tagNon Consentement / À contre-cœurLa future mariée participe à un con

La future mariée participe à un con

byCoulybaca©

Tiffany frissonnait de honte et de répulsion en voyant son image se reflé-ter dans le miroir

Vêtue de sa robe de mariée, chaussée de hauts talons, pour tous la jeune beauté blonde ressemblait à un modèle de magazines pour jeunes mariées, mais ce n'est pas ainsi que Tiffany se percevait, loin de là.

En fait, revêtir la somptueuse robe de mariage avait requis tout son cou-rage et deux verres de vin pour stimuler son énergie.

Tiffany avait rêvé de ce jour lorsqu'elle descendrait l'allée centrale de l'église, bien sûr il n'aurait pas entièrement correspondu à ses rêves, mais maintenant il s'avérait drôlement dégradé.

Un proverbe séculaire dit : "le chemin de l'enfer est pavé de bonnes in-tentions", aussi généreuses et altruistes qu'aient été les intentions de Tif-fany, le résultat ne pouvait être plus désastreux.

Elle était certaine que si Kevin Westwood, son fiancé apprenait la vérité, il l'abandonnerait devant l'autel sans aucun regret.

Elle se blâmait pour son comportement idiot, elle avait plongé tête bais-sée dans le chantage qu'on exerçait maintenant sur elle.

Tout avait commencé lorsqu'elle avait donné son accord pour être pho-tographié pour quelques photos de mannequin à paraître dans des ma-gazines spécialisés sur le mariage, et ce pour quelques rentrées d'ar-gent non négligeables.

C'était une jeune femme qui l'avait approchée alors qu'elle quittait le ma-gasin de mode où elle terminait des essayages.

Elle avait frappé fort en lui offrant un job de mannequin.

C'était de l'argent vite gagné ne réclamant pas de compétence particu-lière, et alors que Kevin comptait tant sur des heures supplémentaires pour pouvoir se payer la maison de leurs rêves Tiffany sauta sur cette occasion rêvée de pouvoir l'aider.

Tiffany ne se considérait pas comme une jeune femme modèle, mais la convaincante Joléne Preston avait persuadé la naïve jeune beauté de rencontrer le photographe pour faire un essai.

Il n'était jamais venu à l'idée de Tiffany que cette rencontre fortuite ne devait rien au hasard. Tiffany n'était pas la première fille que la bimbo blonde avait recruté en lui faisant miroiter une carrière de mannequin en tant que modèle de photographe.

Et effectivement c'était de l'argent vite et bien gagné, pour Joléne bien sûr.

Joléne et Abe Mosely tiraient partis de toutes les occasions, ils travail-laient en équipe et l'habile blonde considérait Tiffany comme une éven-tuelle source de profit, un bonne opportunité de se faire quelques billets.

Elle savait ce qu'Abe aimait le plus ..... Les jeunes beautés naïves, fian-cées, sur le point de se marier.

Aussi quel meilleur endroit qu'un des nombreux magasins spécialisé dans la vente de robes de mariées pour se mettre à l'affût.

Elle se faisait servir un expresso au café du coin et elle attendait, quand une perspective alléchante entrait dans le magasin, Joléne s'y rendait prétendant rechercher une robe pour elle-même.

Abe son complice, guettait comme elle, la bonne opportunité, il consi-dérait ces jeunes beautés innocentes comme un moyen de parvenir à ses fins .... Bien que son but ne soit pas seulement de gagner quelques billets ... Mais aussi de tirer de bons coups! ....

Cela lui permettait d'assouvir ses appétits lubriques, dégradant la future jeune mariée, il la transformait en une pouffe pour bites noires.

Sa plus grande satisfaction était de se faire de l'argent, avec ces idiotes tout en les transformant en bonnes petites putains, en garages à bites .... Noires de préférence.

Abe Mosely n'était pas de ce genre d'homme qui plaisait aux femmes, lorsqu'il abordait une femme, la plupart du temps, il courait à l'échec, c'était un perdant, peu attirant et grossier.

La photographie n'était pas sa vraie profession cela avait d'abord été un violon d'Ingres et c'était devenu un violon d'Ingres de bon rapport.

Il possédait un modeste studio, des caméras et des supports mais il n'était qu'un besogneux amateur au regard des bons professionnels.

Il gagnait sa vie en éditant des films pornographiques, et son studio ne lui servait que de couverture pour dissimuler ses activités aussi secrètes qu'illégales.

La base de l'histoire était qu'Abe avait versé dans le porno quelques an-nées plus tôt, non pas à cause de son look, mais grâce à son énorme queue et à ses capacités de récupération.

S'étant retiré du jeu d'acteur, il continuait dans le porno en tant qu'éditeur produisant ses propres vidéos pornographiques qu'il vendait lui même à des connaisseurs.

En outre ce studio lui servait bien pour détourner les soupçons des jeu-nes beautés comme Tiffany Coulter qu'il aimait prendre dans ses rets.

La seule chose quelles ignoraient toutes, c'est qu'Abe utilisait des jeunes beautés naïves et guindées pour jouer dans ses films, Joléne lui servait d'appâts pour recruter les jeunes beautés qu'il se chargeait alors de soumettre à ses volontés.

Le studio, la fascination du rôle de mannequin, la promesse de gagner facilement de l'argent étaient largement employés pour subjuguer leurs jeunes et innocentes victimes.

Abe en fonction de son physique peu attractif et intimidant avait besoin de Joléne pour circonvenir ces jeunes inconscientes.

Tiffany avait décliné l'offre initiale de Joléne, rougissant à l'idée d'être assez attirante pour devenir l'égérie d'un photographe, mais Joléne sa-vait exactement ce qu'elle devait dire pour persuader Tiffany de faire un essai.

La jeune beauté ne pouvait disconvenir que de l'argent supplémentaire les aiderait bien, elle était toute excitée à l'idée de surprendre Kevin en amenant sa cote part dans l'achat de la maison de leurs rêves qu'ils avaient repérée un mois plus tôt.

Kevin était plus vieux qu'elle, il avait un poste de sous-directeur dans une grande banque d'affaires et gagnait bien sa vie, Tiffany avait requis son avis pour trouver un emploi temporaire le temps d'épargner un peu pour financer en partie leur réception de mariage et rallonger leur voyage de noce.

Toutefois l'achat de cette maison étant totalement imprévu, il était temps maintenant d'envisager un plan de financement plus sérieux.

En fait, elle avait eu quelques entretiens préalables visant à travailler au retour de leur voyage de noce, aussi la pensée de gagner facilement quelques centaines de dollars la fascinait.

Et Joléne avait juste un portfolio dans sa voiture garée de l'autre côté de la rue , aussi Tiffany décida t-elle qu'elle pouvait consacrer quelques mi-nutes devant une tasse de café.

A la vue de quelques photos tirées pour d'autres clients, ses craintes s'envolèrent. Tout cela semblait correct, les photos les plus dévêtues s'avéraient en fait être prises en maillot de bain.

Joléne étouffa ses rires lorsqu'elle complimenta Tiffany, lui disant qu'elle avait tout pour réussir ...... Un visage avenant, un physique de sportive, une aura charismatique et un sourire qui valait bien un million de dollars.

Mais en fait rien de tout cela n'avait attiré l'attention de Joléne sur Tifffa-ny, c'était surtout ses longues jambes qui avaient focalisé la vigilance de Joléne lorsqu'elle avait pénétré dans le magasin.

Elle savait qu'Abe adorait les femmes avec de longues jambes, elle était donc certaine qu'il la paierait un max pour profiter de ces longues guibol-les tout en dégradant la future jeune mariée.

Comme la petite salope hésitait encore, Joléne ouvrit son attaché case révélant quelques adresses de clients prestigieux pour lesquels elle avait déjà travaillé.

Elle avait appris que la finale de la miss jeune mariée de l'année se joue-rait dans quelques jours, Joléne lui demanda où elle comptait trouver la robe qu'elle revêtirait pour aller à l'église et si elle consentirait à poser pour s'inscrire à ce concours photo.

Puis apprenant que Kevin devait se multiplier pour acheter la maison de leurs voeux et de ce fait laisserait Tiffany seule durant les semaines pré-cédant le mariage, ça avait fait tilt dans la tête de Joléne.

- "Bon Dieu, si cette information est juste, Abe me paiera un paquet de dollars pour cette petite chienne! ..." se dit elle nerveusement.

Réagissant promptement, elle glissa insidieusement :

- "Vous correspondez exactement aux données du concours, je se-rai vous je concourrai, qui sait .....D'autant plus que ce serait agréable de garder des souvenirs originaux de votre mariage! .....Vous pourriez poser le matin même de votre mariage .... Lors d'une pause .....On vous aiderait à enfiler la robe et vos parures ....... Cela pimenterait un peu votre mariage non? ....."

Arrachant une feuille de son bloc-notes, Joléne tendit un contrat à Tiffa-ny, lui précisant :

- "Je suis mandatée par "Prestige Photos" pour offrir 500 dollars à la jeune femme que je sélectionnerai pour le concours, chèque paya-ble à la conclusion du concours. ... J'ai une grande idée pour ces clichés ... Je revêtirai une des robes de vos filles d'honneur ce qui me permettra de vous suivre sans aucun problème ... Nous pren-drons quelques clichés dans votre nouvelle maison ......Elle servira aussi de salle d'ultimes ajustements lorsqu'on vous aura préparée ........"

Une fois que la petite chienne eut signé le contrat, Joléne lui demanda de lui faire visiter leur nouveau domicile, afin de bien se mettre les lieux en tête ce qui éviterait de perdre du temps.

Dès que Joléne eut donné sa fausse carte de directrice de casting, adresse en main, elles convinrent qu'elle suivrait Tiffany jusqu'à son nouveau domicile pour y prendre quelques photos des lieux qui augmen-teraient la récompense de Joléne au vu de cette trouvaille.

- "Quel moment serait mieux choisi pour débuter la supercherie" pensait Joléne tout en suivant la petite chienne se rendant à son domicile à quinze minutes du café.

Après une paire d'essai, elle eut enfin Abe au bout du fil, il était le seul capable d'enregistrer les vidéos et de les vendre ensuite.

- "Abe chéri ......Que dirais-tu de faire une avance à ta directrice de casting préférée? ......" l'appâta-t-elle mielleusement.

En arrivant à leur nouvelle demeure, Joléne avisa la crédule future ma-riée:

- "Je vais prendre quelques photos, le metteur en scène les utilisera pour définir ses prises de vue .....Vous pouvez rester dans le champ rendra les clichés plus vivants ........"

Joléne prenait des clichés qui parvenaient directement à Abe, elle glous-sa dans l'appareil :

- "Vise moi ses longues guibolles Abe! ....J'espère que tu apprécies? ....Quel galbe .....Imagine là en hauts talons! .......De plus nous pourrons choisir leur domicile comme cadre ..... D'autant plus qu'elle va se retrouver seule pendant quelques temps......"

Observant les clichés sur son portable, Abe dégrafa sa fermeture éclair et se branla vivement à la vue de cette jolie petite salope que Joléne ve-nait de dégotter.

Il devait reconnaître que Joléne savait comment l'appâter, il était toujours aussi excité lorsqu'elles parvinrent devant la porte de la maison.

Joléne ne prenait plus de clichés, elle tenait négligemment son appareil au creux de sa main filmant le sol au rythme de ses pas, Abe s'impatien-tait, il voulait voir la suite .... Et rapidement

Une fois dans la maison, Joléne réamorça la pompe, prenant plusieurs clichés qu'elle commentait question d'agrémenter les images.

- "Je vais prendre quelques clichés de la cuisine ... Du salon .....Et maintenant la pièce la plus importante .......Vous vous préparez dans votre chambre ... Non?......"

Abe se branlait comme un fou, en entendant Joléne annoncer :

- "Tout d'abord les escaliers ...... histoire d'évaluer les ombres ..."

- "Oh, la salope ......" grogna Abe yeux rivés sur l'écran de son por-table.

Il voyait l'excitante petite chienne gravir les escaliers, marche après mar-che, apparemment Joléne s'était débrouillée pour prendre des photos indiscrètes sous la jupe de la jeune et naïve future mariée, on y voyait clairement ses longues jambes émerger de sa mignonne petite culotte de dentelle blanche.

Bientôt Abe put découvrir le vaste lit conjugal principal meuble de la chambre.

Joléne intervint alors :

- "Tenez vous là .....Plus près du lit ......Encore une paire de clichés ......Les meilleurs qu'on ait pris ......C'st bien ma chérie ... Une image par-fait de la future jeune mariée ......Une photo à soumettre ......Une série de photos de la jeune mariée se préparant pour la cérémonie ...... La jeune mariée endosse sa tenue virginale ......."

Et Joléne poursuivait ajoutant des détails destinés à Abe :

- "Nous pourrons prendre une série de photos ... Assise au bord du lit .....Roulant vos bas nylons blancs sur vos cuisses ........Chaussant vos hauts talons .......Enfilant votre robe .........Puis votre voile ......"

Pour être amorcée, la pompe était bien amorcée, Abe s'imaginait déjà la future se tenant devant le vaste lit conjugal ....... L'image même de celui qu'il aurait choisi pour mettre en scène le viol de cette jolie petite salope! ....

Cherchant à allumer un peu plus Abe, Joléne poursuivit :

- "Puis-je utiliser vos toilettes? ..."

Naturellement la crédule jeune femme ne pensant pas qu'on pouvait uti-liser des toilette autrement que pour ses besoins naturels lui indiqua qu'elles étaient droit devant elle.

Une fois dans la salle de bain, Joléne porta l'écouteur à son oreille, elle gloussa intérieurement en entendant Abe haleter d'épuisement, se mar-rant elle susurra :

- "Abe ...Chéri, ça va pas? ......Au son je croyais que tu avais un crise cardiaque ....Ou bien est ce parce que tu brûles de voir la bête? ....."

- "Tu n'es qu'une foutue salope! ..." pesta Abe à l'autre bout du fil.

- "C'est d'accord, je te fais une avance si tu me ramènes cette jolie salope! ....."

Joléne lui répondit alors :

- "T'as pas bien compris, Je veux mes 30 %, c'est moi qui ait eu l'idée du concours et de l'habillage de la mariée ... Et de plus dans sa chambre conjugale! ....."

- "Bordel ....Tu n'es qu'une salope ....." répliqua Abe entendant glousser Joléne. Elle lisait en lui comme dans un livre et elle savait qu'il était bien trop tenté par la jeune salope pour laisser tomber l'affaire.

Abe trouvait que rien ne pouvait être parfait dans ce monde, il compre-nait qu'elle le manipulait, jouant avec lui a comme avec une marionnette, jusqu'ou irait-elle? .......

La carte que Joléne avait donné à Tiffany ne comportait qu'un numéro de portable dont il se débarrasserait rapidement en cas d'ennuis, donc rien à craindre de ce coté.

- "Abe regarde ton écran! ......Regarde ce que je t'ai déniché ...... " le taquinait Joléne.

D'une main elle tenait le portable et de l'autre une petite culotte blanche semblable à celle dont Abe avait aperçu le fond lorsque la jolie blonde montait l'escalier ....

La camera à peu de distance de la culotte Joléne l'asticota à nouveau :

- "T'aimerais bien t'enfouir dedans le visage Abe? ....Si c'était le cas, je te la ramènerai comme bonus chéri! ...... Mais si tu n'agrée s pas ma proposition, je la remets dans le coffre où je l'ai trouvée! .......

La voyant prête à rejeter la petite culotte dans sle panier à linge, Abe hurla :

- - "Non ....Nonnnnnn ....Ne la jette pas dans la corbeille...... Je te donnerai un bonus ......C'est d'accord ......"

Comme elle reposait la petite culotte, Abe soupira lourdement et la mau-dit alors

- "Foutue salope! ..."

Sachant qu'il aurait en main la culotte de la petite salope de future ma-riée dans moins d'une heure, Abe sentit sa bite s'ériger à l'idée de plon-ger son visage dans ses frous-frous et d'en humer les odorantes flagran-ces.

De retour au studio d'Abe, Joléne tenait la petite culotte entre ses doigts

- " Bon sang, tu halètes comme un chien devant un os! ....." l'astico-ta-t-elle.

Le bras tendu, Abe répliqua :

- "Donne la moi bordel!......"

Joléne rit et lui demanda :

- "Où est le bonus que tu m'as promis! ...."

- Elle connaisait si bien Abe, toujours prêt à promettre n'importe quoi, elle balançait lentement la petite culotte au dessus de la dé-chiqueteuse à papier, Abe écarquillait les yeux d'horreur.

-

-

Abe ouvrit prestement un tiroir et rangea la pile des factures qu'il avait vérifiée pour passer le temps, mettant à jour une bonne liasse de billet, Joléne sourit, elle tenait son bonus.

Mais Joléne n'en avait pas fini avec lui, elle enroulait la culotte autour de ses doigts tout en avisant Abe :

- "Et maintenant, montre moi le cadeau que tu destines à cette ra-vissante future mariée! ....Allez débraguette toi et montre moi ce que tu vas lui offrir! ....."

Abe se réjouissait de voir la tournure que prenait son petit jeu, il se dé-grafa et exposa sa grosse bite qu'une cohorte de victimes avait déjà ex-périmentée.

Comme Joléne jouait le rôle de la putain salace, Abe obéit lorsqu'elle lui commanda de se branler s'il voulait toujours qu'elle lui donne le petit ca-che sexe odorant.

Observant les consignes de Joléne qui lui avait interdit de toucher la pe-tite culotte, il continua à s'éplucher le poireau alors qu'elle s'approchait de plus en plus près de lui, la sexy petite culotte entre les doigts.

Se plaçant derrière sa chaise, Joléne lui mit la petite culotte devant le visage, il plissa le nez et huma les flagrances du fragile dernier rempart

Elle le lui donna alors, la roulant dans sa main il enfouit ses narines dans le sémillant frou-frou.

Le fond plaqué sur le nez, il savourait les flagrances intimes de la future mariée, Joléne se pencha à son oreille et susurra :

- "Ca sent bon la chatte? ..."

Le hochement de tête d'Abe le lui confirma sans aucun doute possible.

Alors qu'Abe grognait de plaisir Joléne murmura :

- "Je t'imagine déjà en train de baiser cette innocente future mariée ....Te la tapant sur leur lit conjugal ... Peut être même le lit de leur nuit de noce ....... Penses tu que cette jeune salope est encore pu-celle chéri? ....... Peut-être bien que tu seras le premier à te la ta-per ... Peut-être bien que lui prendras sa fleur! ....."

Joléne pouffa tout en proférant ce dernier commentaire, alors qu'elle branlait vigoureusement son patron qui éjacula, elle ne dut qu'à un saut de coté d'éviter le jet poisseux qui s'engouffrait dans les tiroirs du bu-reau.

Joléne l'asticota encore alors qu'il haletait épuisé de jouissance :

- "Abe ....Si tu lui envoies une décharge de ce genre peut-être bien que tu la feras grimper aux rideaux! ......" puis elle se saisit de son bonus qu'elle agita en signe de remerciement.

Puis elle quitta Abe qui s'essuyait le dard dans la petite culotte dérobée à Tiffany.

Ce même jour, Tiffany prit livraison de sa robe de mariée, elle se précipi-ta vers son domicile, Joléne devait la rejoindre avec le photographe après déjeuner.

En accrochant sa robe à la porte de la chambre, Tiffany se sentait un rien nerveuse, mais elle se dit qu'elle serait bien contente, le jour de son mariage de donner à Kevin le produit de sa prestation.

Depuis que Joléne l'avait contactée la veille pour confirmer le rendez-vous pour la prise de photo, Tiffany avait préparé sa tenue, toutes les pièces de vêtement qu'elle porterait pour son mariage.

- "Nom d'un chien ..Je suppose que je devrai me tenir prête ... Prête à passer ma robe de mariée!......Devrai-je me faire photographier en soutien-gorge et petite culotte? ....."

Pensait-elle, se sentant de plus en plus nerveuse de permettre à un étranger de la voir en petite tenue, quand bien même c'était pour la pho-tographier! ....

Juste au moment convenu, la sonnette de l'entrée retentit, elle ouvrit la porte et salua Joléne qui la prévint que le photographe était en train de décharger le matériel.

Elle lui suggéra de lui laisser la porte ouverte, ainsi ils pourraient vérifier que tout était prêt, ils dirigèrent vers la cuisine.

Exprimant ses angoisses, Tiffany s'enquièra :

- "Vais-je être photographiée en ... En sous vêtements? ...."

Report Story

byCoulybaca© 0 comments/ 48970 views/ 2 favorites

Share the love

Report a Bug

Suivant
3 Pages:123

Forgot your password?

Please wait

Change picture

Your current user avatar, all sizes:

Default size User Picture  Medium size User Picture  Small size User Picture  Tiny size User Picture

You have a new user avatar waiting for moderation.

Select new user avatar:

   Cancel