui attraper les cuisses et les écarter délicatement afin d'accéder au jardin intime de Léa. J'introduis alors ma gluante et chaude langue entre ses lèvres externes pour y dénicher le doux et sensible clitoris de ma partenaire Léa, tandis que mon index et mon majeur, de ma main droite, se glissent à l'intérieur de son canal d'amour pour la stimuler à fond. Elle gémit, elle crie et elle hurle son extase tandis qu'elle atteint l'orgasme.

― Tu as aimé ?

Que, je lui demande, laquelle elle me répond, par un hochement de la tête, alors que je ressens les parois de son vagin se refermer sur mes doigts. Je continue à la doigtée, et à lui sucer, mordiller et lécher ses mamelons et ses seins jusqu'à ce qu'elle ait atteint l'orgasme à quelques reprises, quatre ou cinq, et qu'elle soit sexuellement satisfaite. Je la laisse là, à se reposer, m'allongeant à côté d'elle et elle me dit :

― Laisse-moi m'occuper de toi !

Elle commence à me caresser et cette fois-ci, je ne fais rien pour l'en empêcher, car ma propre libido avait grimpé en flèche tandis que je caressais Léa et que celle-ci gémissait de plaisir.

D'abord, elle colle ses lèvres sur les miennes en m'embrassant tendrement. Ensuite, tout en continuant à m'embrasser, elle déplace légèrement son torse de façon à ce que ses seins s'appuient sur les miens. Et enfin, elle glisse sa main droite dans mon entre-jambes pour y caresser mon bouton d'amour transformant mes simples soupirs en gémissement de plaisir. Alors que je commence à mouiller grave. Mes gémissements se font de plus en plus entendre alors qu'elle fait glisser ses doigts de mon clitoris vers l'entrée de mon vagin pour ensuite les y insérer. Mon corps se raidit tandis que ses doigts experts sondent l'intérieur de mon sexe s'attardant sur mes points les plus sensibles. Nous nous regardons dans les yeux tandis que je gémis et que mon corps s'arcboute alors qu'elle me lèche, suce et mordille les nichons et qu'elle me caresse avec doigté l'intérieur de mon intimité.

Il ne me prend que quelques minutes avant d'atteindre l'orgasme. Mais, pour me rendre la pareille, Léa continue à me stimuler sexuellement jusqu'à ce que j'ai atteint l'orgasme à six reprises. Puis, elle s'étend à côté de moi. Toutes deux épuisée, nous nous glissons, nues, sous les couvertures et nous nous endormons dans les bras l'une de l'autre. Nous terminerons notre devoir demain dès notre réveil, que nous nous disons.

C'est ce que l'on a fait le lendemain, mais non pas avant avoir fait l'amour à nouveau, m'étant fait éveiller par Léa qui me suçait le sein gauche en me caressant délicatement l'entre-jambes du bout de ses doigts...

Report Story

bySyry© 1 comments/ 7551 views/ 0 favorites
1 Pages:1
Recent
Comments
by Anonymous

If the above comment contains any ads, links, or breaks Literotica rules, please report it.

There are no recent comments (1 older comments) - Click here to add a comment to this story or Show more comments or Lisez Tous les Commentaires des Utilisateurs (1)

Add a
Comment

Post a public comment on this submission (click here to send private anonymous feedback to the author instead).

Post comment as (click to select):

Refresh ImageYou may also listen to a recording of the characters.

Preview comment

Forgot your password?

Please wait

Change picture

Your current user avatar, all sizes:

Default size User Picture  Medium size User Picture  Small size User Picture  Tiny size User Picture

You have a new user avatar waiting for moderation.

Select new user avatar:

   Cancel