tagIdylleLa Vie Sexuelle D'Inès Chapitre 03

La Vie Sexuelle D'Inès Chapitre 03

byAchabcooper©

Ceci est une œuvre de fiction. Toute ressemblance avec des personnes ou évènements réels est purement fortuite.

Chapitre 3 : Sexe à outrance

Inès se réveilla lentement. Son corps était parfaitement reposé. Elle resta de longues minutes allongée dans son lit. Elle jeta un œil à Aurélien qui dormait encore à côté d'elle. Allongé sur le ventre, il exposait ses muscles dorsaux à la vue d'Inès qui l'admirait amoureusement. La vue du corps musclé du jeune homme lui rappela la nuit torride qu'ils venaient de passer. Pendant des heures elle s'était faite tringler dans toutes les positions, perdant le compte de ses orgasmes. Aurélien avait véritablement fait naître en elle des désirs qu'elle n'avait jamais ressentis. La taille de l'engin qu'il trimballait y était notamment pour beaucoup.

Aurélien se réveilla et les deux amants se mirent à parler de ce qu'ils voulaient faire ce week-end.

« Tu peux passer le week-end chez moi si tu veux. » proposa Aurélien.

« Avec plaisir! » répondit Inès avec un large sourire. « On est bien en couple alors? » demanda-t-elle timidement.

Aurélien s'approcha d'elle et l'embrassa passionnément. Leur étreinte dura plusieurs dizaines de secondes. Il la regarda avec des yeux pétillants. « Ça te va comme réponse? ». Inès était tout sourire. Elle lui fit un smack rapide et se leva en riant. Ils s'habillèrent et sortirent de la chambre.

Le petit-déjeuner avec Baptiste débuta dans un silence assez gênant. Ce dernier avait tout entendu des ébats de la veille. Il tentait de ne rien laisser paraître mais Inès et Aurélien pouvait lire sur son visage l'embarras évident du jeune homme.

Baptiste avait son habituel look du samedi matin, c'est-à-dire un simple T-shirt et un short froissé. Il ne se cachait plus à lui-même les sentiments qu'il avait pour Inès, mais il ne lui avait encore rien dit. Il était très amical mais dès qu'il s'agissait d'aller plus loin avec une fille, il devenait très timide et manquait de confiance en lui. Et avoir entendu la fille pour qui il avait un faible se faire baiser pendant des heures avait été un supplice pour lui. Il regardait Inès d'un œil différent. Elle dégageait beaucoup d'énergie sexuelle et ça ne le laissait pas indifférent.

Pour briser le silence, Aurélien engagea la conversation.

« Tu es fan de Nirvana, à ce que je vois. » dit-il en indiquant de la tête le logo sur le T-shirt de Baptiste.

« Ouais! » répondit-il en souriant. « Tu connais? ».

« Bien sûr! Je sais jouer plusieurs morceaux d'eux. Je suis guitariste dans un groupe. » fit-il remarquer.

Baptiste semblait agréablement surpris. Le grand gaillard lui avait semblé un peu béotien de prime abord.

« Moi aussi je gratte de temps en temps. Bon, j'ai pas un super niveau mais ça viendra » s'exclama-t-il gaiement.

Aurélien sourit. Il était content d'avoir brisé la glace, mais il avait capté les regards en coin que Baptiste lançait à Inès. Il était temps de montrer aux deux coloc' qui était le mâle alpha.

« Inès, tu connais un peu Nirvana? » demanda-t-il l'air de rien.

« Non, pas tellement. » répondit-elle.

« Peu importe. Quand t'es avec moi, tu connais LE nirvana, c'est ça qui compte! » lâcha-t-il glorieusement. Il se tourna vers Baptiste. Celui-ci se sentit très embarrassé et baissa les yeux. Inès rougit, mais elle ne voulait pas rétorquer. En vérité, ce genre d'allusions sexuelles qu'elle trouvait normalement incongrues l'excitaient terriblement quand Aurélien les faisait.

Le petit-déjeuner se termina malgré tout dans une ambiance conviviale mais Baptiste se sentait vraiment petit à côté de la masculinité évidente d'Aurélien. Inès sentait sa fébrilité, mais elle adorait ce côté un peu macho. Sa chatte s'humidifiait à chaque fois qu'Aurélien faisait preuve de virilité. Elle aurait bien voulu se faire prendre, là, maintenant, tout de suite. Mais Aurélien rentra chez lui comme prévu et Baptiste alla se recoucher, prétextant être fatigué de la semaine. Inès sentait qu'il avait besoin d'encaisser le coup.

***

Quelques heures plus tard, Inès se préparait à passer le week-end chez Aurélien. Elle avait envie d'avoir l'air sexy. Elle opta pour un jean slim troué, un soutien-gorge noir et un haut rouge léger laissant visible ses courbes généreuses. Elle hésita à mettre des talons hauts. Mais elle voulait vraiment taper dans l'œil d'Aurélien. Elle se sentait libre d'être elle-même quand il était là. Allez, va pour les talons hauts. Elle se rendit chez Aurélien en bus, non sans attirer les regards avides de nombreux hommes au passage.

A son arrivée dans l'appartement, Aurélien remarqua le look magnifique de la jeune blonde. Cette dernière vint s'assoir sur ses genoux et le prit dans ses bras. Ils s'embrassèrent passionnément. Aurélien était aux anges. A quelques centimètres de son visage, il pouvait admirer les deux gros seins bien ronds de la jeune femme. Ils jouèrent ainsi pendant un bon quart d'heure. Inès remarqua une bosse de bonne taille dans le pantalon du jeune homme. Elle décida de l'allumer encore un peu.

« Tu jouerais un morceau de guitare pour moi? » demanda-t-elle.

« Pourquoi pas. » répondit Aurélien qui pourtant avait plus qu'envie de se décharger dans cette beauté fatale.

Ils allèrent dans la chambre et Aurélien exhiba ses 2 guitares.

« Acoustique ou électrique? » lança-t-il.

« Électrique! » répondit Inès avec enthousiasme.

Aurélien sourit et entama Supersonic par Oasis. Inès le regardait avec un mélange d'admiration, de fascination et de désir sexuel. Elle se mit à danser au rythme de la musique. Elle devenait toute excitée à l'idée de bientôt grimper sur ce bel homme aux bras musclés. Elle se mit à retirer ses vêtements dans un strip-tease endiablé alors qu'Aurélien regardait bouche bée sans oublier de continuer à jouer. Inès enleva d'abord le haut, puis le jean, et enfin, lascivement, son soutien-gorge et sa culotte. Aurélien sentit son sexe durcir à la vue de cette femme sublime qui dansait nue devant lui.

Il eut à peine le temps de finir sa chanson qu'elle lui sauta dessus. Elle le débarrassa de la guitare et l'embrassa fougueusement. Elle enleva ses vêtements en toute hâte pendant qu'elle l'embrassait et lui mordillait les lèvres. Le désir brûlait en elle.

Une fois à poil, Aurélien exhiba sa grosse bite qui ne manqua pas, une fois de plus, d'exciter comme jamais Inès. La vue de l'énorme membre raide du bel homme lui suffisait à lui faire ressentir un manque dans le creux de son ventre. Manque qu'elle comptait bien combler d'une minute à l'autre. Elle se mit à genoux devant lui et entama une fellation magistrale. Elle suça le gros gland rougeâtre d'abord puis peu à peu enfonça le gourdin gigantesque de plus en plus loin dans sa bouche. La sensation de dureté exceptionnelle de la bite qui frottait ses lèvres la fit mouiller et sa chatte dégoulinait à présent de mouille.

« OH J'aime sucer ta grosse bite! Tu es si bien membré! Comme un étalon! » dit-elle entre deux coups de langue. « Tu aimes quand je te suce? Hein? Tu aimes quand je prends toute ta grosse bite dans ma bouche? » lâcha-t-elle. Parler salement décuplait son excitation.

« OH OUI! J'aime quand tu me suce! J'aime quand tu t'excites! Prends-la en entier! Prends toute cette grosse bite!!! »

Les deux jeunes étaient plus émoustillés que jamais. Aurélien décida qu'il avait assez attendu. Il empoigna Inès par les cheveux afin de stopper la fellation. De ses bras musclés, il la saisit à la taille et la retourna en la balançant sur le lit. Bien que surprise par la manœuvre, elle se laissa faire et encouragea le bel homme à lui faire l'amour sauvagement. Ce dernier présenta son mandrin à l'entrée de sa chatte et d'un coup sec, pénétra la belle blonde. La lubrification naturelle lui permit de commencer immédiatement des va-et-vient qui firent frémir Inès de plaisir.

Il commença à la pistonner sans merci. Allongée sur le ventre, Inès ne pouvait que se laisser faire alors qu'elle se faisait ramoner sa chatte dégoulinante. Elle ferma les yeux et cria son plaisir. Son vagin était électrifié par la sensation de plaisir intense. Elle sentait le pénis érigé aller frotter les endroits les plus profonds de son vagin. La grosseur du gourdin dilatait les parois de sa cavité intime et créait une sensation de remplissage total qui rendait Inès complètement hystérique. Un premier orgasme la frappa et alors que ses yeux se révulsaient de jouissance, Aurélien accéléra encore la cadence.

Il grognait de plaisir et ne cachait pas sa satisfaction de voir Inès se tordre dans son orgasme. Décidé à lui faire l'amour magistralement, il continua à la défoncer en enfonçant son engin au maximum. Il voulait la rendre accro à sa bite. Il se sentait grisé par cette sensation de domination. Malgré tout, il devina qu'il n'était pas loin de jouir lui-même. Alors qu'Inès poursuivait sa jouissance non-stop en hurlant des « OOOOOOHHHHHHH » et des « AAAAAAHHHHHHH », Aurélien serra les dents, mais la douceur des fesses d'Inès frottant contre son pubis fut trop pour lui et, dans un glorieux coup de boutoir final, il se laissa aller à un orgasme plus long et puissant que jamais.

Ils haletèrent ainsi pendant des secondes qui semblaient des heures tant le plaisir les submergeait, le jeune homme écroulé de tout son poids sur Inès, le bras autour de sa poitrine bombée et le membre toujours enfoui profondément dans sa chatte.

Quelques minutes plus tard, entrelacés, les yeux dans les yeux, les deux amants se remettaient de leurs émotions. C'est Inès qui brisa le silence la première.

« Qu'est-ce que tu m'as mis! Je n'avais jamais joui continuellement comme ça avant. C'était sensationnel!!! »

Ils s'embrassèrent sensuellement. Aurélien, acceptant fièrement le compliment, ne manqua pas de faire remarquer : « Tu sais, on est loin d'en avoir fini. Le problème avec les filles canons au cul rond et aux seins fermes, c'est qu'on n'est jamais satisfait : on a toujours envie de les prendre! ». Inès baissa les yeux. Le mandrin était dressé majestueusement. La flamme du désir se ralluma dans les yeux de la blonde.

Le reste de l'après-midi fut très satisfaisant sexuellement pour les deux amants. Ils alternaient morceaux de guitare et partie de jambes en l'air. Le temps de récupération d'Aurélien impressionna Inès qui n'en revenait pas de retrouver dans les minutes qui suivaient son orgasme une bite bien grosse, raide et prête à l'envoyer au septième ciel.

Inès apprit beaucoup sur les passions, notamment musicales, de son nouveau petit copain. Celui-ci lui recommanda en particulier Metallica, AC/DC, Dire Straits, Iron Maiden et bien sûr les Rolling Stones. Mais elle apprit aussi qu'il arrivait tout juste à payer ses factures. Il lui raconta comment, malgré son diplôme en biologie, il n'arrivait pas à trouver du travail. Son groupe de rock, formé avec des potes de lycée, ne lui garantissait que de maigres revenus et des petits concerts dans des bars parisiens. Ce qui lui permettait de payer le loyer était les paris en ligne.

« Je touche un peu à tout. » dit-il. « Je parie sur le foot, le rugby, le handball, les élections, la bourse etc. »

Inès ressentait beaucoup de compassion vis-à-vis de lui. Il venait d'une famille assez pauvre, son père avait été mineur. Une autre question lui venait en tête.

« Si c'est pas indiscret, comment tu as eu cette cicatrice? Comprends-moi bien, c'est super sexy! » ajouta-t-elle en rigolant. « Mais je suis curieuse... »

Le couple était complètement à poil, allongé sur le lit. En prononçant ces mots, Inès mis une jambe sur le ventre d'Aurélien et caressa tendrement la petite marque sur la joue droite de son partenaire. Aurélien regarda Inès droit dans les yeux pendant une seconde avant de détourner le regard et de répondre.

« Ma jeunesse n'était pas toujours... disons de tout repos. »

Devant cette vague réponse trahissant un malaise, Inès préféra ne pas insister. Elle vit que le sujet semblait faire resurgir chez Aurélien un souvenir, peut-être un souvenir violent... Comme pour se faire pardonner, elle décida de revenir à l'activité de la journée : le sexe. Elle embrassa le jeune homme, en pressant volontairement sa poitrine imposante contre son torse. Elle se saisit d'une main de la bite de son bel étalon tout en poursuivant son étreinte. Elle commença à caresser lentement le mât qui sembla réagir et durcir peu à peu.

Inès plaqua ses gros seins bien tendres dans le visage d'Aurélien qui se mit à suçoter les tétons en laissant échapper un râle de plaisir. Inès aimait cette position dans laquelle ses seins lui donnaient le pouvoir. Elle le menait à la baguette grâce à ses deux obus. Sa bite était maintenant bien raide et Inès se mit à la branler de plus en plus vigoureusement avant qu'une idée lui vienne.

Soudainement, elle se redressa et descendit peu à peu sur le corps d'adonis du jeune homme. Elle embrassa lentement ses pectoraux saillants, puis ses tétons, puis ses abdos bien dessinés. Aurélien, confiant, se laissait faire. Il écarta les jambes, libérant une position pour la jeune femme qui arrivait maintenant à la partie intéressante. Le gros morceau.

La jeune femme s'allongea sur le ventre, entre les jambes du jeune homme. Elle le regarda avec malice, sachant qu'il s'attendait à une fellation dont elle avait le secret. Mais au lieu de ça, elle se saisit de ses deux beaux seins naturels et en entoura le sexe érigé majestueusement. Agréablement surpris, Aurélien lâcha un nouveau grognement de plaisir. Elle prit son temps en prenant du plaisir à avoir le contrôle de la situation. C'était rarement le cas pour elle avec Aurélien.

Elle commença lentement à branler Aurélien à l'aide de ses obus. La peau ultra-douce de la jeune femme caressait tendrement le gland avant d'entourer le reste du membre viril. Aurélien n'aurait pas pu bander plus fort. Il avait l'impression qu'il allait exploser. Il sentit son rythme cardiaque s'accélérer. Les tétons d'Inès de dressèrent d'excitation alors que la belle femme poursuivait la branlette espagnole. Elle prenait soin d'aplatir ses seins contre le pubis de son bien-aimé après chaque va-et-vient. A ce moment-là, la bite était suffisamment grande pour dépasser et venir titiller le cou d'Inès.

Cette dernière se mit alors à donner un coup de langue à chaque fois que l'énorme mandrin était à portée. Aurélien crut qu'il allait mourir de plaisir. Chaque léchouille envoyait dans son membre une décharge de plaisir sexuel. Jamais il n'avait senti sa bite aussi à sa place qu'entre les deux gros seins magnifiques d'Inès. Son excitation était à son comble et il hurla « OH Oui! Continue! Je vais jouir entre tes seins!!! ».

Inès encouragea le bel étalon : « Allez! Jouis! Oui! Jouis entre mes deux seins! OH OUI! J'aime sentir ton sperme chaud sur mes seins! ». Aurélien se vida complètement sur la poitrine opulente de la jeune femme et gémissant son plaisir et en agrippant les draps.

Après quelques secondes, il retrouva ses esprits. « C'était la meilleure gâterie de ma vie! » conclut-il.

Le soir, les deux jeunes cuisinèrent ensemble en riant. Inès était plus que ravie de partager des moments simples avec quelqu'un avec qui elle pouvait être sincère et complice. Ça changeait de Baptiste et de ses plaisanteries sympathiques mais répétitives à la longue. Après un bon repas, les deux amants terminèrent la journée par une nouvelle baise endiablée et couronnée de trois orgasmes ravageurs pour Inès qui, décidément, devenait accro à la bite gigantesque du jeune homme.

***

Le dimanche fut encore plus épanouissant pour Inès que le samedi. La passion du jeune couple ne tarissait pas. C'était simple : ils passèrent la journée emboîtés l'un dans l'autre, Inès ondulant, Aurélien pistonnant, dans toutes les positions possibles et imaginables.

La position du missionnaire revint souvent. Les deux amants aimaient se regarder droit dans les yeux tout en sentant la peau chaude de l'autre frotter contre la leur. Cette position confortable permettait à Aurélien d'exposer sa musculature de rêve, pour le plus grand plaisir d'Inès que cela excitait au plus haut point.

Une autre position privilégiée était le doggystyle. Aurélien prenait Inès par derrière et se laissait aller en claquant son beau cul rebondi et en tirant ses longs cheveux blonds. Inès adorait se faire dominer et ne disait jamais non à une petite dose de douleur en plus du plaisir intense que provoquait la grosse bite dure du jeune homme qui pistonnait son vagin.

Elle avait cependant l'avantage quand elle montait Aurélien en se plaçant au-dessus de lui. Elle était alors en mesure de contrôler le rythme et surtout la longueur de bite qu'elle pouvait supporter d'engouffrer dans sa chatte. Elle se plaisait à danser en bougeant ses hanches, permettant ainsi une pénétration profonde et rendant fou de bonheur son amant.

Enfin, Inès aimait par-dessus tout être sur le ventre avec Aurélien qui la baisait en étant sur elle. Elle adorait être incapable de bouger alors qu'il la défonçait sans merci. L'angle de pénétration la rendait folle et en prime, Aurélien était libre de lui susurrer des mots crus dans l'oreille en lui pelotant les seins par derrière. Le jeune homme appréciait quant à lui de pouvoir sentir les belles fesses rondes frotter contre lui alors qu'il dominait sa partenaire.

Cette journée de débauche totale avait laissé Inès chancelante tant sa chatte avait été stimulée. Une chaleur diffuse en provenait et irradiait tout son corps. Les orgasmes à répétition l'avaient grandement fatiguée. Pour autant, elle était beaucoup plus libre sexuellement depuis qu'elle avait rencontré Aurélien. Elle se sentait en droit de dire ce qu'elle voulait, même si c'était considéré par beaucoup comme cochon et inapproprié. Elle revendiquait son droit de faire l'amour autant de fois qu'elle voulait. Elle-même aurait considéré il y a quelques jours que ces désirs charnels aussi librement revendiqués étaient dignes d'une salope, d'une traînée. Mais sa perspective de la vie sexuelle avait aujourd'hui changé. Elle aimait se faire baiser, en particulier par une grosse bite, et n'en avait pas honte.

Elle rentra chez elle le dimanche soir non sans embrasser langoureusement Aurélien, qui avait lui aussi l'air fatigué par ces activités certes agréables mais éreintantes. Elle se coucha tôt ce soir-là, pour récupérer.

***

Inès eut suffisamment de temps libre dans la semaine pour voir Aurélien à deux occasions. Le mercredi matin, il passa à l'appartement d'Inès pour discuter un peu. Bien sûr, ils profitèrent de l'occasion pour faire l'amour. Le jeudi soir, Inès se rendit à un concert du groupe d'Aurélien, sur invitation de ce dernier. Le style de musique lui était assez étranger mais voir son copain sur la scène la rendait fière et, pour être honnête, l'excitait un peu. Le concert se termina suffisamment tôt pour qu'elle ait le temps de retourner avec Aurélien à l'appartement et de se faire tringler en beauté.

Le lendemain, Inès cherchait une idée pour remonter le moral de Baptiste, qui semblait toujours déçu de l'arrivée d'un homme dans la vie de la belle blonde qu'il aimait en secret. Elle eut soudain une idée qu'elle trouva lumineuse. Sa copine Laura, qui habitait deux étages plus haut, n'avait pas de mec depuis un bon moment et Inès pensa que ce serait une bonne idée pour elle d'organiser un rapprochement entre Laura et Baptiste. Les deux avaient tout de même de beaux visages et ils pouvaient se plaire l'un à l'autre. Inès décida d'organiser une grande fête dans l'appartement samedi soir pour pouvoir jouer les Cupidon. Au passage, ce sera la bonne occasion pour présenter officiellement Aurélien à ses copines.

Elle passa le vendredi après-midi à appeler ses copines pour les inviter et leur dire d'inviter du monde, sans oublier Aurélien qui était justement libre ce soir-là et qui amènera quelques potes avec lui. Elle organisa également l'approvisionnement en alcool et en bouffe, et prépara une playlist de musique.

Report Story

byAchabcooper© 0 comments/ 2982 views/ 1 favorites

Share the love

Report a Bug

Suivant
2 Pages:12

Forgot your password?

Please wait

Change picture

Your current user avatar, all sizes:

Default size User Picture  Medium size User Picture  Small size User Picture  Tiny size User Picture

You have a new user avatar waiting for moderation.

Select new user avatar:

   Cancel