tagDu Sexe de LesbiennesAgnès Mon Initiatrice

Agnès Mon Initiatrice

byromane©

Il y a longtemps que je devais faire du rangement dans le grenier. Je ne jette rien, au grand dame de ma mère. Je lui interdis de toucher à quoique ce sois dans le grenier.

Il y a quelque jour, je suis montée au grenier et j'ai ouvert une à une mes malles. J'ai replongé dans le passé.

Il y avait, mélangé, mes cahiers d'école, mes magazines préférés, mes petites culottes en coton, puis mes premières petites culottes plus affriolante. Je retrouvais des sous- vêtements que j'avais complètement oublié, parce que plus à la mode : culotte fendu plein de froufrou, etc... Faudrait que je penses à elles lors d'une prochaine soirée déguisé.

Enfin bref, parmi tout ce fatras, je retrouvais mon journal intime. Lui aussi je l'avais oublié.

J'oubliais le rangement pour le lire. J'y avais écrit mes fantasmes, mes rencontres, mes aventures.

En lisant mes fantasmes d'adolescente, je souriais devant la légèreté des histoires et le manque de repère. Je souriais aussi me rappelant que les femmes étaient fières d'arborer un pubis luxuriant contrairement à maintenant.

Je racontais mon trouble lorsque je vis mon premier film porno à la télévision sur une chaîne payante et surtout celui d'avoir vu deux femmes faire l'amour.

La vision de ces deux femmes ne me quitta plus. On m'avait toujours dit que un couple était constitué d'un homme et d'une femme et de voir que deux femmes pouvaient aussi se procurer du plaisir... Je regardais mes copines sortir avec des mecs, mais moi je n'éprouvais pas grand chose pour eux. Je n'avais pas non plus de l'attirance pour mes copines non plus. J'étais dans un no man's land, au milieu de tout cela ne sachant pas où aller.

Je restais aussi jusque l'âge de seize, ne sachant pas ou aller, mais attendant toujours les scènes d'amour entre femmes dans les films pornos.

Ma mère avait une amie, Agnès, qui vivait seule depuis toujours. On disait des choses sur ses mœurs, des choses tabous et jamais en ma présence. Elle restait pourtant une grande amie de ma mère. C'était une femme sportive, toujours en voyage à faire du trecking et une surtout une belle femme.

Cette femme, et oui, cette femme fut le déclencheur de ma sexualité. Cette femme vouait sa vie au culte de Sapho. Je ne me suis jamais posée la question si ma mère et elle ...

Dans mon journal, j'avais noté le jour où il s'était passé quelque chose entre nous. Je vous rapporte mon histoire avec la maturité que j'ai aujourd'hui.

"Le dernier lundi des vacances d'été, Maman m'annonça, en partant travailler, qu'Agnès passerait à la maison afin de profiter des derniers rayons chaud du soleil dans le jardin.

Sans la moindre arrière pensée, j'installais les matelas sur les bains de soleil dans le jardin.

Après un bref coup de sonnette, une belle apparition blonde s'avança dans le hall. Elle déposa sur mes joues deux bises chaleureuses.

- Bonjour, Romane. Je ne vais pas t'ennuyer le moins du monde, tu sais. Juste un bout de jardin et un rayon de soleil."

La vue des deux bains de soleil sembla lui faire plaisir.

- Comme c'est gentil de me tenir compagnie! Je suis sûre que nous avons des tas de choses à nous raconter."

Elle me regarda plus intensément qu'à l'habitude.

- Je n'avais jamais remarqué que tu étais si jolie." Je rougis. "Ne soit pas timide." Elle me prit par l'épaule "Allons vite au soleil."

Elle ôta délicatement ses chaussures et posa sa robe rouge sur une chaise. Son bikini me permit de contempler son opulente maturité. La tonicité évidente de son corps sportif s'enveloppait du charme moelleux de la quarantaine, qu'elle portait dans un troublant épanouissement.

Elle s'agenouilla près du matelas pour déposer ses diverses affaires. Je pus alors admirer sa cambrure, l'érection arrogante de sa poitrine généreuse mais ferme.

Je me sentis petite, mal foutu.

Elle sortit de son sac un tube d'Ambre solaire. A cette époque, on prenait de l'huile pour rôtir au soleil et non se protéger.

Elle me sourit. Je ne savait que dire. Cette femme me troublait au plus haut point. Elle dut s'en rendre compte.

- Qu'attends tu!" me dit elle d'une voix soudain plus rauque, "Otes tes vêtements que je vois comment tu es faîtes?"

Je retirais ma robe. Ses yeux brillèrent.

- Hummmm! Tu dois faire des envieuses sur les plages."

Elle tâta d'un doigt mes cuisses et mon ventre. Je frémis.

- C'est vraiment beau un jeune corps. Tu es très appétissante ma petite Romane."

Ce compliment me toucha beaucoup.

Elle s'enduisit le corps de sa crème brune. Etait- ce dû au soleil? Je sentais des montés de chaleur qui envahissait mon corps par longues vagues. C'était nouveau pour moi.

Elle se massait m'observant de ses grands yeux de miel, les paupières un peu plissées à cause du soleil. Un malin plaisir se devinait dans ce regard.

Toujours à genoux, elle se retourna et me présenta son dos.

- Peux- tu me passer un de crème, ma chérie?"

J'approchais. Mes doigts glissèrent timidement sur ses épaules. Sa peau, bien bronzée, était douce et chaude.

- Descends un peu, s'il te plait."

J'arrivais au sillon de sa colonne vertébrale. Sous mes caresses, car il s'agissait bien de cela, elle se cambrait avec de légers tressaillements. Je ne me reconnaissais plus. Je me laissais aller à mon instinct.

- Oh! Mais tu me donnes un tas de frissons, tu sais!"

J'enduisais maintenant ses reins et les massais. Elle ondulait à chacun de mes gestes.

- Un peu plus bas..."

J'arrivais à la lisère du maillot. J'avais de plus en plus chaud. Elle se retourna.

- Cela te dérange si je retire mon maillot."

Je regardais autour de moi comme si je découvrais que l'on était à l'abris du moindre regard. De plus, j'avais déjà bronzé nue.

- Heu, non..."

- Vois- tu, j'ai horreur des marques blanches sur le corps."

Elle se leva et fit glisser le slip le long de ses cuisses, dévoilant un somptueux postérieur d'une rondeur irréprochable.

Ma main était encore tendu, enduite d'Ambre solaire. Elle resta debout, me présentant ses globes affolants, qui luisaient sous le soleil.

Choisissant le silence, elle tendit à mes doigts fébriles ses courbures fabuleuses.

Attirée, irrésistiblement, ma main déposa sur ses fesses quelque gouttes de crème et ma paume glissa bientôt, câline, sur la douce peau caramel.

Agnès se déhanchait d'une fesses sur l'autre, visiblement satisfaite. Sa voix se fit plus impérieuse :

- J'aime... Continue!"

Je passais fiévreusement d'une fesse à l'autre. Mes tempes bouillaient, frappaient fort sous le soleil triomphant. Je me sentais prise d'un désir tumultueux. La belle croupe ondulait sous ma main, se tortillait à proximité de mon visage en sueur. Ce n'était pas un film. C'était moi avec une superbe blonde. J'étais maintenant dans le film.

Les cuisses de la belle s'écartèrent.

Je faufilais mes doigts en dessous pour caresser leur face interne.

- Remonte!" dit elle

J'hésitai. Au- dessus de ma menotte, son ardente féminité prenait somptueusement naissance.

- Remonte, t'ai- je dit!"

Je ne pouvais reculer. Mon pouce et mon index se risquèrent vers la luxuriante toison d'or qui s'offrait, impudique, à leur exploration. L'entrecuisse moussu s'écarta davantage.

La tiède liqueur odorante dont il regorgeait, se répandit sur le bout de mes doigts. Que de découverte. Le passage était large, lubrifié à merveille.

Ma main investit bientôt le chaud et accueillant repli. J'y allais à l'instinct priant que cela dure longtemps.

Agnès haletait, remuait doucement, telle une vague, râlait quelques encouragements, dont je n'avais nul besoin.

Je pétrissais à pleins doigts le bourrelets charnus et juteux de ses grandes lèvres ouvertes.

Mes doigts émerveillés s'infiltraient aisément dans le canal bouillant.

- Ouiii! Ooooh continue, petite diablesse! Masse- moi bien!"

Et ma main entière s'enfonça sur cette vulve effervescente. Bientôt je la malaxais de tout mon ardeur qui était grande. Son odeur suave m'emplissait les narines et m'invitait à y porter la bouche. J'étais ivre de son odeur.

Agnès était cambrée, les paumes lascivement posées sur ses cuisses écartées, le menton tourné et les yeux sur mes doigts.

- Ta bouche! Je veux ta bouche!"

Je n'hésitais pas cette fois. Je plongeais mon visage dans cette chair onctueuse.

Je léchais, suçais, bus, avalais,... Elle rugissait comme une lionne. Ma frénésie m'emportait. Ma pudeur s'envolait. Après avoir bien pourléché sa fentine, mes désirs grimpèrent vers son anneau sombre et étroit. Une pression furtive du doigt m'apprit que cette fleur secrète était élastique au- delà de tout souhait.

J'y enfilais un majeur.

La réaction fut immédiate. Ma langue titilla quelque secondes le pertuis plissé.

Agnès se redressa alors, se resserra. Elle descendit à mon niveau et m'allongea tendrement sur le matelas.

- Ma coquine, ma cérébrale, ma vicieuse. Comme je t'aime déjà!"

Elle semblait au comble de l'excitation. Ses lèvres se pressaient sur mon nombril. Je sentais ma culotte totalement imbibée d'un liquide révélateur. Sa bouche cheminait vers ma vulve inondée.

Dans la lumière aveuglante, accablée par la chaleur, j'entrevoyais son visage se penchant entre mes cuisses.

Elle extirpa mon slip avec ses dents et m'emboucha sans ménagement. J'avais droit à ma première bouche.

Je gémis sous le violent et profond baiser. Ma dégustatrice m'agrippa le bassin , renversa mes jambes contre mon buste, où mon pauvre cœur battait la chamade, coinça ma tête entre ses cuisses serrées, m'interdisant ainsi tout mouvement, étouffant mes cris sous sa chair bronzée, et me rendit, mais avec ô combien plus de fougue et d'expérience, tous les plaisirs que je lui avais prodigués.

Elle me dévora avec un appétit sans pareil, allant furieusement de l'un à l'autre de mes deux virginaux orifices.

Ses doigts effilés et sa langue dardée savaient provoquer des fulgurances de plaisir que je n'avais jamais soupçonnées. J'offrais ainsi de bonne grâce, mon petit cul aux profondes percées de sa langue experte.

Pendant plus de 20 minutes, elle se délecta goulûment de mes parties les plus charnues et les plus secrètes, au mépris de mes plus violent orgasmes, qu'elle me faisait accumuler de force. Je hurlais dans ses chairs.

Se relevant enfin, les cheveux sur le visage, les lèvres béantes, elle se retourna à quatre pattes, cambrée, ls seins lourds, me rappelant à nouveau l'image altière d'un beau fauve.

Je m'aplatis sur le matelas.

Quelle nouvelle perversion allait- elle faire subir à la proie de ses désirs? Elle dandina sur mon corps, devant mes yeux, me montrant avec obscénité chaque morceau de sa peau et de ses deux seins. Ceux ci passèrent plusieurs fois devant mes lèvres.

Elle alla ensuite chercher quelque chose, fébrilement, dans son sac de plage. Elle en sortit un objet long et blanc. Une cousine très délurée, m'avait déjà fait voir cette objet sur des photos cochonnes échangées avec sa correspondante Allemande.

Je découvrais l'existence bien réel d'un godemiché.

- Chérie! Fixe- toi vite ça!"

Je saisis l'engin qu'elle m'aida à mettre en place vu mon manque d'expérience. Je me sentais bizarre affublée d'un sexe mâle.

Elle se retourna et agita sa croupe somptueuse, comme dans un geste de franche invite. Elle s'écarta elle même les fesses.

Ses doigts indiquèrent nettement la direction à emprunter.

M'enhardissant, j'osais auparavant assouvir mon premier désir : déposer un fervent baiser dans la profonde séparation de ses fesses superbes. Ma langue se fourra facilement dans son petit orifice que je lubrifiais de mon mieux avant l'intromission.

Elle me laissa faire, appréciant mes vicieux progrès.

Je m'approchais alors avec précaution. Elle guida elle- même mon diabolique engin entre ses fesses écarquillées. J'attrapais ses hanches et la pénétrais attentivement.

Dès qu'elle se sentit saillie, elle fit un bond, râla, rugit.

Je me délectais de ce jeux pervers. Sentir cette bête d'amour sodomisée par mes soins et par un godemiché interposé, me comblais d'aise.

J'apprenais vite. D'un geste lent, régulier et profond, je l'introduisais chaque fois un peu plus.

Au bout de une minute, l'engin démentiel pénétrait entièrement et glissait de mieux en mieux entre les parois lubrifiées au maximum et goulues. Elle poussait des cris hystériques.

J'accélérais, appuyais. Elle délirait.

Je l'emmanchais jusqu'à la garde.

Elle hurlait de plaisir, la garce.

Comme je continuais à un rythme frénétique, elle déversa des mots crus, d'une voix rauque, animale. Durant de longs instants, je la sodomisais à fond.

Elle finit par rouler sur le côté m'entraînant sur la pelouse avec elle.

Mon "épée" jaillit de sa fleur défoncée. Elle me sauta dessus, suça longuement mon pénis artificiel, puis vint empaler son vagin en furie sur sa virile grosseur.

Je n'avais pas finis mon histoire dans le journal, peut- être trop occupé à me caresser. Je me souviens portant encore de la suite.

Cela a encore duré une bonne vingtaine de minute avant qu'elle ne rende grâce. J'avais aussi joui en la regardant prendre son pied.

Elle me dévora le visage et la bouche de baisers en guise de remerciement. On avait oublié le soleil, préférant jouir de nos corps.

Agnès fut mon initiatrice. Elle m'apprit beaucoup de choses et me fit vaincre ma timidité. Je n'ai plus peur de montrer mes charmes.

Le jour où elle a disparu dans un accident de voiture, je suis restée prostrée pendant plusieurs mois. Elle avait été mon plus grand amour.

Elle me manque beaucoup.

Report Story

byromane© 4 comments/ 103548 views/ 3 favorites

Share the love

Similar stories

Report a Bug

1 Pages:1

Veuillez Donner une Note à cette Soumission en ligne:

Please Rate This Submission:

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Please wait
Favorite Author Favorite Story

heartJehanSuchahard, cecile_anna and 1 other people favorited this story! 

Recent
Comments
by Anonymous

If the above comment contains any ads, links, or breaks Literotica rules, please report it.

There are no recent comments (4 older comments) - Click here to add a comment to this story or Show more comments or Lisez Tous les Commentaires des Utilisateurs (4)

Add a
Comment

Post a public comment on this submission (click here to send private anonymous feedback to the author instead).

Post comment as (click to select):

You may also listen to a recording of the characters.

Preview comment

Forgot your password?

Please wait

Change picture

Your current user avatar, all sizes:

Default size User Picture  Medium size User Picture  Small size User Picture  Tiny size User Picture

You have a new user avatar waiting for moderation.

Select new user avatar:

   Cancel