tagBDSMLa Cadeau Ch. 01

La Cadeau Ch. 01

bysevere18©

Ami lecteur, aussi incroyable que ce soit, cette histoire est basée sur des faits réels, la rencontre de Paule et Bruno s'est ainsi déroulée, la suite a pris un peu plus de temps, j'ai condensé, romancé, mais la plupart des scènes décrites sont réelles, Paule ayant des dispositions à la soumission et au masochisme exceptionnelles, tu en penseras ce que tu veux... je suis, dans la vie réelle... un des protagonistes de cette histoire.

*

Je suis à la cantine avec ma collègue Paule, nous nous sommes mises à l'écart pour discuter tranquillement.

Paule est mon amie... divorcée depuis quatre ans, la quarantaine, brune, cheveux mi-longs, un mètre soixante, une belle poitrine, pas trop mince, sans être ronde, des formes, nous discutons du prochain week-end...

Paule est une collègue, gentille, agréable, son seul défaut irritant, une timidité maladive et une sorte de langueur, de passivité, de soumission à tout.

J'ai décidé d'en faire le cadeau d'anniversaire de Bruno, mon beau-frère, 40 ans, ça se fête... mon mari m'a souvent offerte à son frère, depuis que celui-ci est divorcé.

Nous en avons discuté avec Patrick, mon mari, il a trouvé mon idée excellente, géniale, peut-être que Paule ferai une soumise idéale.

« Vois-tu Paule... j'ai toujours été soumise à mon mari, depuis que je l'ai rencontré, dès le début de notre relation, il m'a attachée et cravachée, m'a utilisée par tous les orifices, m'a offerte à d'autres hommes, depuis que les enfants sont en fac, j'ai l'impression de revivre une deuxième jeunesse, à cinquante ans, même si ses pratiques sont devenues plus hard, je suis également plus résistante, et ne m'en plains pas, alors qu'est-ce que tu attends, nous en avons déjà parlé, je suis d'accord... »

« Mais enfin, Isabelle, tu me propose de venir passer le week-end chez toi et de me faire éduquer et sauter par ton mari, tu n'es pas jalouse? Et si ça ne me plaît pas, remarque cela va faire cinq ans que je n'ai pas fait l'amour... , quoique je n'ai jamais vraiment aimé ça... Bon OK, je prendrai mes affaires et partirai avec toi vendredi soir, pour les trois jours du week-end ».

« Tu sais ton mari va être déçu, Pierre m'a quitté parce que d'après lui, je ne valais rien au lit, trop passive, c'est le seul homme que j'ai connu... »

Dans la voiture, Paule m'explique qu'elle s'est achetée de la lingerie « coquine » pour être à son avantage, mais qu'elle est un peu inquiète, est ce que Patrick va apprécier.

Je lui fait remarquer qu'en cette fin de printemps, il fait beau et chaud, et qu'il y a de fortes chances que nous passions le week-end nues... je lui demande de relever sa jupe et d'enlever sa culotte, elle s'exécute sans protester, avec cette sorte de langueur qui ne la quitte jamais...

Je lui caresse le sexe, je constate avec plaisir qu'elle m'a obéie, s'est rasée, son sexe est humide, je le fouille, Paule ne paraît pas plus émue que ça, toujours cette passivité... cela m'inquiète un peu...

Nous arrivons à la maison, je fais entrer Paule dans une chambre, la déshabille, elle a vraiment une poitrine extraordinaire, quoique une peu molle, je déballe ses affaires, l'aide à passer le serre-taille qu'elle a acheté sur mes indications une taille en dessous, l'effet est stupéfiant, ses hanches rebondies et sa poitrine sont mises en valeur, je lui attache un collier autour du cou, y suspend une laisse, lui passe des attaches en cuir aux poignets et chevilles, elle se laisse faire, inexpressive, je doute de plus en plus de mon choix...

Je l'envoie se maquiller dans la salle de bains et vais me préparer.

Isabelle revient nue, je vois qu'elle a des anneaux aux seins et au sexe, elle porte un collier, une laisse, des attaches en cuir aux poignets et chevilles, une chaine autour de la taille.

J'entraîne Paule dans notre chambre, la couche sur le lit et la caresse, j'ai envie de jouer avec ses seins, elle a une poitrine magnifique, je les pince, tire sur les tétons, caresse, embrasse, elle ne réagit quasiment pas, je doute de plus en plus de mon « cadeau »...

J'entends un bruit de voiture, Patrick arrive avec Bruno, « le vin est tiré, il faut le boire... je me demande comment va réagir Bruno devant une telle passivité... »

Les hommes sont dans la salle à manger, comme convenu Patrick installe son petit frère, lui offre un apéritif, à moi de rentrer en scène...

Je prend Paule par la main, lui demande « alors prête, pour le saut dans l'inconnu... », elle me répond « oui... », elle est généralement laconique, mais là, elle me scotche, émotive comme une bûche...

Nous entrons toutes les deux, dans la salle à manger, Patrick sourit, Bruno nous regarde totalement éberlué, avec Patrick nous nous exclamons ensemble « Bon anniversaire Bruno... »

Je pousse Paule en avant et déclare « ton cadeau, mon très cher petit beauf d'amour... »

(Mince alors, je suis un cadeau, offerte comme une montre ou un bouquet de fleurs...), cette réflexion me traverse instantanément l'esprit.

Je regarde Bruno, la ressemblance avec son frère est étonnante, il se lève, embrasse son frère, sa belle-sœur, vient vers moi m'embrasse, passe derrière moi...

Je sens les mains de cet homme que je n'ai jamais vu, que je ne connais pas, courir sur moi, s'attarder sur ma poitrine, fouiller mon sexe, doigter mon cul, bizarrement je suis plus excitée qu'avec mon ex-mari, je sens que mon sexe commence à s'humidifier.

« Emmène là dans le « donjon », elle est novice en matière de soumission, amuse toi bien avec Paule... » déclare Patrick à son frère.

Bruno me prend par la main et m'entraîne, il ouvre une porte, la pièce n'est pas meublée, une croix est fixée sur un mur, au milieu trône un chevalet dont l'une des extrémités est une planche percée de trois trous.

Bruno m'embrasse, me pelote, me parle, il me dit que je vais devenir une soumise, un vrai vide-couilles, qu'il va m'attacher, que je vais subir ses pénétrations, qu'il va me cravacher...

J'ai un mouvement de recul... Il dégrafe mon serre-taille, me l'enlève, je suis totalement nue, il me reprend dans ses bras, ses mains courent sur mes flancs, mes hanches, je me laisse faire...

Il me force à m'allonger sur le chevalet, fixe les bracelets des chevilles aux pieds du chevalet, déverrouille une attache, soulève une planche, me demande de positionner mes poignets et mon cou, referme et reverrouille la planche. Il prend une chaîne et m'entoure la taille en la fixant sur la poutre du chevalet.

« Essaie de bouger... »

J'ai beau essayer de me contorsionner, je suis immobilisée...

« Ouvre la bouche... salope... », Bruno qui s'est déshabillé enfonce son sexe bandé dans ma bouche, il l'enfonce, je suis à moitié étouffée, j'entends un sifflement, un coup sur mes fesses, il me cravache le cul...

Bruno continue ses va-et-vient dans ma bouche, je m'efforce de le sucer du mieux que je peux (en fait je n'aime pas faire ça...), je me sens de plus en plus excitée, mon ventre tremble, je sens mon sexe mouiller, je me rend compte que j'apprécie ce qu'il est en train de me faire, même les coups ne me gênent pas outre mesure, ils m'excitent au contraire...

Bruno éjacule dans ma bouche, « avale tout... soumise... », à moitié étouffée j'avale le sperme, je demande à Bruno « prend moi dans mon ventre, j'en ai envie, fais de moi une chienne... »

« enfin j'entends le son de ta voix, tu as appréciée, je vais t'apprendre à devenir une chienne... une grosse chienne soumise... », il se penche vers moi m'embrasse à pleine bouche, je lui rend son baiser, mon ventre tremble de plus en plus...

Bruno farfouille dans une commode, immobilisée, je ne peux voir ce qu'il fait. Une douleur sur un sein, il vient de fixer une pince, il la lâche, une autre douleur la pince est lestée d'un poids, j'ai l'impression que l'on m'arrache le sein, l'autre sein est traité de la même manière.

Un sifflement, un coup de cravache sur un sein, puis sur l'autre, Bruno est à genoux, il me cravache les seins durement, je gémis, je crie, il se semble pas s'en émouvoir et continue.

Un coup de cravache sur mes fesses, je sens la main de Bruno pénétrer mon sexe, je suis trempée, il prend la mouille, me lubrifie mon anus, caresse mon sexe, pénètre à nouveau mon anus avec un doigt..., je le sens déposer un produit sur mon anus.

Sans précaution, il pousse son sexe érigé dans mon petit trou, je gémis, il m'ordonne de me taire, il commence ses aller et retour dans mon petit trou, commente ses sensations en me disant que je suis trop étroite et qu'il m'agrandira, m'assouplira ma rondelle, cravache à nouveau mon dos, puis accélère son rythme et fini par se vider dans mon ventre, je gémis « j'éprouve, j'éprouve, j'éprouve, encore... », je commence à avoir ses spasmes dans le ventre, jamais je n'ai ressenti ça...

Bruno râle, il s'est sali le sexe dans mon intestin, il me reproche l'état de mon conduit et me dis que la prochaine fois, il me le fera sucer, quelle que soit la matière qui sera dessus avec son sperme.

Il revient quelques instants après, il me tend un verre d'eau, je bois un peu d'eau, le remercie, il me caresse le visage et me demande « alors... tu as l'air d'aimer ça... tu « éprouves » quand tu jouis?, répond... une soumise doit toujours répondre à son maître et lui dire la vérité... »

« Oui, quand je jouis « j'éprouve... », j'aime ça, j'aime cette sensation d'impuissance, de subir, d'être dominée, j'aime être attachée, j'aime les poids qui tirent sur mes seins, j'aime les coups de cravache, mais je dois te prévenir, mon mari m'a quittée parce que je suis trop passive... j'ai peur de te décevoir... »

Bruno rigole et me dit « au contraire, j'adore ton comportement, je pense que tu vas devenir une soumise formidable, ta passivité est de la soumission, tu es née pour être dominée, mais tu ne le sais pas, puisque tu n'a jamais essayé, je te garantis que dans quelques temps tu hurleras ton plaisir, le temps que le déclic se fasse dans ton corps et surtout dans ta tête... en attendant, suce-moi... refait moi bander... »

J'ouvre docilement ma bouche et suce son sexe, l'aspire, je le sens grossir, se raidir, je m'efforce de serrer mes lèvres sans le blesser avec mes dents, il le remarque et me remercie.

Bruno se retire de ma bouche, je l'entend prendre des objets, il accroche de nouveaux poids à mes seins, la sensation d'arrachement me provoque un nouveau spasme dans le ventre, je réfléchis, et s'il avait raison, si j'étais faite pour être une soumise, si pour jouir (ce que je n'avais fait que très rarement...), j'avais besoin d'être forcée, maltraitée?

« tu es trempée ma salope, tu mouilles comme une fontaine, c'est le Niagara la-dedans, cochonne de soumise... », en passant ses doigts dans mon sexe Bruno vient de découvrir et de me faire découvrir que je mouillais...

Son sexe pénètre mon vagin, « je vais prendre mon plaisir sans m'occuper du tien, si tu jouis tant mieux... », il module sa pénétration en fonction de son plaisir, mon ventre me brûle de plus en plus, il a accroché mes hanches, à chaque pénétration je sens ses couilles sur mes fesses, je commence à gémir, il ne s'occupe pas de moi, continue son va-et-vient, soudain je crie « j'éprouve, j'éprouve, j'éprouve... », il se vide dans mon ventre, je crie « encore... » (c'est la première fois que je crie comme cela, j'ai jouis... j'ai le ventre en feu, je sens mon ventre avoir des spasmes).

Bruno ne s'occupe pas de moi, revient face à moi, me met son sexe flasque et gluant à portée de la bouche et m'ordonne « nettoie... », avec ma langue je lèche le mélange de sperme et de ma mouille, il décalotte son gland, je le nettoie...

Il boit à la bouteille, me tend à nouveau un verre d'eau, j'avale quelques gorgées, je suis vidée, je n'ai plus de force, je me sens toute molle.

Il me libère du carcan, m'aide à me redresser, me libère les chevilles et me prend dans ses bras, m'embrasse, je lui rend ses baisers avec une fougue et un plaisir que je n'ai jamais éprouvé, j'ai mal aux seins, les poids tirent toujours dessus, je ne dis rien, je subis...

Bruno m'amène devant la croix, me positionne dos à la croix, docilement je me laisse faire, attache mes chevilles, mes poignets,je suis écartelée...

Il me met un masque de nuit sur les yeux, je ne vois rien, il prend un de mes seins avec les deux mains, le serre, le triture et me dis « je suis sûr que tu vas aimer... ».

Une odeur de bougie, de cierge?, je sens une goutte brûlante s'écraser sur un sein, la sensation de brûlure, me provoque un spasme dans le ventre (et s'il disait vrai?), il continue son manège, peu à peu mes seins se couvrent de cire.

Une main me croche au sexe, des doigts pénètrent mon vagin, jouent avec mes lèvres, branlent mon clitoris, un sifflement, un coup de cravache m'arrive sur un sein, puis sur l'autre, la main continue son va-et-vient dans mon sexe, les coups de cravache continuent à pleuvoir sur mes seins (je sens la cire se détacher), soudain je commence à gémir « j'éprouve, j'éprouve, j'éprouve, plus fort, plus fort, j'éprouve... », Bruno continue à cravacher les seins, sa main s'active dans mon sexe, un long spasme me secoue, j'ai joui à nouveau...

Les mains de Bruno courent sur mon corps, délicatement il enlève les pinces et les poids de mes seins, les caresses, suce les pointes, m'embrasse, puis me détache.

Il me prend dans ses bras, je sens les poils de sa poitrine contre mon dos, il me serre contre lui, je suis bien, il saisit la laisse et me tire, me guide, comme on guide un chien, plutôt une chienne, nous entrons dans la salle à manger.

« Alors ton cadeau? » demandent en chœur Patrick et Isabelle.

« Formidable, génial, je suis fou d'elle, elle est fabuleuse de docilité et de soumission, c'est une soumise-née, mais elle ne le sait pas... »

Il m'entraîne dans le jardin, prend un tuyau d'arrosage, ouvre le jet, et me nettoie le cul et le sexe, l'eau est glacée, je frissonne, mais me tais... « tu vois une femme normale aurai pu prendre une douche, une soumise comme toi... non, le maître décide, j'ai décidé de te nettoyer comme on nettoie un anima...l, au jet d'eau froide... sois en fière... »...

Il me ramène toujours en laisse, dégoulinante dans la salle à manger, Isabelle va chercher une serviette et m'essuie.

Bruno me détache mon collier, le pose sur le guéridon, s'assied dans un fauteuil et réclame un apéritif à son frère.

Il boit une gorgée, je suis debout devant lui, ne sachant que faire, il me regarde et me dit « si tu veux devenir ma soumise pour la vie, une esclave sexuelle, ma propriété, ma chose... prend le collier et la laisse, sur la table, attache-toi le collier autour du cou et vient t'agenouiller devant moi... attention, il n'y aura pas de retour en arrière, tu m'appartiendras totalement..., je serai ton maître... »

Une impulsion, je ne réfléchis pas, je prend le collier et la laisse, tombe à genoux, m'attache le collier autour du cou... (jamais je n'ai éprouvé de telles sensations, cet homme fera de moi ce qu'il veut, je ferai tout, je veux à nouveau vibrer comme il m'a fait vibrer, je ferai tout ce qu'il veut, je le lui dit...).

Bruno attrape la laisse, me fait lever et m'invite à m'asseoir sur ses genoux, Isabelle et Patrick applaudissent, Isabelle, suivie de son mari viennent m'embrasser et me féliciter, je suis heureuse.

Un bras passé autour du cou de Bruno, je bois l'apéritif qui m'a été servi, Bruno me caresse le bas du dos et les flancs, je l'embrasse sur les tempes, dans le cou, glisse ma langue dans une oreille.

Bruno s'adresse à Isabelle « Isa, s'il te plaît, va chercher du lubrifiant pour son anus, une cravache et une sangle, Patrick, je voudrais que tu la prennes sur le guéridon, dans tous ses orifices, je veux la voir se faire prendre, (s'adressant à moi) ta carrière de soumise commence maintenant... », je remercie mon maître...

Je suis agenouillée sur le guéridon, Bruno me demande de poser mon torse sur le guéridon et de ramener mes cuisses contre mon ventre, je me positionne maladroitement, il me guide, jusqu'à ce que je prenne la position qu'il veut obtenir, la sangle est passée derrière mes cuisses et sur mon dos, j'entends le bruit du cliquet, la sangle est tendue, je suis immobilisée.

Un flash dans ma tête, je me rend compte que j'aime être ainsi exposée, offerte, prête à être utilisée, une chaleur soudaine envahie mon ventre.

Je sens un doigt me lubrifier l'anus, un sexe le forcer, je gémis un peu, Patrick m'attrape les bras, et tirant dessus règle sa pénétration, Bruno s'est positionné devant moi, il tient la cravache, chaque fois que Patrick me redresse pour s'enfoncer un peu plus en moi, il me cravache les seins, s'appliquant à ne pas trop appuyer les coups...

« Viens voir Isa ta copine, soit-disant frigide, je n'ai jamais vu ça, viens voir Bruno.. »

Patrick se dégage de mon anus, j'entends les commentaires « impensable, regarde ça la mouille pend, en stalactites, jamais vu un truc pareil, j'en prend plein les couilles à chaque fois, frérot je vais lui défoncer le cul..., toi... (dit-il en s'adressant à moi) tu la ferme..., je ne veux t'entendre que quand tu jouiras, salope... soumise... vide-couilles... »

Isa me demande « tu ne m'as jamais dit, que tu mouillais comme ça, une vraie fontaine, vilaine cachotière... »

« C'est la première fois que ça m'arrive, j'ai éprouvé à chaque fois que Bruno m'a prise ou m'a branlée, je ne sais pas ce qui se passe, je ne comprend pas... »

« Tu as raison Nono, t'es un veinard toi, c'est une soumise-née qui s'ignorait, on a réussi notre cadeau au-delà de toute espérance, à voir ta tête, t'en es raide dingue, hein mon Nono?... » déclare Patrick en riant.

« Oui, plus je la regarde, plus elle m'excite, plus je l'aime, car je sais que je l'aime, pourtant je serai très dur avec elle... »

Cette révélation me bouleverse, je pleure, je sanglote, Isa vient me réconforter « alors Cocote, ma Paule, qu'est-ce qui t'arrive?... »

Entre deux sanglots, j'explique que je me pensais moche, conne, inutile, frigide, un vrai boulet et je me découvre aimée, je demande à Isa de me moucher, mon nez coule..., je renifle... « Bruno, si j'ai passé le collier, c'est parce que je veux toujours être à tes côtés, moi aussi je t'aime, je veux être ta soumise, être traitée comme une chienne, si tu veux, je me prostituerai pour toi, fais de moi ce que tu veux, mais continue à me faire ce que tu m'as fait dans le donjon, j'accepte tout, tout... mon amour... »

Patrick me tire les bras en arrière, je suis redressée, Bruno s'agenouille et m'embrasse longuement, je lui rend son baiser, puis il me glisse à l'oreille « supporte tout sans gémir mon amour, rend moi fier de toi... »

Patrick réinvestit mon anus et me tire violemment les bras en arrière, mon cul s'écrase sur ses couilles, il pilonne mon anus sans pitié, je sens mon ventre trembler je commence à psalmodier « j'éprouve, j'éprouve, j'éprouve, encore, plus profond... j'éprouve.. », les coups de cravaches continuent à s'abattre sur ma poitrine, je crie « Ouiiiiii... » quand Patrick se vide dans mon ventre.

« T'as pas crié comme ça, avec moi » me dit Bruno « je ne suis pas vexé ou jaloux, ma puce, tu es en train d'apprendre... c'est très bien... »

Patrick se présente devant moi, Bruno m'attrape les bras, me tire en arrière pour me redresser « lèche ma queue... soumise... », je m'exécute et nettoie le sexe de Patrick avec ma bouche.

« Les hommes, venez voir sa chatte, c'est incroyable, ça coule de partout... »

« Lèche-la puisque tu adores ça, grosse cochonne... », suivant l'ordre de Patrick je sens la langue d'Isabelle me nettoyer le sexe, j'ai de nouveau un spasme dans le ventre « nom de dieu, elle est de nouveau en train de jouir... » déclare Isa qui reprend aussitôt sa caresse.

Je sens un doigt me passer quelque chose sur l'anus, « fiste-la... » ordonne Bruno.

Deux doigts menus, pénètrent mon anus, puis trois, il se dilate, la douleur est supportable, je sens le petit doigt forcer pour pénétrer, un mouvement de droite à gauche anime la main, mon anus me fais souffrir, je me tais, puis je sens le pouce pénétrer, c'est horrible, mon sphincter va éclater, puis la main pénètre en entier, Isa recommence à me lécher le sexe, sa main continue ses mouvements de rotation dans mon anus, je sens son poignet frotter contre mon sphincter, mon ventre est rempli, mon ventre tremble, je ne tarde pas à crier, à nouveau « Ouiiiiiiiiii...... »

Report Story

bysevere18© 0 comments/ 21124 views/ 0 favorites

Share the love

Report a Bug

Suivant
3 Pages:123

Forgot your password?

Please wait

Change picture

Your current user avatar, all sizes:

Default size User Picture  Medium size User Picture  Small size User Picture  Tiny size User Picture

You have a new user avatar waiting for moderation.

Select new user avatar:

   Cancel