tagFéticheEsclave de ma mère: Journée 01

Esclave de ma mère: Journée 01

byJoeBlaus©

Note: ceci est une histoire fictive.

Je suis un garçon très difficile à élever. Ma mère ne sait plus quoi faire de moi, l'école appelle au moins une fois par semaine. Quand ce n'est pas une bagarre, c'est de l'insolence envers un prof. Dernièrement je crois que j'ai dépassé les limites, ma mère est au bout du rouleau. Elle a menacé de me renvoyer chez mon père, et je ne veux surtout pas me retrouver là-bas... Elle m'a donc demandé d'être parfait et que si je lui désobéissais elle devra m'attacher comme un chien dès que je rentre de l'école jusqu'au moment où j'y retourne et ce, jusqu'à mes 18 ans. Avec le ton qu'elle a pris, je la crois... Je me suis donc calmé et depuis 2 semaines tout va pour le mieux... Jusqu'au moment où un gars a mon école m'a un peu trop cherché, et j'ai dû lui faire savoir avec mes poings...

De retour à la maison, cette journée-là, je vis ma mère dans une colère noire.

- Mat (mon nom) tu t'es encore battu, me cria-t-elle, tu te rappelles ce que je t'avais dit si tu me désobéissais? À partir de maintenant tu vas m'obéir au doigt et à l'œil si tu ne veux pas retourner chez ton père... Tu vas devenir le petit garçon gentil et obéissant dont j'ai toujours rêvé. L'entraînement va être difficile, mais on va y arriver! Va dans chambre mets-toi en boxer et enfile le collier que j'ai déposé sur ton lit.

- Maman je me mettrai pas en boxer devant toi!!!

-Tu vas faire ce que je te dis jeune homme sinon tu sais ce qui arrivera. Tu viendras me rejoindre dans le salon après.

- Oui maman...

-Aussi, à partir de maintenant ça ne sera plus maman, mais madame.

-Oui madame...

Mais pour qui elle se prend cette pute, pensais-je. Si elle croit que je vais l'écouter sans rien faire elle se met le doigt dans l'œil.

Je monte dans ma chambre, me met en boxer et enfile la laisse autour de mon cou. Attendez, la laisse!!?? Mais elle est folle!? Je suis bien obligé, ça durera que quelques jours de toute façon, c'est pour me faire peur...

Arrivé dans le salon, elle était assise dans le fauteuil, avec un verre de vin, toujours habillé en femme d'affaire, ce qu'elle est d'ailleurs.

- Comme tu es beau habillé ainsi mon chérie, aller vient d'agenouiller devant ta mère, me dit-elle.

-Oui madame...

- J'ai eu une très grosse journée aujourd'hui, en plus de l'appel que j'ai reçu de l'école... Alors je suis très très fatigué jeune homme, vu que c'est en très grande partie de ta faute, j'aimerais que tu t'arranges pour qu'elle finisse bien. Alors retire mes talons haut et masse mes pieds, j'ai été dessus toute la journée.

- Mais maman c'est dégueulasse!!

- Fait ce que je te dis, m'ordonna-t-elle.

Je retire donc ses talons, les déposé sur le côté et POUAH, quelle odeur!

-Ouais je sais, ça sent pas bon, mais tu continu quand même, ça fait partie de ton élevage, me dit-elle.

Je pris donc son pieds droit et commença à masser. Je commence par masser l'arche.

-Oui comme ça mon chéri, ça fait vraiment du bien, me dit-elle.

Je continuai donc, car je compris que c'était la première fois que je lui fis du bien de toute ma vie. Je masse ensuite ses orteils et ensuite son talon.

- Tu fais un jaloux, me dit-elle, après une quinzaine de minutes, en me tendant son pied gauche.

Je prends donc son pieds gauche et commence à masser son arche et je vois que me mère commence à apprécier car elle ferme les yeux et se détend. Ensuite je masse les orteils, et je finis encore une fois par le talon. Tout à coup j'entends le bruit d'un téléphone qui prend une photo.

- Au cas où tu voudrais me désobéir, j'ai une photo de toi en train de masser mes pieds, en petite tenu avec une laisse autour du cou, comme mon petit chien, ou un esclave, me dit-elle en me faisant un clin d'œil. Et s'il te prend l'envi de détruire cette photo, dis-toi que j'ai déjà mis la photo dans un endroit que tu ne pourras pas atteindre.

Maintenant je n'ai plus aucun choix, je dois l'obéir si je ne veux pas que tout le monde vois cette humiliation...

-Bon maintenant va faire à manger pendant que je regarde la télé, m'ordonna-t-elle.

Elle lâcha la laisse et me l'enleva de mon collier. Je parti dans la cuisine faire des pâtes.

-Maman c'est prêt! lui criais-je

- J'avais dit qu'il fallait que tu m'appelles madame, c'est ton deuxième avertissement...

-Désolé madame...

-Je vois que tu as mis deux couverts, c'est bien, mais tu vas manger après moi. Toi pendant ce temps tu vas te glisser en dessous de la table et continuer ce si bon massage que tu avais commencé.

Je me glissai donc en dessous de la table, elle me remit ma laisse, et recommença le massage, ce fut très difficile car en-dessous c'était très étroit et le sol était gelé, surtout en boxer... Elle déposa c'est deux pieds recouvert de nylons sur mes cuisses et voyant que je ne commençais pas, me frappa à visage avec l'un d'eux, ce qui me décida à commencer. Mon ventre commença a gargouiller de faim.

-Maman j'ai faim, me plaignis-je.

-Esclave enlève mes bas de nylons, lève-toi et donne-moi les.

J'enlève donc ses bas légèrement mouillé de sueur, me leva et lui donna.

- Premièrement tu m'as encore appelé maman, c'est ton troisième avertissement, à partir de maintenant, donc, tu m'appelleras maîtresse. Deuxièmement as-tu vraiment faim? Je fis oui de la tête. Alors mange ça, me dit-elle en mettant ses bas de nylons dans ma bouche. Je résistai et elle tira sur la laisse, ce qui m'étrangla. J'arrêtai donc de me débattre. Retourne en dessous de la table et fini ce que tu as commencé, m'ordonna-t-elle.

Je retournai donc en dessous de la table et massai ses pieds. Je remarquai qu'elle adorait quand je massais son arche avec mon poing, pour la satisfaire je mis un peu plus de temps à faire ça.

-Oh oui c'est bon mon chéri, ronronna-t-elle. Je commence à prendre goût à ton apprentissage...

Je commençais à être fatigué de masser ses pieds nus, quand elle me frappa au visage, me remercia, détacha ma laisse et alla s'étendre sur le divan devant la télévision.

- Tu as 5 minutes pour manger et ensuite 20 minutes pour aller faire tes devoirs, m'informa-t-elle. Ensuite on va se coucher, tu viendras dans ma chambre.

Je mangeai à la vitesse de la lumière et fis mes devoirs à la même vitesse, mais ça me pris cinq minutes de trop, j'espère que me nouvelle maîtresse n'aura pas remarqué...

Je la rejoignis dans sa chambre. Elle était assise sur lit à m'attendre en jaquette. Je remarquai à ce moment à quelle point elle était belle, mes amis me le disait souvent, mais je n'y pensais pas, c'est ma mère tout de même!

- Tu es 5 minutes en retard mon esclave, tu sais ce que cela signifie? me demanda-t-elle. Une punition! Approche-toi.

Je m'approchai, à genou devant elle. Tout à coup, elle me donna un coup de pied dans les testicules, pas trop fort, mais juste assez pour que je tombe à la renverse.

- Allez vient embrasser les pieds de ta maîtresse pour te faire pardonner, m'ordonna-t-elle.

- Oui maîtresse, dis-je avec peine à cause de la douleur.

Je m'approchai donc à quatre pattes a ses pieds et donna quelques becs sur le dessus de ses pieds.

- Je vais me coucher, tu iras au pied du lit pour me masser et plus, évidemment, si je te le demande.

- Oui maîtresse, dis-je, comme si c'était la seule que je savais dire maintenant.

Je me rendrai donc au bout du lit et massai et, comme à chaque fois depuis le début de mon apprentissage, elle commença a ''ronronner'' dès le départ. Elle alluma la télévision pour écouter les nouvelles, comme à tous les soirs. Ce soir par contre c'était plus spécial, elle fit plus de bruits que d'habitude.

- C'est tellement bon mon chéri, je sais pas pourquoi je t'ai pas obligé à faire ça plus tôt, dit-elle. Ta future femme va me remercier plus tard pour l'apprentissage que je suis en train de te donner. Si seulement ton père avait été comme toi... Oh oui! Continue! Ça fait tellement de bien!

Avec les bruits qu'elle faisait, il était difficile de ne pas se faire des images, disons, sexuelles, dans sa tête. Je commençai donc à devenir dur dans mes boxers et ma maîtresse commençais aussi à beaucoup apprécier elle aussi. Je remarquai, à ce moment-là, la petite culotte de ma maîtresse en dessous de sa jaquette, qui était toute mouillée!!!

- Continue ce que tu fais pendant que maman essaie de s'endormir, m'ordonna-t-elle.

Je continuai pendant qu'elle monta les couvertes par-dessus elle. Elle ne sembla pas pour autant vouloir s'endormir avec les bruits de plaisir qu'elle avait. C'est en massant son arche du pied gauche avec mon poing que je remarquai que sa main bougeait beaucoup au niveau de son sexe. Elle se masturbait!!! À ce moment je devins complètement dur!

- Oui ta maîtresse se donne un peu de plaisir, car ce que fait son esclave lui donne énormément de plaisir, me dit-elle en voyant que je m'étais arrêté. Continue que j'atteigne le meilleur orgasme que j'ai eu depuis des années!!!

Je m'efforçai donc de faire de mon mieux pour la satisfaire. Dès que je recommençai elle commença à crier beaucoup plus fort. C'était tellement excitant!

- Oh oui!!! Mange mes orteils, vite pendant mon orgasme!!! m'ordonna-t-elle en tirant sur ma laisse pour me rapprocher de ses pieds.

Ne sachant pas quoi faire après cet ordre, je restai bouche bée.

C'est à cet instant, en me voyant bouche bée, qu'elle enfonça son pieds dans ma bouche!

- Allez esclave! Suce mes orteils!! Oui comme ça!! Oh oui! aaaaaaah, cria-t-elle au moment où je commençai à sucer.

C'est la première fois que j'entendais une femme jouir devant moi, autrement que dans un vidéo porno, et c'était tellement bon à entendre que je voulais le prolonger, je suçai donc avec encore plus de vigueur. Ce qui la fit jouir de plus belle, et moi, presque.

- Essuie mes pieds avec ta figure et viens me rejoindre sur le côté de mon lit, esclave, m'ordonna-t-elle haletante.

Je pris donc son pied et le mis dans ma figure. Elle commença à le frotter dans mon visage pour qu'il ne reste plus de bave dessus. Ensuite je me dirigeai sur le côté de son lit. Elle m'enfonça ses doigts dans la bouche.

- Nettoie bien mes doigts, ils sont pleins de mon jus de mon éjaculation.

WOW! Ça goûtait tellement bon que j'étais déçu quand elle les retira de ma bouche.

- Bon il est temps de dormir, me dit-elle. Tu vas dormir par terre à côté de mon lit cette nuit. Tu vas savoir quand je vais me réveiller...

Je me couchai donc sur le dos, par terre. Ma maîtresse me jeta un regard avant de s'endormir et voyant mon énorme érection, me donna une tape dessus. Elle me fit un clin d'œil et attacha ma laisse à la tête de mon lit.

- Bonne nuit mon amour, me dit-elle avec un ton démoniaque.

J'ai eu beaucoup de difficulté à m'endormir cette nuit-là.

Report Story

byJoeBlaus© 0 comments/ 30633 views/ 1 favorites

Share the love

Tags For This Story

Report a Bug

1 Pages:1

Veuillez Donner une Note à cette Soumission en ligne:

Please Rate This Submission:

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Please wait
Recent
Comments
by Anonymous

If the above comment contains any ads, links, or breaks Literotica rules, please report it.

There are no recent comments  - Click here to add a comment to this story

Add a
Comment

Post a public comment on this submission (click here to send private anonymous feedback to the author instead).

Post comment as (click to select):

You may also listen to a recording of the characters.

Preview comment

Forgot your password?

Please wait

Change picture

Your current user avatar, all sizes:

Default size User Picture  Medium size User Picture  Small size User Picture  Tiny size User Picture

You have a new user avatar waiting for moderation.

Select new user avatar:

   Cancel