Fukutanari

byValcour©

Je publie quelques pages du carnet d'un routard que j'ai trouvé, oublié dans un train. Rien ne me permet d'identifier son propriétaire. S'il se reconnait, qu'il m'écrive (il authentifiera son courrier en précisant quelques unes des autres villes mentionnées). Ce carnet contient d'autres épisodes croustillants que je publierai peut-être.

Alain Valcour

Tokyo, Septembre 2011

Je suis entré dans l'un de ces bars minuscules situés dans les étages d'immeubles parés d'enseignes aussi nombreuses qu'incompréhensibles pour qui, comme moi, ne connait pas le japonais. Mais on m'avait indiqué le code : un petit cœur rose, très discret, accolé au nom du bar sur le tableau de l'interphone indiquait un établissement où des filles peu farouches boivent et « bavardent » avec les « gaijins » (les occidentaux) dans un anglais minimal.

Accueilli par un chœur de joyeux « irasshaimasei » (prononcer « irasse-chaï-ma-seï » ce qui veut dire « bienvenue chez nous »), je me suis assis à une table où deux lolitas avec des couettes de collégiennes m'invitaient de leurs grands sourires juvéniles et aguicheurs. J'ai été surtout attiré par leurs poitrines bien formées. Des décolletés généreux découvraient la naissance de jolis seins moelleux. La conversation n'a pas été particulièrement riche. Une seule des deux, Keiko, connaissait quelques mots d'anglais touristique. Toutes les deux riaient beaucoup, une main devant la bouche. Les bières et les pistaches sont arrivées. Nous avons commencé à nous baisoter, langue à langue. Elles aussi s'embrassaient et se caressaient voluptueusement, ce qui m'excitait pas mal. Caresser un sein découvert, lécher ou pincer un téton, pétrir une cuisse et susciter des gémissements de plaisir, cela se faisait à chaque table. Keiko était en minijupe. Je lui ai retiré son slip et je l'ai posé sur la table entre les pistaches, les verres et les serviettes en papier. Je lui ai branlé le clitoris, elle a « joui » bruyamment presque tout de suite. Bien sûr elle faisait semblant. Je l'ai embrassée goulûment, comme pour étouffer ses petits cris d'oiseau affolé. Sa copine Yukiko nous regardait avec envie. Me plaçant commodément à côté d'elle, j'ai commencé à honorer de la même façon ses seins, ses tétons et ses lèvres. Je posais des baisers mouillés sur tout ce qui m'était accessible, ses oreilles, son cou, ses paupières, ses épaules, ses bras. Je me régalais de son parfum floral et de ses baisers délicats. Yukiko était en « hakama », un ample pantalon de tradition japonaise. En palpant ses cuisses à travers le tissu, j'ai eu la surprise de rencontrer comme un bâton. C'était un sexe qui bandait, très long et bien raide. Keiko et Yukiko qui s'attendaient à ma surprise ont éclaté de rire. « Come. Backroom. »

Elles m'ont entraîné dans une vaste pièce dont l'entrée était masquée derrière un rideau. La lumière était plus que tamisée. Sur des canapés à l'occidentale disposés tout autour, des couples nus s'affairaient. Keiko a baissé le pantalon de sa copine et j'ai vu émerger un énorme sexe, épais comme son poignet d'adolescente et long comme les trois quarts de sa cuisse. A sa base, un large triangle de fourrure noire lui couvrait tout le bas-ventre. Le gland rose, complètement découvert, luisait dans la pénombre.

- Yukiko, Fukushima. Heiseï twenty-three. Year two . . . thousand ... eleven.

Des radiations seraient à l'origine de son pénis monstrueux? Keiko m'a montré que Yukiko avait aussi un minuscule vagin, hermétiquement clos et impossible à pénétrer sauf au bistouri, et même deux (gros) testicules. Elle aimait bien que l'on s'occupe de l'œillet brun de son délicieux petit cul. Keiko y a mis la langue avec enthousiasme. Elle a enfoui son visage entre deux fesses toutes rondes et je n'en voyais plus que les couettes noires s'agiter. Yukiko riait sans discrétion. Keiko s'est mise à masturber son énorme sexe pour le raidir encore un peu plus et tenter de le faire se redresser, mais il était trop lourd. Keiko m'a invité à l'aider. Nous l'avons tous les deux mordillé et léché. Le gland était trop gros pour la jolie petite bouche de Keiko. C'est moi qui l'ai enfourné, mais ma langue avait du mal à le caresser. Keiko masturbait la hampe et massait vigoureusement la prostate. Une énorme quantité de sperme m'a giclé dans la bouche et a failli m'étouffer. J'en ai bien avalé la valeur de deux tasses et ça giclait encore dans la figure de Keiko. Quelques minutes après, Yukiko bandait de nouveau, prête pour le client suivant. Elle s'est rhabillée, nous nous sommes longuement embrassés tous les trois. Je leur ai glissé quelques billets et Keiko m'a donné la carte de visite du « Fukutanari Club » à Shinjuku. « Tomorrow, Yukiko, Fukutanari Kulubu. You come.».

Le lendemain soir, j'ai été à ce club, installé discrètement dans un sous-sol. Un bar, des sièges autour de plusieurs scènes où dansaient des « Fukutanari» ou « F-Gals ». Ce sont de merveilleuses adolescentes aux seins nus, en bas de soie blanche ou de résille noire et vêtues, si l'on peut dire, de micro-jupes de tissu écossais (destiné à évoquer un uniforme scolaire), d'où émergeaient d'énormes pénis aussi gros que celui de Yukiko. Elles les balançaient au rythme de la musique, une musique gélatineuse comme d'habitude dans ce genre de lieu. Elles caressaient leurs glands turgescents. Leurs seins charnus valsaient, propulsés de droite et de gauche par leurs déhanchements. Elles approchaient leurs fesses nues des visages des spectateurs, lesquels jetaient sur la scène quelques billets pour les remercier.

Quand un spectateur faisait signe à une « F-gal », elle s'approchait pour se faire lécher le gland. S'il agitait un billet suffisamment important, elle se branlait vigoureusement jusqu'à lui gicler dans la figure. J'en ai vu un récupérer précieusement le foutre dans son verre pour le mélanger au whisky Suntory dont il avait une pleine bouteille à portée de main. Il a fait goûter le cocktail obtenu aux deux amis qui étaient avec lui, et tous trois sont partis d'un grand rire complice.

Un japonais un peu éméché s'est alors approché de moi, armé de sa bouteille de Suntory. Il parlait bien anglais et nous avons bavardé. C'était un habitué, il connaissait les noms (et sans doute plus) de toutes les filles. Il m'a expliqué que ces adolescentes venaient toutes des environs de Fukushima où elles avaient été exposées, juste après l'explosion de la centrale nucléaire, à d'intenses radiations. En quelques semaines, leurs clitoris s'étaient transformés en énormes braquemarts. On les appelle des « Fukutanari», combinaison de Fukushima et de « futanari ». Le (ou la?) « futanari », fille dotée d'un énorme pénis, est une fantasme de dessinateur pornographe devenu réalité. Beaucoup de ces filles se sont suicidées. Certaines familles ont fait appel à la chirurgie transsexuelle pour les mutiler. L'une d'elles, retournée dans son village de montagne, a été enterrée vivante pour conjurer le mauvais sort qu'elle allait apporter au village. D'autres filles se sont réfugiées dans des temples bouddhistes. Les moines ont prié et chanté des heures entières. Au milieu des fumées d'encens, ils ont longuement massé leurs énormes sexes pour tenter d'en réduire la taille, mais ils n'ont réussi qu'à les faire jouir en longues giclées qui traversaient les salles de méditation. Le business de la pornographie contrôlé par des « yakuzas » (la mafia japonaise) a offert des ponts d'or aux filles et à leurs familles, ce qui a limité les suicides et les mutilations. « Et les garçons? » « Ils se sont vus pousser des seins. Ce sont maintenant de jolies transsexuelles non opérées. D'autres ont pris des hormones pour retrouver un corps plus viril. »

« Les « F-gals » non mutilées ne sont pas très nombreuses. Elles sont juste 54. La rareté fait le prix. Vous avez vu que l'entrée de ce club est très chère. Une nuit avec une « F-gal » ne coûte pas moins de 150000 yens (1500 euros). Des associations bien-pensantes prétendant défendre la «dignité humaine» ont cherché à les faire interdire de scène, mais les yakuzas ont liquidé leurs militantes de manière atroce : étranglements et pendaisons précédés de mutilations longuement filmées. Les CD ont été envoyés aux associations avec des avertissements pour les dissuader de porter plainte. L'effet a été radical. »

J'ai aperçu Yukiko s'éclipser avec un couple par une porte dissimulée. Mon informateur les connaissait. « La femme adore voir le cul de son mari défoncé par une F-gal, ou à défaut, un homme bien membré. Les cris de douleur de son homme la font jouir. »

« Pour alimenter le vivier des F-Gals, les yakuzas enlèvent de jeunes paysannes et les soumettent à des radiations pour que leur poussent de gros pénis. Mais la technique n'est pas au point. Sur scène ou dans un lit, on ne trouve que le cru authentique de 2011. »

Pendant qu'il m'expliquait tout cela, je regardais s'installer près de la scène deux japonaises et une occidentale blonde en minuscules shorts pailletés qui moulaient parfaitement leurs fesses et arrondissaient leurs cuisses grassouillettes. Au vu de quelques billets qu'elles agitaient, la fille sur scène s'est approchée pour balancer son sexe devant leurs visages. Elles ont ouvert leurs chemisiers, la fille s'est branlé d'importance et leur a envoyé son foutre sur les seins qu'elles se sont massés avec soin.

Un respectable japonais grisonnant, vêtu d'un kimono, est entré sur scène. C'était un « maître de shibari », c'est-à-dire de ligotage esthétique. C'est très artistement qu'il a ligoté de cordes rouges et noires une « F-Gal » dont le visage affichait la soumission, et par instants, la souffrance. Les cordes impeccablement nouées faisaient bourreler ses chairs et ressortir ses seins ; elles liaient derrière son dos les poignets et les chevilles, et maintenaient ses cuisses largement ouvertes et repliées. La souffrance est surtout venue lorsqu'il lui a ligoté le sexe et y a planté une vingtaine d'aiguilles d'acupuncture, tout cela, avec une extrême gravité et au son d'un « sakuhachi » (flûte de bambou traditionnelle). Deux assistantes en kimono sont entrées en scène, et en tirant certains brins libres pour resserrer les liens autour du sexe, elles ont provoqué une belle éjaculation et les applaudissements des spectateurs. J'aurais aimé dire bonsoir à Yukiko, mais je ne l'ai pas vue ressortir de la « backroom » où elle avait introduit ses clients.

La nuit suivante, horrible cauchemar. Dans une classe de lycée, je suis le seul garçon face à une prof et à une vingtaine de japonaises bruyantes. Je suis au tableau, la prof m'interroge sur un roi dont j'ai oublié le nom et sur les batailles qu'il a livrées. Je ne sais rien. Je suis en short de sport. Je sens mon sexe grandir, démesurément, comme le nez de Pinocchio, et sortir du short le long d'une de mes cuisses. Le gland émerge, rouge et baveux. Je ne bande pas, mais mon sexe épais comme celui des « F-Ggals » me descend jusqu'à mi-cuisse. Les filles rient aux larmes. Je ne peux me retenir de pisser ; ça coule dans ma chaussure et sur le sol. Nouveaux éclats de rire. Je me retrouve ensuite sur un lit d'hôpital. La prof d'histoire est maintenant une infirmière. Les lycéennes m'entourent, munies de couteaux de cuisine, et tripotent mon énorme sexe. « Allez-y » leur dit l'infirmière. « Coupez tout. Il n'en aura plus besoin. » Fuir avec Yukiko. Je la cherche dans une gare au milieu de la foule. J'ai perdu mon billet et je ne comprends rien aux inscriptions des tableaux d'affichage. Je cours, mes jambes pèsent des kilos.

Je suis sorti de ce cauchemar trempé de sueur, et je n'ai pas pu me rendormir. J'ai décidé de tout faire pour revoir Yukiko, pour suçoter à nouveau les tétons brun sombres qui ornent ses beaux seins et pour la consoler de son « infirmité ». Le sol a tremblé. Un minuscule tremblement de terre dont la presse ne parlera même pas.

[Le carnet devient ensuite beaucoup plus fragmentaire et imprécis.]

Retrouvé Y. au bar de la première fois, avec autre fille. Une vraie, petit bouton très sensible au bas d'un triangle de longs poils noirs, sauvages et soyeux, clairsemés sur un Mont de Vénus bien renflé. Petits seins de japonaise typique. Adore cuni. Grosses lèvres violet-brun, fripées. Bon jus de chatte. Baisé la fille et sucé Y. RdV pour nuit dans « love hotel » à 3. Dans la « chambre parisienne », très chère. Bonne baiz. Revoir Y., elle est délicieuse. Léché ses larmes après l'amour. Sa vie est difficile.

Plus d'argent, je quitte mon hôtel pour une chambre humide et venteuse, mal isolée. Banlieue éloignée à 1 heure 30, deux changements de train, une demi-heure de marche. A surveiller, heures derniers trains. Impossible taxi.

Pas vu Y. Journée morne. Bière, « pachinko ».

Pas vu Y, ni au bar, ni au club. Retour France?

Au bar : ils sont sans nouvelles. La « mamma » est inquiète. Elle me regarde d'un air méfiant. « Yukiko a été vue dans un hôtel avec un « gaijin ». C'est mauvais pour elle, son protecteur est très strict et les punitions, cruelles. » Elle me soupçonne d'être la cause de ses ennuis. « Ils l'enverront à Yokohama. Très dur pour les filles, Des gens grossiers, pas comme à Ginza. »

Plus d'argent. Appel à mon père pour transfert. Retour en France dans 2 jours.

En attendant l'avion, je lis dans le « Japan Times » : Des bordels sordides à Yokohama. Femmes, adolescents des deux sexes et transsexuels sont séquestrés dans des appartements et traités en esclaves sexuels. Les yeux bandés, ils subissent tous les jours des dizaines de sodomies brutales. Les cicatrices de coups de verges excitent les pervers. Ils doivent aussi pratiquer des fellations répugnantes. La police en découvre de nouveaux toutes les semaines...

La mama du bar avait parlé de Yokohama! Désespoir. Si j'étais japonais, je me suiciderais. Quitte le Japon avec un gros clou enfoncé dans le cœur et un kilo de plomb dans l'estomac.

Chez moi, un mail de mon informateur du club : « Yukiko vous envoie son bonjour. Elle se repose à la campagne avec deux autres « F-gals ». Elle espère vous revoir. »

J'aurais dû rester et demander plus d'argent à mon père.

Report Story

byValcour© 0 comments/ 12641 views/ 5 favorites
1 Pages:1

Veuillez Donner une Note à cette Soumission en ligne:

Please Rate This Submission:

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Please wait
Favorite Author Favorite Story

heartsmart75, anaklusmos226 and 3 other people favorited this story! 

Recent
Comments
by Anonymous

If the above comment contains any ads, links, or breaks Literotica rules, please report it.

There are no recent comments  - Click here to add a comment to this story

Add a
Comment

Post a public comment on this submission (click here to send private anonymous feedback to the author instead).

Post comment as (click to select):

You may also listen to a recording of the characters.

Preview comment

Forgot your password?

Please wait

Change picture

Your current user avatar, all sizes:

Default size User Picture  Medium size User Picture  Small size User Picture  Tiny size User Picture

You have a new user avatar waiting for moderation.

Select new user avatar:

   Cancel