tagDu Sexe de LesbiennesLa Seduction De La Baby-Sitter Ch. 06

La Seduction De La Baby-Sitter Ch. 06

byBrehat©

Avertissement!

Ce qui suit est la traduction d'un texte de Watchwag paru en anglais en 2008 : "Seducing the Babysitter Chp 05".

Traduction et mise en ligne avec l'aimable autorisation de l'auteur.

J'ai tenté de faire au mieux pour restituer ce texte sans le dénaturer. Je vous invite, si cela est possible, à le lire dans sa version originale.

D'autres chapitres devraient suivre.


*

Taylor déploya ses orteils sur la planche de bord de la voiture de Katherine tandis qu'elles se dirigeaient vers la retraite montagnarde de Lisa. C'était agréable de sentir le soleil se réfléchir sur ses orteils nouvellement peints. Elle ne pouvait croire à quel point sa vie avait changé en l'espace d'une semaine. Samedi dernier elle était une étudiante de première année comme les autres avec un petit ami régulier. Maintenant, elle se rendait à un chalet, rempli de lesbiennes qui l'entraîneraient plus loin le long de cette route érotique sur laquelle elle voyageait.

Elle se demanda ce que son petit ami Dennis pouvait bien faire maintenant. Il était parti avec les membres de sa fraternité à la plage pour une semaine pour s'amuser sans modération. Il avait réagi avec indifférence lorsqu'elle lui avait dit qu'elle et Katherine se rendaient à la montagne avec d'autres filles. Elle avait négligé de lui préciser que la plupart des femmes étaient dans leur jeune trentaine et que toutes étaient des lesbiennes actives. Il était probablement occupé à siffler les gonzesses passant sous son balcon en compagnie de ses copains alcoolisés.

Elle se renfonça dans le siège de la voiture car la jupe en denim qu'elle portait se repliait sous elle, exposant sa chatte rasée. C'était là un autre changement fort peu subtil. Katherine l'avait encouragée à ne plus porter ni soutien-gorge ni culotte. C'était plus une directive qu'une requête accompagnée de la stipulation qu'elle se trouve totalement nue en tout temps dans leur chambre. Elle s'était sentie mal à l'aise au départ à parader ainsi nue mais en fin de compte elle s'y était faite. Ç'avait été amusant, le jour d'avant lorsque Jan, leur voisine de chambrée, avait pointé le nez à travers la porte de la salle de bain séparant leurs deux chambres et avait trouvé Taylor nue assise par terre peignant les orteils de Katherine en rouge afin qu'ils s'accordent aux siens. Kat venait tout juste de sortir de cours et était encore habillée. Aussi la vue de Taylor avait littéralement coupé le souffle de Jan.

Jan pénétra dans la pièce et bafouilla un peu à propos de sortir dîner mais on pouvait voir qu'elle était perplexe devant la scène qui se déroulait sous ses yeux. Katherine, à l'opposé, était plus que satisfaite de voir que Taylor n'avait pas paniqué et poursuivait la tache qui consistait à lui peindre les ongles. C'était là une preuve supplémentaire que Taylor était plus à l'aise dans son rôle de petite salope lesbienne de Katherine. Taylor avait eu l'habitude de s'habiller de façon conservatrice et plutôt modeste quand à la façon d'exposer son corps. Durant la dernière semaine, Katherine lui avait donné pour consigne de s'habiller de façon toujours plus révélatrice.

Ce soir là Katherine commanda une pizza et dit à Taylor, qui était resté nue depuis qu'elle était revenue dans la chambre, d'enfiler un t-shirt et de retrouvrer le livreur en bas. Les filles vivaient dans un dortoir exclusivement féminin et c'était loin d'être la première fois qu'une étudiante s'était faite voir en bas dans un t-shirt révélateur. Mais Taylor attira de nombreux regards de la part des filles qu'elle croisa, connaissant son passé conservateur. Elle sentait la fraîcheur des tuiles sous ses pieds et vit que ses petits tétons durs pressaient contre la toile de son t-shirt étriqué qui dépassait à peine en dessous de ses hanches. Elle se sentait vilaine, tout à fait la salope que Katherine avait voulu qu'elle devienne.

Maintenant, alors qu'elle se renfonçait dans le fauteuil, exposant son minou rasé, le soleil réchauffait les plis de son con. De penser à la semaine passée l'avait rendue excitée. Katherine cessa un instant de fixer la route devant elle et vit Taylor enfoncer un doigt dans les replis humides de sa caverne brûlante. .. « Ta petite chatte réclame de l'attention chérie? » s'enquit Katherine.

« Ouais, » vint la réponse murmurée « Alors, comment est Lisa? Tu ne m'as pas vraiment parlé d'elle. Êtes vous, êtes vous en couple? Je veux dire, est-elle ta copine? » demanda Taylor. Katherine pouvait voir la légère moue sur son visage.

« Ça n'est pas vraiment comme ça. Je ne ressens pas pour elle ce que je ressens pour toi, si c'est-ce que tu demandes. » répondit Katherine. « C'est plutôt que Lisa est maîtresse de mon corps alors que tu l'es de mon cœur. Est-ce que tu comprends de que je veux dire? » Katherine pouvait encore voir une légère pointe de déception sur le visage de Taylor. « Lisa a beaucoup de copines et nous aimons passer du temps ensemble, mais je sais où j'en suis avec elle, » ajouta Kat.

« Elle est comme ma maîtresse. Je suis là pour lui plaire... pour être sa servante sexuelle. Elle est la maîtresse de mon corps et je suis son esclave sexuel... tu comprends , » demanda Katherine. « Oui... je crois, » répondit doucement Taylor. « Et tu es à moi, n'est-ce pas? » Katherine la regarda, plongeant dans le regard de Taylor. « Tu es ma petite esclave... ma petite salope lesbienne, pas vrai? » continua Katherine.

« Je suis ta maîtresse et tu feras tout ce que je te dirais de faire, » dit Katherine avec autorité. « Si je te dis de donner du plaisir à une autre femme, tu le feras, pas vrai? Aucune importance ce que je te demande car je possède cette petite chatte. Tu m'appartiens maintenant, » dit Katherine sans attendre une réponse. Taylor pouvait sentir sa chatte devenir humide et elle sut que Katherine avait raison. Elle lui appartenait vraiment. Elle savait qu'elle aimait suivre les ordres de Katherine. Elle aimait brouter la chatte de Katherine autant, sinon plus, qu'elle aimait que la sienne le soit en retour. Elle aimait quand Katherine enfilait son gode ceinture et baisait son petit con et aussi, quelques jours plus tôt quand elle avait prit son petit trou du cul. D'avoir Katherine lui lécher le cul avant de la prendre par derrière était quelque chose qu'elle n'avait jamais ressenti auparavant.

Tout d'abord, elle s'était sentie remplie tandis que la queue pénétrait son cul. Mais elle aimait cette sensation. D'une certaine façon elle la préférait au fait d'être baisée dans sa chatte. Peut-être en était-ce la nature sale. Peut-être était-ce la nouveauté. Tout ce qu'elle savait c'était qu'elle adorait que Katherine la baise par là et elle ne pouvait attendre la prochaine occasion. Katherine lui avait demandé d'emmener son petit implant anal qu'elle avait acheté à la Femme Écarlate. Elle aurait d'ailleurs aimé l'avoir en elle maintenant. Elle voulait sentir l'implant repousser les limites de son petit trou.

« Alors, es-tu excitée, chérie? As-tu hâte d'avoir ces femmes, que tu n'as jamais rencontré, te lécher la chatte? De lécher leurs chattes? » ronronna Katherine.

« Ouais, je crois. Un peu nerveuse mais excitée à la fois. Tu vois ce que je veux dire? » répondit Taylor. « Je sais exactement ce que tu veux dire. Mais tu le feras. Tu feras tout ce que je te demanderai... et tout ce que Lisa demandera, » ajouta Kat en jetant un coup d'œil à Taylor qui avait maintenant plusieurs doigts enfouis dans sa petite chatte brûlante.

« Ouais, je ferais tout ce que voudras... parce que, tu es ma maîtresse. Je t'appartiens. » ajouta Taylor. « C'est bien chérie..., et dis moi... dis moi ce que tu es... » ajouta Katherine. « Je suis ton esclave. Je suis ta petite esclave lesbienne. Tu me possèdes. Tu possèdes ma petite chatte... mon con... et je ferais tout ce que tu demanderas. » dit Taylor presque en transe, les yeux fermés alors qu'elle ressentait la chaleur dans sa chatte. Le soleil chauffait les lèvres humides exposées tandis qu'elles roulaient.

« Donne moi tes doigts... Je veux goûter les liqueurs de ta chatte, » instruisit Katherine en regardant Taylor masser son petit clito. Taylor tendis la main vers la bouche avide de Katherine qui en suça les doigts tout en dirigeant la voiture le long des sinuosités de la route. Elle enroula la langue autour des petits doigts de Taylor, humides des jus de sa chatte. C'était divin et elle aussi sentait sa chatte devenir humide à la pensée de la semaine à venir. « Oh, chérie, c'est bon. J'aime le goût de ta chatte, » ronronna Katherine. « C'est si booooon. »

Lisa avait ordonné à Katherine de recruter sa co-locataire hétérosexuelle, et ayant ainsi fait, de la lui ramener. Katherine savait qu'elle avait complètement retourné la petite étudiante. Elle s'émerveilla en songeant combien cela avait été facile. Katherine se remémora comment elle aussi avait été séduite par Lisa. Elle avait eu une partie à trois avec Ann et Larry mais elle n'était en rien une lesbienne. Mais tout cela avait changé avec Lisa. Lisa avait pris le contrôle de sa vie. Elle avait transformé sa garde robe, l'obligeant à porter des tenues révélatrices et de laisser tomber soutiens-gorge et culottes. À rester nue en tout temps lorsqu'elles étaient ensemble à l'appartement de Lisa. Tout cela, elle l'avait fait avec Taylor, qui l'avait accepté, abandonnant son image sérieuse.

C'était drôle, avant sa conversion en lesbienne, Katherine ne savait presque rien du réseau de lesbiennes à l'université. À l'occasion, elle assumait qu'une fille pouvait pencher dans cette direction, particulièrement certaines des athlètes féminines ou les filles qui les fréquentaient. Mais après que Lisa lui eut fait couper ses longs cheveux blonds et lui ait ordonné de porter des tenues osées, elle avait commencé à se montrer beaucoup plus attentive. Une nuit dans la bibliothèque, une fille qu'elle avait remarqué dans une de ses classes vint la voir et s'assit à côté d'elle. Elles papotèrent tranquillement pendant quelques minutes, d'abord de leurs cours, avant que la jolie fille ne lui demande carrément si elle s'intéressait aux filles. Katherine s'était sentie à l'aise avec elle et bientôt vit d'autres filles se joindre à elle au déjeuner et au centre d'étudiant. Elle commença à vraiment apprécier leur compagnie.

Il n'y eut aucune tentative de séduction ou d'emballement. C'était presque comme une fraternité féminine. Elle fréquenta même quelques fêtes et regarda des filles qu'elle considérait jusque là comme 100% hétéro, se palucher sur le canapé avec d'autres filles, ou simplement se tenir la main sans avoir à supporter les regards d'autres étudiants. En quelques occasions elle avait observé comment une fille curieuse était amenée à une fête pour faire l'expérience de l'amour saphique pour la première fois. D'observer leur premier baiser d'une autre femme ou peut-être les voir émerger de la chambre, l'expression sur leur visage, aida Katherine à trouver le courage dans sa quête de transformer Taylor.

Souvent elles se rencontraient dans un appartement en dehors du campus. Plusieurs des filles hétéros mais curieuses se sentaient plus à l'aise si elles pensaient qu'elles ne seraient pas vues par d'autres étudiants. Parfois, ça commençait par quelques verres et un petit jeu de « Fais tourner la bouteille » ou « Défi ou vérité ». Bientôt, les doux et tendres baisers feraient place à des attouchements puis la gonzesse curieuse passerait à son premier léchage de minou. Katherine trouvait drôle qu'avec le temps les rôles soient inversés. Quelques-unes des filles que Katherine avait connu timides, se forçant à la discrétion, prenaient maintenant l'initiative pour retourner des filles supposément hétéro.

Quelques unes des lesbiennes qui étaient devenues ses amies connaissaient ses plans pour Taylor. Elles firent des suggestions pour la séduire et surent qu'elle avait réussi en observant Taylor sur le campus l'air perdue dans son petit monde, s'habillant de façon bien plus provocante, ses seins et tétons exposés sous les hauts affriolants qu'elle portait. Taylor n'avait pas à admettre quoi que ce soit - les autres filles savaient tout simplement. Taylor était des leurs désormais.

Katherine savait que Lisa avait l'intention de faire de Taylor une esclave comme elle pour les autres femmes - pour être utilisée comme elle l'entendait. Une partie d'elle-même voulait protéger Taylor mais elle savait aussi qu'elle se soumettrait à Lisa. Lisa la possédait après tout. Elle le lui avait bien fait comprendre lorsqu'elle lui avait coupé les cheveux comme symbole de sa soumission. Lisa avait même marqué sa propriété d'un tatouage en bas de son dos juste au-dessus de la marque du bronzage. Là où certaines filles avaient des tatouages tribaux, Kat avait un tigre avec un collier noir à clous d'argent autour de son cou. Il symbolisait la soumission complète de Katherine. Lisa avait également donné à Katherine un collier en or 18 carats. Le collier épais était remarquablement long et pendait entre les seins de Katherine. À son extrémité se trouvait un petit médaillon - deux cercles entrelacés avec croix - le symbole du sexe féminin. Lisa avait fait d'elle une lesbienne et il n'y avait pas de retour en arrière. Le tatouage était le symbole permanent pour Kat et pour quiconque verrait son dos qu'elle était soumise.

Elle jeta un œil à Taylor qui continuait à se frotter le clitoris. Les yeux fermés dans un abandon total à son plaisir. Ses petits pieds maintenant pressés contre le pare-brise, comme elles se rendaient chez Lisa. Katherine se demanda jusqu'où cette dernière irait avec Taylor. Ferait-elle couper court ses doux cheveux noirs? Marquerait-elle Taylor d'un tatouage également? Katherine connaissait la détermination de Lisa et de Susan. Toutes deux avaient un côté dominateur - un esprit très dominateur. Même si aucune des deux n'avait à ce jour exprimé de l'intérêt pour les fouets et les coups que d'autres filles appréciaient comme le savait Katherine. Les deux femmes prenaient du plaisir à repousser ces limites - à montrer jusqu'à quel point elles pouvaient dominer leur partenaire.

Un samedi soir Lisa et Susan avaient pu apprécier les attentions de Katherine léchant leurs chattes alternativement tout en sirotant leur vin. Elles sortirent sur la véranda de Lisa et obligèrent Katherine à s'agenouiller devant elles. Elle avait cru tout d'abord qu'elles allaient la faire continuer à lécher leurs cons tandis qu'elles se tiendraient debout devant elle. Mais alors Lisa agrippa sa tête et la releva. « Maintenant chérie, nous allons te faire un cadeau très spécial. Il est temps que tu me montres à quel point tu m'aimes. À quel point tu aimes ma chatte. » Ça ne lui était jamais venu à l'esprit jusque là, mais alors, relevant les yeux vers Lisa et Susan, elle sut qu'elles avaient intention de commettre l'impensable. Elles allaient uriner sur elle.

C'était trop et elle se débattit pour se relever. « Lisa, je ne sais pas, je... » bafouilla Katherine comme elle luttait sous les mains qui la maintenaient à terre. « Écoute moi bien petite salope, » dit Susan, « Tu feras ce qu'on te diras de faire et tu aimeras ça. De fait... tu aimeras ça. Je paries qu'avant longtemps, tu nous supplieras de te le faire à nouveau. »

Katherine réalisa qu'elle ne pouvait y échapper. Elle réalisa également qu'elle avait goûté à des traces de l'urine de Lisa auparavant. Si Lisa veillait toujours à être propre avant qu'elles n'aient des relations sexuelles, certaines fois elle s'était excusée pour aller aux toilettes, revenant ensuite pour avoir Katherine lui lécher le con. Elle avait goûté l'urine légèrement salée mélangée aux liqueurs d'amour lorsqu'elle avait plongé la langue profondément dans la caverne de Lisa. Mais cela était tout autre chose.

Katherine ferma les yeux et se résigna à cette ultime soumission. « Ouvre les yeux, putain » cracha Susan. « Ouvre les maintenant... » Katherine ouvrit les yeux pour voir la touffe blonde de Susan à seulement quelques centimètres. Comme Katherine fixait les lèvres légèrement enflées du vagin de Susan, elle vit ses lèvres s'ouvrir et un ruisseau en jaillir pour aller frapper sa poitrine. Le liquide tiède lui sembla brûlant et en fin de compte pas si différent de la sensation de se tenir debout sous sa propre douche au dortoir. L'urine chaude éclaboussa ses tétons puis coula à terre comme Susan dirigeait le ruisseau vers le ventre plat de Katherine puis vers son petit con imberbe.

La petite chatte de Katherine la chatouilla tandis que le liquide chaud venait fouetter son clitoris. Elle se sentait pâle... c'était dégoûtant... et elle se sentait excitée. « Regarde par ici chérie. » Katherine entendit l'ordre de Lisa alors qu'elle lâchait son propre flot. La pisse chaude se mélangea à celle de Susan sur sa caverne brûlante avant de commencer à remonter le long de sa poitrine, dansant sur ses seins, puis son cou. « Ouvre grand, chérie... ouvre ta petite bouche. »

« Oh non, mon dieu, non » pensa-t-elle, réalisant que Lisa avait l'intention de pisser dans sa bouche. Ses pensées furent rapidement confirmées comme elle sentait le jet chaud frapper son visage, mouillant ses cheveux. Même avec la bouche fermée elle pouvait goûter l'urine salée, âcre au coin de ses lèvres. « Ouvre chérie... ouvre cette bouche. » ordonna Lisa. Katherine se résigna et ouvrit la bouche comme le jet frappait sa cible. Elle s'étrangla presque comme le fluide chaud remplissait sa cavité. « C'est bien d'avaler, chérie. Montre moi que tu m'aimes. Montre moi que tu m'appartiens, » l'agaça Lisa. Katherine ferma la bouche puis fit l'impensable, elle avala le liquide tiède.

« Ça c'est une bonne salope, » ricana Susan comme les dernières gouttes de pisse coulaient sur la poitrine de Katherine. Lisa continua à diriger le flot vers la bouche de Katherine, et lorsque les dernières gouttes d'urine tombèrent, elle approcha les lèvres de la chatte de celle-ci. « Lèche moi chérie, lèche moi vite, » gémit Lisa en rapprochant sa chatte de la bouche de Katherine. Sa touffe brune dégoulinait de pisse comme Katherine poussait sa la langue à l'intérieur de son con et léchait son clitoris. Elle enfonça sa langue profondément dans la chatte de Lisa jusqu'à ce que Susan lui tire la tête en arrière et n'écrase son visage contre sa propre caverne brûlante. Katherine se partagea entre les deux femmes debout devant elle. Kat leva les yeux un instant pour voir Susan et Lisa s'embrasser. Leurs langues se battant en duel. Susan aspirant la langue de Lisa. Elles se pelotaient mutuellement la poitrine, pinçant les tétons, et caressant doucement le sein de l'autre tandis que de doux soupirs s'échappaient de leurs lèvres.

Katherine sentit les jambes de Susan faiblir et trembler d'un orgasme imminent alors que celle-ci attirait plus profondément le visage de l'étudiante contre sa caverne brûlante. Katherine passa les mains autour des fesses de Susan, tout en pressant sa langue contre son con, la baisant de son visage. Susan s'effondra contre Lisa puis se laissa glisser dans une chaise de la véranda alors que Katherine dirigeait son attention vers les besoins de sa maîtresse - Lisa.

« Lèche-moi chérie... oh, oui, putain de brouteuse de gazon, bonne fille, » chanta Lisa alors que Katherine s'abîmait dans l'instant. Elle adorait donner du plaisir à Lisa. Elle était maintenant recouverte de l'urine de cette femme. Elle se sentait pâle, humiliée, et en même temps, elle n'était pas sûre de s'être jamais sentie aussi excitée. Lisa se tenait debout au-dessus d'elle, se pinçant les tétons avant de se baisser pour reprendre l'équilibre, agrippant la tête de Katherine, imbibée de son urine. « Bon dieu, bouffe moi le con petite pute... » gémit Lisa. « Oh quelle bonne petite lesbienne tu es devenue... suce mon clito, enfonce tes petits doigts dans mon con. »

Katherine tira légèrement le clitoris de Lisa de ses lèvres, mordillant délicatement tout en enfonçant deux puis trois doigts dans la caverne brûlante de Lisa. Elle replia les doigts et fouilla la chatte de Lisa de sa main enfoncée. Elle était tout juste assez petite pour s'y glisser. Lisa lui avait rendu la pareille bien des fois. Commençant graduellement avec de petites godes, Lisa les avait finalement remplacés avec de plus gros alors que le petit con de Katherine s'était habitué à leur taille. Utilisant de généreuses quantités de lubrifiant, Lisa avait commencé à repousser les limites du petit con de Kat jusqu'à ce qu'elle puisse y rentrer la main entière. Lisa était heureuse que la petite étudiante soit maintenant capable d'accepter facilement son poing. Elle adorait inviter une copine dans son appartement et fister la petite étudiante d'université devant toutes ses copines lesbiennes.

Report Story

byBrehat© 0 comments/ 21154 views/ 1 favorites

Share the love

Report a Bug

Suivant
3 Pages:123

Forgot your password?

Please wait

Change picture

Your current user avatar, all sizes:

Default size User Picture  Medium size User Picture  Small size User Picture  Tiny size User Picture

You have a new user avatar waiting for moderation.

Select new user avatar:

   Cancel